BNY Mellon juge surestimé le « risque Trump » qui pèserait sur les marchés émergents

Envoyer par e-mail
18/04/2017 | 09:32

(AOF) - Protectionnisme et hausse du dollar sont les deux menaces que fait peser Donald Trump sur les marchés émergents. Le premier passerait par l’édification d’un mur à la frontière mexicaine, par la fin de l’Alena et par une guerre commerciale avec la Chine. La seconde serait consécutive à la mise en place de la relance et du plan d’infrastructures promis par le président, deux causes possibles d’inflation et donc de hausse des taux. Pourtant, assure Federico Garcia Zamora, Directeur Marchés émergents chez BNY Mellon, « La menace des « Trumponomics » pour les marchés émergents est surestimée ».

Sur la question du commerce et de l'immigration d'abord, l'expert de BNY appelle à se montrer prudent face au "bruit" politique qui entoure les projets de Donald Trump et d'en attendre l'application concrète. "Nous ne pensons pas que ces "bruits" politiques se traduiront dans les faits, tout du moins pas à court terme, et pas dans la mesure déjà anticipée par les valorisations actuelles du marché", révèle Federico Garcia Zamora.

Il souligne d'abord que Donald Trump a préféré commencer son mandat en s'attaquant à d'autres sujets, comme la réforme avortée de l'assurance-maladie, et qu'il va devoir faire avec les divisions importantes au sein des parlementaires républicains. "La possibilité de remettre en cause le statu quo s'en trouve réduite d'autant, et certaines propositions phares de l'administration Trump ayant défrayé la chronique sont susceptibles de rencontrer davantage d'obstacles et leur mise en oeuvre nécessitera plus de temps que le marché ne l'anticipe actuellement", rassure le Directeur Marchés émergents de BNY Mellon.

Concernant ensuite la relance, le gérant souligne l'incompatibilité entre la volonté de Donald Trump de doper la croissance et l'inflation tout en s'attaquant au déficit commercial. "En théorie, réduire les impôts et doper les dépenses d'infrastructure entraînent une hausse de la croissance et de l'inflation, ce qui déclenche des hausses de taux et, par voie de conséquence, tout cela renforce le dollar. Or, en suscitant un rebond du dollar US, la politique de D. Trump aggraverait les déficits commerciaux avec le Mexique et la Chine, déficits que le président D. Trump s'est expressément engagé à combattre. Ces deux objectifs sont en réalité incompatibles", assure Federico Garcia Zamora (BNY Mellon).

Copyright 2017 AOF
Tous droits de reproduction et de représentation réservés (Avertissement légal)
Envoyer par e-mail