Bonds Europe: retour au calme sur le marché, le risque géopolitique s'éloigne

Envoyer par e-mail
06/09/2017 | 18:43

Paris (awp/afp) - Les taux d'emprunt en zone euro ont peu varié mercredi, se stabilisant après avoir connu une détente marquée la veille en raison du risque géopolitique nord-coréen mais également de déclarations de membres de la Réserve fédérale américaine (Fed).

L'heure est à l'apaisement sur le marché obligataire après "un coup de stress en provenance des États-Unis hier où les taux d'emprunt ont fortement baissé", a résumé auprès de l'AFP Guillaume Truttmann, un gérant obligataire de Quilvest AM.

Dans un contexte de marchés actions sous pression, les investisseurs se sont en effet reportés sur les obligations d'État mardi.

Cette recherche d'actifs moins risqués par les investisseurs s'explique à la fois par "le risque géopolitique en Corée du Nord" ainsi que par des propos de responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui "ont tenu des discours relativement accommodants en estimant qu'une éventuelle remontée des taux pourrait avoir un effet perturbateur sur l'économie et l'emploi, poussant les rendements à la baisse", a expliqué M. Truttmann.

Mais l'aversion au risque reculait mercredi, permettant un petit rebond des marchés actions et une très légère remontée des taux souverains.

Il y a aussi un phénomène d'accoutumance des investisseurs aux tensions géopolitiques en provenance de la péninsule coréenne dont ces derniers entendent parler depuis un mois maintenant, a observé M. Truttmann.

- "Exercice difficile" pour Draghi -

Le marché faisait par ailleurs preuve d'attentisme avant la publication du Livre Beige de la Fed dans la soirée mais surtout à la veille d'une réunion très attendue de la Banque centrale européenne (BCE) dont les investisseurs ne semblaient pas savoir quoi attendre.

"Je pense que cela va être un exercice de communication assez difficile" pour Mario Draghi, a estimé M. Truttmann.

"Il n'y a pas vraiment matière à remettre en cause un début de resserrement de la politique monétaire si ce n'est des éléments externes qui sont l'euro-dollar et le statut de valeur un peu refuge que prend l'euro compte tenu du contexte géopolitique", a-t-il détaillé.

"La trajectoire haussière des taux n'est pour l'instant pas remise en cause" même si elle prendra "peut-être un peu plus de temps que prévu", selon lui.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne a très légèrement progressé à 0,347% contre 0,338% mardi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

La situation a été similaire pour celui de la France, qui a terminé à 0,663% contre 0,648%. La progression a été un peu plus marquée pour celui de l'Italie, à 2,027% contre 1,999%, et celui de l'Espagne, à 1,567% contre 1,534%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique à dix ans a légèrement reflué, à 1,005% contre 1,026%.

A la fermeture des marchés européens, aux États-Unis, le taux d'emprunt à dix ans évoluait à 2,065% contre 2,060% mardi, celui à trente ans s'affichait à 2,683% contre 2,681%, tandis que le taux à deux ans était stable à 1,290%.

afp/al

© AWP 2017
Envoyer par e-mail