Bonds Europe: marché de la dette recherché du fait des tensions géopolitiques

Envoyer par e-mail
09/08/2017 | 18:47

Paris (awp/afp) -Le marché de la dette a connu une nette détente mercredi, les investisseurs se repliant vers ce traditionnel refuge, du fait des tensions grandissantes entre les États-Unis et la Corée du Nord.

"Les risques géopolitiques ont commencé à surgir fin juillet et ils ont tous en commun le fait que les États-Unis soient impliqués. Que ce soit avec la Russie, la Chine ou la Corée du Nord, la rhétorique américaine s'est durcie. C'est justement ce qui s'est passé hier soir avec la Corée du Nord et qui explique le mouvement du jour sur le marché obligataire", a expliqué à l'AFP Gilles Pradere, gérant obligataire senior chez RAM Active Investments, basé à Genève.

Après avoir promis mardi le "feu et la colère" à Pyongyang sur fond de développement de ses programmes balistiques et nucléaires, le président américain a franchi un cap supplémentaire mercredi en affirmant que l'arsenal nucléaire américain était "plus fort et plus puissant" que jamais.

S'il a dit espérer ne jamais avoir à utiliser cette "puissance", ses propos, qui font écho à la rhétorique enflammée du régime de Kim Jong-Un qui a menacé le territoire américain de Guam, marquent un nouveau palier.

"Le marché de la dette a joué son rôle habituel de refuge même si la réaction a été néanmoins limitée", a complété M. Pradere.

"Car, pour l'instant, les risques géopolitiques n'ont pas été vraiment intégrés par le marché, puisqu'il n'y a pas encore d'éléments tangibles d'une escalade concrète", a-t-il ajouté.

"Cela sert pour le moment surtout de prétexte à des prises de profit", a estimé le gérant.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne a reculé à 0,428% contre 0,474% mardi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi le même cheminement, terminant à 0,717% contre 0,758%, tout comme celui de l'Espagne à 1,430% contre 1,454%. Celui de l'Italie est resté quasiment stable à 2,013% contre 2,005%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique à dix ans a reflué à 1,109% contre 1,157%.

A la fermeture des marchés européens, aux États-Unis, le taux d'emprunt reculait également à 2,230% contre 2,262%, à l'instar de celui à trente ans à 2,809% contre 2,843%, tandis que le taux à deux ans s'affichait à 1,331% contre 1,323%.

afp/buc

© AWP 2017
Envoyer par e-mail