ETF Lyxor : la collecte nette depuis le début de l'année s'élève à 5,6 milliards d'euros

Envoyer par e-mail
15/06/2017 | 06:14
Responsable de la gestion ETF et fonds indiciels chez Lyxor
Depuis cette année Lyxor est numéro deux en Europe en tant que pourvoyeur d’ETF en termes d’encours et de volume. Comment justifiez-vous une telle position ?
La position de leader de Lyxor se justifie probablement par son rôle pionnier sur ce marché. Nous avons lancé l’ETF Cac 40 en 2001. Elle s’explique également par le fait que nous avons su nous doter rapidement d’atouts phares pour tirer avantage d’un segment très porteur.
Cette position est aussi le reflet d’efforts continus pour innover et adapter notre gamme aux besoins des investisseurs, ainsi que d’investissements stratégiques pour étoffer nos équipes, que ce soit au sein de nos équipes commerciales, de gestion ou marketing.

Quel a été l’état de la collecte depuis le début de l’année ?

La collecte nette depuis le début de l’année s’élève à 5,6 milliards d’euros, soit 12% des flux totaux observés sur le marché des ETF en Europe.

Quelles ont été les grandes orientations de cette collecte ?

Les investisseurs se sont en premier lieu dirigés vers les ETF qui jouent la croissance : actions Européennes et US et la pentification de la courbe de taux : secteur bancaire et les ETF de trésorerie (cash). Ils ont aussi privilégié les ETF de grande taille, privilégiant la plus importante liquidité. Ainsi en a-t-il été des ETF sur le Cac 40, l’Eurostoxx 50, le S&P 500, TOPIX…

Ces ETF très compétitifs se sont distingués de leurs pairs aux yeux des investisseurs par leur bonne performance. En 2016 sur les 15 ETF de notre gamme « Essentials », dont font partie les ETF pré-mentionnés, 9 sont ressortis premiers dans leur catégorie.

Plus de 800 millions d’euros ont été collectés dans l’ETF S&P 500 depuis début janvier ?

En se positionnant sur cet ETF, de nombreux investisseurs ont souhaité jouer la dynamique économique aux Etats-Unis. Par ailleurs, il s’avère que l’ETF Lyxor sur le S&P 500 a été le plus performant dans sa catégorie depuis quatre ans.

Comment expliquez-vous le regain d’appétit pour les ETF sur les indices des pays périphériques de la zone euro, singulièrement l’Italie ?

L’exposition à ces ETF est motivée par la volonté de tirer avantage de la reprise du cycle économique en Europe et marque un certain retour de l’appétit pour le risque.

Peut-on avancer que les ETF dédiés à la sphère obligataire, en particulier à l’obligataire souveraine ont été ceux qui ont rencontré le moins d’intérêt ?

Effectivement alors que les ETF investis sur le cash ont continué à attirer des flux, ceux investis sur l’obligataire souverain européen et américain ont été plutôt délaissés.
Dans la foulée certains ETF dédiés aux obligations d’entreprises « investment grade » européennes ont également subi la désaffection des investisseurs.

La mise à mal de ces ETF obligataires est-elle susceptible de se poursuivre ?

Je pense que c’est une probabilité vraisemblable.
Nous sommes dans un contexte de renforcement de la croissance, surtout en Europe. Les grandes banques centrales, en premier lieu desquelles la Fed et la BCE sont plutôt dans une optique de normalisation de leur politique monétaire.
La perspective d’une remontée des taux plus significative impliquera une intensification du risque de duration. Face à cela les ETF investis dans les obligations de longue durée, entre 7 et 10 ans par exemple, pourraient quelque peu souffrir.

Qu’est ce qui à ce jour caractérise le processus de fabrication des ETF de Lyxor ?

Un effort particulier pour offrir des produits performants. Notre équipe de gestion a pour objectif prioritaire la recherche de performance sans pour autant qu’il y ait une incidence sur la qualité de la réplication.
Un vif accent est mis sur la modération des couts associés à l’achat et à la détention de nos ETF, en prenant appui sur des économies d’échelle permises par la dimension de notre entité et sur notre savoir-faire industriel.
Les gérants de Lyxor ETF qui sont autant des financiers que des ingénieurs œuvrent afin qu’il y ait le moins de bruit possible dans la gestion avec le plus de résultat potentiel.

Comment expliquer que les ETF sont devenus de plus en plus incontournables dans les contrats d’assurance vie ?

Retrouver des ETF dans les contrats d’assurance vie est devenu une véritable tendance, notamment en raison de la baisse des rendements des fonds en euros. Les ETF permettent de disposer de briques de base d’allocation simple dans la mesure où tous les indices sont représentés. L’univers est en outre très large. Il y a un grand choix d’instruments possibles. Les couts sont limités et une certaine transparence est assurée. Ces avantages expliquent la demande croissante de la part des investisseurs particuliers pour les ETF, jusque là réservés à une clientèle institutionnelle. Chez Lyxor, nous entendons contribuer à cette démocratisation des ETF et à les rendre accessibles au plus grand nombre d’épargnants.

">
© Easybourse 2017
Envoyer par e-mail