CAC 40
PX1
Temps réel Euronext Paris - 20/04 18:05:01
5412.83EUR
+0.39%

Tensions commerciales, un facteur de risque

Envoyer par e-mail
Analyse à long terme du : 22/03/2018 | 13:43
Opinion : Négative sous les 5540 
Objectif de cours : 5050 
Les places financières ont montré des signes de fébrilité ces dernières semaines, rattrapées par les craintes d’une accélération du rythme de remontée des taux aux Etats-Unis et par les risques de guerre commerciale, suite aux mesures protectionnistes annoncées par D. Trump.

Les dernières statistiques américaines ont mis en évidence une économie solide, à l’image du PIB à +2.5% au quatrième trimestre 2017 (2.6% précédemment). Les indicateurs d’activité continuent de progresser (ISM manufacturier à 60.8, un plus haut depuis mai 2004). Concernant l’emploi, le taux de chômage est légèrement remonté, à 4.1%, mais 313K emplois ont été créés, confirmant une situation de quasi plein emploi.

La Fed a d’ailleurs confirmé cette situation lors de sa dernière réunion, relevant de 25 points de base le taux directeur (1.75%), pour éviter la surchauffe d'une économie dopée par les mesures de l'administration Trump. Elle a par ailleurs révisé en hausse ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019, à respectivement 2.7 et 2.4% (contre 2.4 et 2.1%) et anticipe un taux de chômage à 3.6%. Seule ombre au tableau, l’'inflation ne devrait pas accélérer, ni en 2018 (1.8%), ni en 2019 (1.9%), laissant présager qu’il y aura seulement deux hausses de taux supplémentaires cette année.

La tendance a également été alourdie par l’annonce de la mise en place de droits de douanes aux Etats-Unis, de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium. Le Canada et le Mexique en sont pour le moment exemptés et l’Union européenne poursuit ses discussions avec la Maison Blanche, afin de trouver un compromis, jugeant que ces mesures constituent une attaque contre le libre-échange et qu’elles pourraient avoir un impact grave sur l’économie mondiale. D. Trump a par ailleurs indiqué qu’il allait renforcer les tarifs douaniers sur les produits chinois, la Chine étant accusée de vol de propriété intellectuelle. La guerre commerciale semble lancée, ce qui pourrait engendrer de nouveaux soubresauts sur les places financières.

Les opérateurs devraient donc garder les yeux rivés sur l’évolution de l’inflation, donnée majeure pour appréhender l’évolution des politiques monétaires des banquiers centraux, d’autant que la BCE et la Banque du Japon ont légèrement durci leur discours, traduisant une sortie progressive des politiques ultra-accommodantes. Les négociations internationales sur le commerce seront également suivies avec attention, d’autant plus à l’approche de la saison de résultats pour le premier trimestre 2018.

Si bon nombre de sociétés ont dévoilé des bénéfices au-dessus des attentes (41% pour le Stoxx600 notamment), ce sont les perspectives plus prudentes pour 2018 qui ont globalement été sanctionnées. Les Etats-Unis tirent néanmoins leur épingle du jeu, avec une hausse moyenne de 17% des bénéfices pour le T4 2017 et des anticipations de bénéfices en progression de plus de 19% pour les trois premiers mois de cette année, bénéficiant de la faiblesse du dollar et de la réforme fiscale américaine.

Malgré la correction du mois de février, le spectre de valorisations élevées aux Etats-Unis persiste alors que le S&P500 se paie plus de 17 fois les bénéfices contre une moyenne de 14.3 sur les dix dernières années, un prétexte supplémentaire pour inciter les opérateurs à la prudence.

Graphiquement, le CAC40 demeure en phase de consolidation horizontale, évoluant au sein du range 5050/5530 points. A plus court terme, la zone d’indécision se resserre, l’indice oscillant dans la zone des 5050/5350 points. Un biais baissier reste pour le moment privilégié sous les 5350 points (moyenne mobile à 100 jours), avec les 5135 points en ligne de mire. Sous ce niveau, il faudrait tabler sur une poursuite de la consolidation en direction des 5050/5030 points, zone de cours qui permettrait de revenir à l’achat à moindre risque.
Laurent Polsinelli
© Zonebourse.com 2018
Envoyer par e-mail