WTI
Temps Différé - 16/01 21:55:50
63.75USD
-1.48%

Le pétrole reprend son souffle, les importations chinoises déçoivent

Envoyer par e-mail
12/01/2018 | 18:03

Londres (awp/afp) - Les cours du pétrole restaient stables vendredi en fin d'échanges européens dans un marché reprenant son souffle après avoir atteint la veille des plus hauts en trois ans alors que les importations chinoises de brut ont reculé en décembre.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 69,18 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 8 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de février cédait 3 cents à 63,77 dollars.

Jeudi, les cours avaient bondi à leurs plus hauts niveaux depuis décembre 2014, le Brent passant même brièvement le seuil des 70 dollars pour culminer à 70,05 dollars tandis que le WTI a touché 64,77 dollars.

"Les investisseurs sont optimistes, les réserves américaines de brut reculent, et le risque géopolitique pourrait perturber la production", ont résumé les analystes de Capital Economics.

Les acteurs du marché attendaient notamment vendredi que le président Donald Trump décide ou non de réimposer des sanctions économiques contre l'Iran, ce qui pourrait perturber les exportations d'un des plus grands producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Dans ce contexte, les prix n'ont pas souffert outre mesure des données des douanes chinoises, qui ont fait état d'importations de 33,7 millions de tonnes de pétrole brut en décembre, contre 37,04 en novembre et 36,38 millions de tonnes en décembre 2016.

"Sur l'année, la Chine a dépassé les Etats-Unis comme premier importateur mondial", ont noté les analystes de Commerzbank.

"Ceci dit, le pays importe plus de brut qu'il n'en consomme, et les exportations de produits tirés du pétrole ont atteint un record, à 6,17 millions de tonnes", ont-ils souligné.

Enfin, les investisseurs attendaient après la clôture européenne le décompte des puits actifs aux Etats-Unis publié par l'entreprise de services pétroliers Baker Hughes, indice des futurs niveaux de la production américaine.

js/acd/az

© AWP 2018
Envoyer par e-mail