Dette francaise : le spread s'élargit avec l'Allemagne et se réduit avec l'Espagne

Envoyer par e-mail
02/02/2017 | 16:07
La tension devient tangible sur la dette française, avec l’OAT (obligation à 10 ans française) qui voit son rendement remonter à 1.07%. Le mouvement de hausse s’amplifie avec les incertitudes politiques autour des possibles résultats des élections françaises. Les récentes surprises des référendums ou élections dans le monde occidental (Brexit, Trump, Italie) montrent qu’il n'y a aujourd’hui aucune certitude sur les choix des gouvernés.
Les conséquences ne se sont pas fait attendre sur le marché obligataire europén où les investisseurs étrangers se dégagent de la dette française au profit du Bund (10 ans allemand) dont la référence se situe à 0.44%. Le spread, soit la différence entre les deux taux, a mécaniquement tendance à s’élargir, passant de 30 à 65 points de base, pour deux raisons.  A ce risque politique se rajoute une raison historique. En effet, la qualité de la dette germanique incite peu les détenteurs d’emprunts d’états de se délester  de celle ci surtout dans une configuration où ces derniers craignent une remontée des taux globalisée. 
 
Ce risque politique spécial à la France permet cette fois-ci au spread avec l’Espagne de se réduire.

Ce spread très tendu, il y a cinq ans a eu tendance à se réduire sensiblement pour des raisons économiques et de stabilité politique, passant de 400 points de base (1) à 65 points de base en (2), La référence ibérique profite de critères macroéconomiques plus dynamiques comme la croissance et la réduction de son chômage.
Sur le marché de la dette, La France est, par conséquent, la grande perdante de ce début d’année 2017, exercice qui sera encore riche en rebondissements.




vert :    10 ans espagnol
blanc :  OAT
jaune :  BUND
Patrick Rejaunier
© Zonebourse.com 2017
Envoyer par e-mail