Heurts dans les territoires palestiniens avant la venue de Trump

Envoyer par e-mail
19/05/2017 | 20:21

GAZA, 19 mai (Reuters) - Plusieurs centaines de manifestants palestiniens ont affronté les forces de l'ordre israéliennes vendredi en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, dans des heurts particulièrement violents, à quelque jours de la visite du président américain Donald Trump dans la région.

Les manifestants sont descendus dans les rues en Cisjordanie en soutien aux prisonniers palestiniens qui se sont mis en grève de la faim le mois dernier pour obtenir de meilleures conditions de détention dans les prisons israéliennes.

Une porte-parole de l'armée israélienne a parlé de "violentes émeutes". Plusieurs centaines de Palestiniens ont lancé des pierres et des bombes incendiaires aux forces de l'ordre israéliennes et ont mis le feu à des pneus.

Selon des responsables palestiniens, cinq manifestants ont été blessés par des tirs à balles réelles et 15 touchés par des balles en caoutchouc.

Dans la bande de Gaza, plusieurs centaines de Palestiniens se sont rassemblés et certains se sont approchés de la clôture qui sépare l'enclave palestinienne d'Israël.

Selon une porte-parole de l'armée israélienne, les manifestants ont lancé des pierres et mis le feu à des pneus.

Pour les disperser, les forces de l'ordre ont procédé à des tirs en l'air ainsi qu'en direction de ceux qui étaient considérés comme les meneurs, a-t-elle ajouté.

Onze Palestiniens ont été blessés par des tirs, a indiqué le ministère palestinien de la Santé. Trois d'entre eux sont dans un état grave.

Le chef de la Maison blanche entame vendredi une tournée de neuf jours qui doit le mener en Arabie saoudite, puis en Israël, dans les territoires palestiniens, au Vatican et au siège de l'Otan à Bruxelles.

Il semble peu probable que Trump parvienne à obtenir une poignée de mains entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas durant les 28 heures qu'il passera en Terre sainte en début de semaine. De même, les perspectives de voir un calendrier établi pour une reprise des pourparlers de paix semblent ténues. (Nidal al Moughrabi, Ali Saouafta et Ari Rabinovitch avec Luke Baker; Danielle Rouquié pour le service français)

© Reuters 2017
Envoyer par e-mail