Accor
AC
Temps réel Euronext Paris - 24/08 10:23:50
39.16EUR
+0.19%

ACCOR : AccorHotels ne pense pas que l'attaque terroriste de Paris affectera ses réservations

Envoyer par e-mail
21/04/2017 | 17:43




NEW YORK (Agefi-Dow Jones)--Le groupe hôtelier AccorHotels ne s'attend pas à ce que ses réservations à Paris soient affectées par l'attentat qui a eu lieu jeudi sur les Champs-Élysées, selon son directeur financier Jean-Jacques Morin.



Jeudi, un homme a ouvert le feu sur des policiers sur la plus célèbre avenue du monde, tuant l'un d'entre eux et en blessant deux autres, une attaque qualifiée de "terroriste" par les autorités françaises.



"Ce que nous avons pu observer dernièrement, c'est que les événements qui se sont produits à Londres, Stockholm et Berlin n'ont eu que des conséquences limitées" sur les réservations, a souligné Jean-Jacques Morin dans un entretien au Wall Street Journal. "Les gens semblent s'habituer à l'environnement dans lequel nous vivons".



Ces déclarations interviennent alors qu'AccorHotels a fait part jeudi d'un chiffre d'affaires qui a bondi de 35,4% au premier trimestre, à 425 millions d'euros, à la faveur notamment de l'amélioration de ses performances en France, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Le groupe a notamment enregistré un revenu par chambre disponible (RevPar) en augmentation de 5% grâce à un taux d'occupation en hausse, la progression la plus forte ayant été constatée à Paris, en particulier sur les séjours de loisirs (+9%).



Après les attaques de novembre 2015 dans la capitale française qui avaient fait 130 morts, les réservations d'AccorHotels avaient accusé une chute de 20% avant de se redresser.



Cela demeure conforme au reste du secteur dans son ensemble, souligne Julien Richer, analyste chez Raymond James Euro Equities. "Les attaques les plus récentes n'ont pas eu de conséquences spécifiques sur les réservations", ajoute-t-il.



Après avoir brièvement ouvert en baisse vendredi à la Bourse de Paris, l'action Accor a terminé sur un gain de 1,5% à 40,1 euros.





-Nina Trentmann, The Wall Street Journal (Version française Jérôme Batteau) ed: CLE





Envoyer par e-mail