FRANCE 2017-Les principales déclarations du premier débat

Envoyer par e-mail
21/03/2017 | 01:12

(Actualisé avec citations supplémentaires)

PARIS, 20 mars (Reuters) - Voici les principales déclarations marquantes du premier débat télévisé en vue de l'élection présidentielle en France, auquel ont participé lundi soir les cinq principaux candidats sur TF1 et LCI.

FRANÇOIS FILLON, candidat de la droite et du centre

"J'ai pu commettre des erreurs, j'ai quelques défauts. Qui n'en n'a pas ? Mais j'ai l'expérience."

* SUR L'ÉDUCATION ET LA SÉCURITÉ:

"Sur deux sujets (...) la seule réponse qui est apportée, c'est toujours plus d'effectifs."

"Ce sont des promesses qui ne tiendront pas ou, en tout cas, ce sont des promesses qui, si elles étaient tenues, conduiront à la faillite dont je parle depuis un moment mais qui va finir par se produire."

* SUR L'IMMIGRATION :

"Aujourd'hui, compte tenu de la situation économique, cette entrée sur le territoire doit être la plus fermée possible."

* SUR L'ÉCONOMIE ET LE POUVOIR D'ACHAT :

"Le vrai serial killer du pouvoir d'achat des Français, c'est Madame Le Pen, avec la sortie de l'euro et le rétablissement du franc, avec une inflation galopante. (...) Vous êtes en train d'entraîner le pays vers un véritable chaos économique et social et il faut que les Français le sachent."

* SUR LES INSTITUTIONS :

"Se lancer dans une immense aventure institutionnelle, c'est forcément faire passer le redressement économique de côté."

* SUR LA DÉFENSE ET L'INTERNATIONAL:

"Les Allemands ne peuvent pas rester assis sur leurs excédents budgétaires et nous regarder, regarder les soldats français risquer leur vie au Sahel pour empêcher la progression du terrorisme islamique."

BENOÎT HAMON, candidat du PS et d'EELV

"Je serai un président honnête et juste", "libre et indépendant par rapport à l'argent et aux lobbies". "Je tournerai la page et je vous proposerai un futur désirable".

"Le 23 avril puis le 7 mai, je vous propose un vote utile (...) Je vous propose de voter pour. De voter pour la transition écologique, car nos modes de production et nos modes de consommation épuisent la planète et affectent notre santé. Je vous propose de voter pour une nouvelle protection sociale qui s'adapte au travail tel qu'il est et non pas tel qu'il fut en mettant en oeuvre le revenu universel d'existence. Je vous propose de voter pour le soutien au pouvoir d'achat des plus modestes, parce que ça n'est que justice. Je vous propose de voter pour une VIe République pour en finir avec cette démocratie intermittente. Je vous propose de voter pour une Europe qui soit libérée enfin, du dogme austéritaire."

* SUR LA SÉCURITÉ :

"Je proposerai que l'on attribue une prime aux gardiens de la paix (...) qui travaillent en zone de sécurité prioritaire."

"J'expérimenterai (...) les récépissés de contrôle d'identité."

* SUR LA LAÏCITÉ :

"Moi je suis pour la loi de 1905, toute la loi de 1905, rien que la loi de 1905."

* SUR L'IMMIGRATION :

"Nous n'avons pas été la hauteur les Européens, de l'hospitalité que nous devions à l'égard des réfugiés (...) Nous devons avoir une démarche qui favorise l'intégration plutôt que le commerce électoral des peurs."

MARINE LE PEN, candidate du Front national

"Je veux être la présidente de la République française, mais vraiment. Je n'aspire pas à administrer ce qui serait devenue une région, une vague région de l'Union européenne. Je ne souhaite pas être la vice-chancelière de Mme Merkel. Je ne souhaite pas non être la VRP de telle ou telle multinationale."

"Je vous propose, mes chers compatriotes, de vous rendre compte que la plupart des promesses qui vous ont été faites ce soir ne pourront pas être mises en oeuvre. Pour une raison simple, c'est que l'Union européenne nous cadenasse, nous interdit, nous brime."

* SUR L'ÉDUCATION:

"Notre responsabilité, c'est d'assurer à l'école le respect de la laïcité et la sécurité. Car il y a trop de professeurs, aujourd'hui, qui se font malmener, qui se font brutaliser. Parce que l'insécurité est entrée dans l'école."

* SUR LA SÉCURITÉ :

"La situation d'explosion de l'insécurité (...), de la violence, des cambriolages dans l'intégralité du territoire (...) est quelque chose de dramatique et on paie la conséquence d'années et d'années de laxisme dans ce domaine."

* SUR L'IMMIGRATION :

"Je veux arrêter l'immigration, c'est clair. Et j'assume totalement mes propos."

EMMANUEL MACRON, candidat du mouvement En Marche !

"Le clivage classique, les partis classiques celles et ceux qui depuis des décennies n'ont pas réussi à résoudre les problèmes d'hier, n'y arriveront pas pour demain."

"Le projet que je porte c'est d'abord un projet d'alternance profonde, avec de nouveaux visages, de nouveaux usages, c'est un projet qui a confiance dans le pays, dans son énergie. C'est un projet juste, un projet efficace, un projet porteur d'espoir."

"L'alternance profonde, c'est notre projet, ça n'est pas le tic-tac, le balancier de la droite qui succède à la gauche pour tout détricoter comme on le vit depuis 30 ans. C'est un renouvellement en profondeur de la vie politique française."

* SUR LA SÉCURITÉ :

"Je propose que nos forces de l'ordre aient la possibilité de sanctionner de manière immédiate par une amende."

* SUR L'IMMIGRATION:

"Il faut aujourd'hui renforcer nos frontières mais en même temps faire notre devoir".

"Je propose de raccourcir drastiquement en la déconcentrant la procédure de l'asile, de raccourcir les recours, pour que en moins de six mois, ces titres soient délivrés ou non et que ensuite il y ait une politique de reconduite à la frontière efficace."

* SUR LA LAÏCITÉ :

"La laïcité c'est un bouclier et en aucun cas une arme qui pointe du doigt."

"A aucun moment les lois de la religion ne peuvent prévaloir sur les lois de la République."

JEAN-LUC MÉLENCHON, candidat de La France insoumise

"Je serai le dernier président de la Ve République car sitôt élu je convoquerai une assemblée constituante, ça sera la fin de la monarchie présidentielle."

"Je serai le président d'une France insoumise, en France, en Europe, dans le monde."

"A 65 ans je n'organise pas ma carrière, j'assume une mission, celle que résume ce programme qui se trouve ici et que moi-même je résume en quelques mots : rendre la France aux Français en la libérant de l'oligarchie, rendre la République à la France en la libérant de la monarchie présidentielle."

* SUR L'ÉDUCATION:

"Il faut que l'école soit gratuite, pas de droits d'inscription, pas de livre payant, même la cantine doit être gratuite."

* SUR LA SÉCURITÉ :

"Je note déjà qu'il y a une délinquance qui n'a pas l'air de retenir l'attention et qui retient la mienne, la France se fait voler chaque année 85 milliards par les tricheurs du fisc, pour ne rien dire du reste, la corruption et la collusion avec toutes les puissances d'argent. Il nous faut donc renforcer cette police qui s'occupe de ces questions-là, de la police financière, pour que nous récupérions nos biens."

"Quant à la justice (...), il faut en finir avec sa clochardisation, la situation est honteuse."

* SUR LA LAÏCITÉ :

"Je suis pour une laïcité respectée d'abord par les principaux responsables de l'Etat qui devraient éviter de manifester des sympathies religieuses."

"La laïcité n'a pas besoin qu'on en rajoute (...) elle est forte, elle a vaincu et ce sera encore son destin pour la suite. Simplement peut être faudrait-il qu'elle ne serve pas de prétexte pour s'en prendre à une religion, pour être clair pour s'en prendre aux musulmans."

* SUR LES INSTITUTIONS :

Je proposerai "de créer le référendum révocatoire, pour révoquer un élu à tout moment de son mandat."

(Service France)

© Reuters 2017
Envoyer par e-mail