Bonds Europe: L'atonie domine sur le marché de la dette

Envoyer par e-mail
13/04/2018 | 18:55

Paris (awp/afp) - Le marché de la dette en zone euro ne s'est pas montré vendredi plus dynamique que les jours précédents, les taux d'emprunt se maintenant globalement à leurs niveaux de la veille faute de nouveaux catalyseurs.

"Après le faux signal envoyé par le tweet de Donald Trump (concernant un envoi de missiles sur la Syrie), le marché a mis un peu de temps à digérer les chiffres du CPI américain (indice d'évolution des prix), qui est conforme aux attentes mais montre une accélération de l'inflation qui, en plus, va se poursuivre", a commenté auprès de l'AFP Axel Botte, stratégiste obligataire pour Ostrum AM.

Malgré un repli mensuel des prix à la consommation aux Etats-Unis, leur hausse sur un an aux Etats-Unis a atteint en mars son plus haut niveau depuis douze mois, à 2,4%, selon l'indice CPI publié mercredi, entraînant à compter de jeudi une remontée du taux d'emprunt américain à dix ans.

Dans ce contexte, il ne fait pas de doute que "le resserrement monétaire va se poursuivre aux Etats-Unis", a ajouté M. Botte.

Ce mouvement de tension ne s'est toutefois pas répercuté à l'Europe où, selon M. Botte, les taux "ne bougent vraiment pas" et sont restés "quasiment inchangés sur toute la semaine".

Le risque géopolitique ne paraissait pas focaliser outre mesure l'attention du marché obligataire alors qu'après de nouveaux tweets laissant entendre une possible attaque imminente sur la Syrie mercredi, le président américain a temporisé dès le lendemain.

Donald Trump a en outre indiqué qu'il envisageait de rejoindre le nouvel accord de libre-échange transpacifique, s'il est "meilleur", après s'être retiré sans ménagement du traité initial le jour-même de son arrivée à la Maison Blanche l'an passé, une volte-face qui soulève des critiques.

Par ailleurs, "le mois d'avril est quand même caractérisé par d'énormes remboursements, que ce soit en France, en Allemagne ou en Espagne, ce qui fait pression à la baisse sur les taux", a expliqué M. Botte.

Le rendement espagnol à dix ans s'est pour sa part nettement retendu depuis une semaine, dans le sillage d'une grosse émission de dette en Espagne, qui n'a pas suscité autant de demande que par le passé, a-t-il encore observé.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne a fini stable à 0,511% contre 0,515% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a également peu varié, terminant sur une petite détente à 0,741% contre 0,751%, tout comme celui de l'Italie, à 1,797% contre 1,814% et celui de l'Espagne, qui a clôturé à 1,238% contre 1,254%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique a fini en petite baisse à 1,435% contre 1,456%.

A la clôture des marchés européens, le taux d'emprunt à 10 ans des États-Unis s'affichait en très léger recul, à 2,823%, contre 2,836% jeudi, à l'instar de celui à 30 ans, à 3,027% contre 3,043%. Celui à deux ans s'établissait pour sa part à 2,360% contre 2,348%.

afp/ol

© AWP 2018
Envoyer par e-mail