CAC 40
PX1
Temps réel Euronext Paris - 17/11 18:05:01
5319.17EUR
-0.32%

L’appétit pour le risque se dissipe

Envoyer par e-mail
Analyse à long terme du : 22/08/2017 | 14:39
Opinion : En surveillance. Surveiller la sortie du range 4985 / 5450 
Porté par les bonnes publications de sociétés au second trimestre, Wall-Street a inscrit de nouveaux records historiques au début du mois d’août, permettant par la même occasion à l’Europe de revenir au contact de ses plus hauts annuels. En cette période estivale et en l’absence de nombreux opérateurs, les places financières subissent désormais des dégagements dans un contexte de retour de l’aversion au risque.

De nombreux éléments semblent justifier cette désaffection provisoire pour les actions, avec tout d’abord les récentes tensions géopolitiques avec la Corée du Nord qui ont accru les risques d’un conflit militaire et les attentats orchestrés en Espagne.
Les opérateurs réduisent ainsi sensiblement leur exposition à l’achat d’autant plus avec les incertitudes concernant l’évolution des politiques monétaires des banquiers centraux.
Lors de leur dernier communiqué, les membres de la Fed sont apparus divisés concernant le calendrier de remontée des taux, compte tenu de la faiblesse de l’inflation, ramenée à 1.5% en juin contre 1.8% en février. La Réserve Fédérale devrait toutefois commencer à normaliser son bilan « relativement vite » et pourrait ainsi faire une annonce à l’occasion de la réunion du 19 et 20 septembre. Quant à la prochaine hausse des taux prévue initialement pour décembre (probabilité de moins de 40% à l’heure actuelle), elle dépendra de l’évolution des perspectives d’inflation.
En Europe, malgré les récents signaux de redressement économique, la BCE s’est montrée inquiète au sujet du raffermissement de la monnaie unique qui serait pénalisant pour l’inflation toujours faible et pour la croissance du Vieux Continent. Elle devrait également attendre le second semestre pour examiner la suite à donner à son programme de rachats d’actifs, actuellement de 60 milliards d’euros par mois jusqu’en décembre.

Les niveaux de valorisation des actions américaines jugés élevés ont également servi de prétextes aux récentes prises de bénéfices. Si les sociétés du S&P500 ont annoncé une progression de l’ordre de 12% des bénéfices au second trimestre, cette performance semble en grande partie liée à la faiblesse du dollar. L’indice S&P500 a progressé de plus de 9% cette année, il se traite à près de 18 fois les bénéfices attendus contre une moyenne de 14 sur les 10 dernières années (données Thomson Reuters). Les analystes commencent désormais à réviser à la baisse leurs prévisions pour la fin de l’année, compte tenu notamment des perspectives prudentes des sociétés et des progressions « artificielles » des cours boursiers grâce aux rachats d’actions.
Le contexte actuel invite à la prudence, d’autant plus avec les soubresauts politiques aux Etats-Unis et les craintes que Donald Trump ne parvienne pas à mettre en place son vaste programme de réformes économiques et fiscales.

D’un point de vue graphique, l’indice CAC40 a amorcé un mouvement de consolidation ces dernières semaines. En données hebdomadaires, la dynamique demeure positive au-dessus des 4985 points, niveau correspondant à la moyenne mobile à 50 semaines qui arrive en soutien. Sur un horizon de temps plus court, la configuration se dégrade, l’indice revenant tester le seuil des 5060 points. La rupture de cette zone militerait pour une rechute rapide vers les 4990 points. C’est toutefois seulement l’enfoncement de cette zone qui viendrait valider un retournement de tendance. Dans cette hypothèse, on pourra tabler sur l’amorce d’une consolidation de plus forte ampleur en direction des 4850 points. Un retour sur ce niveau permettrait néanmoins aux plus audacieux de revenir à l’achat avec un meilleur timing.
Laurent Polsinelli
© Zonebourse.com 2017
Envoyer par e-mail