Enquête-France/Croissance-Les économistes un peu plus optimistes pour 2018

Envoyer par e-mail
17/04/2018 | 02:15

* reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/econ-polls?RIC=FRGDPQAP pour l'enquête de Reuters sur la France

* reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/econ-polls?RIC=EUGDPQAP pour l'enquête de Reuters sur la zone euro

PARIS, 17 avril (Reuters) - La croissance de l'économie française devrait légèrement accélérer à 2,1% cette année, après 2,0% en 2017, puis se tasser à 1,8% en 2019, estiment les économistes interrogés par Reuters.

Les prévisions médianes de l'enquête trimestrielle Reuters sur l'économie française publiées mardi sont en hausse de 0,1 point pour 2018 par rapport au précédent sondage publié en janvier mais sans changement pour 2019.

Pour 2018, la croissance s'inscrit juste au-dessus de celle de 2,0% que le gouvernement vient d'adopter dans le programme de stabilité dévoilé la semaine passée et est en ligne avec celles des organisations internationales (Commission européenne, FMI, OCDE), situées dans une fourchette allant de 1,9% à 2,2%.

Pour 2019, les attentes des économistes sont en revanche inférieures à la nouvelle prévision de croissance du gouvernement, qui est de 1,9%. Elles sont aussi en ligne avec celles des organisations internationales, qui vont de 1,7% à 1,9%.

L'évolution des prévisions de déficit public n'est pas aussi favorable.

Les économistes le voient à 2,7% du PIB cette année comme l'an prochain, nettement au-dessus des anticipations du gouvernement, qui table sur une baisse à 2,3% en 2018 avant une remontée à 2,4% en 2019, année marquée par la transformation du CICE (Crédit d'impôt compétitivité emploi), qui impactera les finances publiques de près d'un point entier de PIB.

Les prévisions de déficit de la précédente enquête se situaient à 2,8% de la richesse nationale en 2018 puis 2,9% en 2019. Le gouvernement a annoncé depuis que le déficit public 2017 était retombé à 2,6% du PIB, soit nettement moins que prévu, grâce aux recettes fiscales générées par l'accélération de la croissance. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

© Thomson Reuters 2018
Envoyer par e-mail