La Bourse de Francfort ballotée par les changes (Dax -0,11%)

Envoyer par e-mail
13/09/2017 | 11:02

Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort évoluait en léger repli mardi matin, interrompant son élan des dernières séances, pour renouer avec la prudence, sur fond de marché des changes volatile, qui pénalise les sociétés exportatrices.

Vers 08H30 GMT l'indice vedette Dax se maintenait de justesse au-dessus du seuil des 12,500 points, et grappillait 0,11% à 12.510,62 points, tandis que le MDax des valeurs gagnait de 0,15% à 25.348,22 points.

Seul indicateur du jour en Allemagne, l'inflation a été confirmée à 1,8% pour le mois d'août, se rapprochant de l'objectif de 2% fixé par la Banque centrale européenne pour toute la zone euro.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a une nouvelle fois adressé une critique voilée à la BCE, en jugeant sa politique expansionniste "pas tenable à terme", alors que l'institution a décidé la semaine passée de maintenir son principal taux d'intérêt à zéro, au plus bas depuis mars 2016.

En pleine campagne électorale, l'Allemagne reprend le débat sur son inflation et sa compétitivité, et mercredi "tous les regards sont tournés vers l'inflation américaine", car "une inflation trop faible pourrait encore renforcer l'euro et de nouveau mettre le Dax sous pression", avance Jochen Stanzle, analyste pour CMC Markets.

Les prix à la production aux Etats-Unis seront publiés mercredi à 12H30. Une hausse de l'euro contre le dollar pénaliserait les sociétés exportatrices allemande dont les coûts de production sont en euros.

Du côté des valeurs, le secteur automobile, réuni à Francfort pour un salon "de la honte" post-dieselgate, selon le quotidien des affaires Handelsbaltt, s'éparpillait en tête, milieu et queue de Dax, au gré des annonces respectives des constructeurs.

Volkswagen gagnait 0,70% à 136,55 euros et BMW prenait 0,22% à 83,78 euros après avoir annoncé que ventes ont progressé de 4,2% en août, principalement grâce au succès sa Mini Countryman. Daimler cédait pour sa part 0,02% à 65,25 euros.

Les énergéticiens EON (+0,29% à 9.47 euros) et RWE (+0,62% à 21,05 euros) étaient également recherchés, alors que l'Allemagne devait atteindre ce mercredi un nouveau record dans sa production d'énergie éolienne.

Lufthansa se maintenait en hausse de 0,09% à 23 euros, alors que ses chances d'obtenir les activités les plus rentables d'Air Berlin, en partie clouée au sol depuis mardi par les arrêts maladie en masse de ses pilotes, restent intactes. La compagnie berlinoise (à -1,52% à 0,32 euros hors indice) continuait, elle, à souffrir, au deuxième jour de la coûteuse action de ses pilotes.

La dernière place revenait au groupe chimique Bayer (-0,76% à 110.45) qui continue de se désengager de sa filiale de chimie de spécialités Covestro et a annoncé mercredi la vente d'une nouvelle tranche de sa participation, soit 19 millions euros d'actions, représentant 9,4% du capital.

afp/jh

© AWP 2017
Envoyer par e-mail