WTI
Temps Différé - 22/05 11:44:09
72.51USD
-0.01%

Le pétrole en baisse en attendant les stocks américains

Envoyer par e-mail
16/05/2018 | 16:04

Londres (awp/afp) - Les cours du pétrole baissaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des stocks américains par le gouvernement, et alors que l'AIE a revu à la baisse ses prévisions de demande.

Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 77,92 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 51 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour juin perdait 43 à 70,88 dollars une heure après son ouverture.

La veille, les cours du Brent et du WTI avaient atteint des plus hauts depuis novembre 2014 à respectivement 79,47 dollars et 71,92 dollars, dopés par l'accroissement des tensions au Moyen-Orient.

"Avec l'accélération de la détérioration (de la production) au Venezuela et la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le resserrement de l'offre, auparavant artificiel (avec l'accord de réduction de la production mis en place par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires), est devenu naturel", a expliqué Bjarne Schieldrop, analyste pour SEB.

Plus tôt dans la journée, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a légèrement abaissé sa prévision de croissance de la demande de pétrole en 2018, envisageant désormais un ralentissement au deuxième semestre, notamment en raison de la hausse des prix.

L'organisme s'attend à ce que la demande mondiale de pétrole progresse de 1,4 million de barils par jour (mbj) en 2018, contre 1,5 mbj annoncé le mois dernier.

Ces nouvelles données "pourraient alléger la pression à la hausse sur les prix et engendrer quelques prises de bénéfices", a jugé Craig Erlam, analyste pour Oanda.

La veille, la fédération professionnelle de l'American Petroleum Institute a fait état d'une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis de 4,9 millions de barils dans la semaine qui s'est achevée le 11 mai, selon des analystes, suggérant un ralentissement de la demande chez le plus gros consommateur mondial d'or noir.

"Au même moment, la production des pays non-membres de l'Opep augmente plus fortement qu'anticipé", ont souligné les analystes de Commerzbank.

"Ainsi, le marché est moins tendu qu'on ne le pensait jusqu'ici", ont-ils ajouté.

Le nombre de puits aux Etats-Unis ne cesse d'augmenter alors que la production du pays évolue déjà à un plus haut historique.

Plus tard dans la journée, les marchés s'attarderont sur les données hebdomadaires du département américain de l'Energie (DoE) concernant les réserves et la production américaine.

Des analystes tablent sur l'annonce mercredi d'une baisse des réserves de brut de deux millions de barils, de celles d'essence de 1,4 million de barils et de celles des autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel) de 1,95 million de barils, selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

ktr/jbo/tes

© AWP 2018
Envoyer par e-mail