La confiance des investisseurs, facteur déterminant de la prospérité des valeurs technologiques

Envoyer par e-mail
12/04/2018 | 11:43

(AOF) - Le recul récent de certains des plus gros titres du secteur de la technologie peut s'expliquer par un certain nombre de facteurs, indique Paul Markham, gérant Actions Internationales chez Newton IM (BNY Mellon IM). Les préoccupations concernant l'exploitation des données ont joué un rôle important, mais il ne faut pas oublier que d'autres questions ont progressivement pris de l'ampleur.

Au cours des deux dernières années, rappelle le gérant, nous avons été témoins de plusieurs cas de compromis de données, la monétisation de la publicité en ligne a été remise en question, et la croissance des ventes d'appareils dans les pays développés a ralenti.

"N'oublions pas qu'après un début d'année extrêmement solide après plusieurs années de surperformance, la technologie était une surpondération consensuelle - un secteur d'investissement surchargé", souligne Paul Markham.

Pour ce dernier, la croissance sous-jacente du secteur technologique demeure intacte. La génération des " Millennials " qui a grandi avec des appareils mobiles et l'e-commerce électronique, présente des habitudes de consommation très différentes à celle de leurs parents. Cette nouvelle culture ne fera que s'enraciner au fur et à mesure que ce groupe vieillit. La manifestation la plus évidente de ce phénomène se trouve dans le commerce de détail.

Cependant ajoute le gérant, la fourniture de la plupart des biens et services, de la nourriture à emporter à l'enregistrement des vols, de l'appel d'un taxi au paiement d'une facture d'énergie, est disponible sur simple pression d'un bouton.

A moins d'être hautement spécialisées (et/ou haut de gamme), les entreprises incapables de s'adapter à ce nouveau monde paraissent dépassées et sont souvent vulnérables, observe Paul Markham.

A l'avenir, l'expansion attendue de la réalité virtuelle (RV) et de l'intelligence artificielle (IA) apportera des dimensions supplémentaires : la RV est susceptible d'être adoptée avec enthousiasme par des Millennials avides d'expériences et utile pour une variété d'applications éducatives, alors que l'IA pourrait, perversement, profiter aux économies dont la démographie est la " pire " (c'est-à-dire vieillissante).

Les plus grandes craintes concernant le développement de l'e-commerce et des médias sociaux ont toujours été liées à la sécurité des données, principalement financières, mais aussi, de plus en plus, des données confidentielles de manière générale, rappelle le gérant. Dans une certaine mesure, toute personne qui affiche des renseignements personnels en ligne doit se rendre compte qu'il s'agit d'un risque qu'elle est prête à prendre.

Cependant, les révélations récentes les plus médiatisées sur l'utilisation des données ont rappelé à beaucoup qu'une très grande quantité d'informations sur leurs goûts et habitudes personnelles peut être transmise à des tiers de manière étonnamment directe.

Pour le gestionnaire d'actifs, reste à savoir dans quelle mesure cela aura un impact sur la volonté des utilisateurs de faire confiance aux médias sociaux, et dans quelle mesure cela - ainsi que les changements qu'ils s'imposent à leurs politiques de protection de données – aura une incidence sur leur rentabilité à long terme.

Dans un secteur qui est devenu dominant en termes de capitalisation boursière et où la loi des grands nombres rend la pérennité de la croissance toujours plus difficile, les valorisations joueront un rôle plus important.

Le retrait d'un pilier de la rentabilité de certaines entreprises les rendra vulnérables à la faiblesse continue des stocks et entravera leur capacité de croissance. Ces entreprises qui peuvent naviguer avec succès ces eaux troubles et, surtout, renforcer ou regagner la confiance des investisseurs sous le feux des projecteurs seront susceptibles de continuer à prospérer, conclut Paul Markham.

Copyright 2018 AOF
Tous droits de reproduction et de représentation réservés (Avertissement légal)
Envoyer par e-mail