Les Bourses européennes finissent en ordre dispersé

Envoyer par e-mail
31/05/2017 | 18:58

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé mercredi, la plupart terminant sur des variations de faible ampleur, après des indicateurs économiques jugés mitigés.

"L'attentisme prédomine aujourd'hui, avec des indicateurs mitigés", a déclaré à l'AFP Jaimy Corcos, gérant Actions de Swiss Life Asset Managers.

Selon cet investisseur, "il y a eu de bons chiffres sur l'activité manufacturière en Chine, mais aussi un taux de chômage meilleur qu'attendu en zone euro", à 9,3% en avril, au plus bas depuis huit ans.

Mais Selon M. Corcos, "le peu de hausse gagné en cours de séance a été effacé par Wall Street et de mauvais chiffres", en particulier, les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis, en recul pour le deuxième mois d'affilée, ce qui a déçu les analystes.

L'Eurostoxx 50 a terminé en baisse de 0,19%.

A Paris, l'indice CAC 40 a cédé 0,42% à à 5.283,63 points.

Elior Group a profité (+2,08% à 25,22 euros) de plusieurs recommandations positives, Barclays Bourse comme Natixis ayant relevé leur objectif de cours.

Le secteur des matières premières a reculé, à l'image d'ArcelorMittal (-3,28% à 19,31 euros), Vallourec (-2,89% à 5,61 euros) ou Total (-0,60% à 47,27 euros). Air France-KLM a pris 1,72% à 10,05 euros, la direction de la compagnie ayant exclu mardi toute "nouvelle étape de négociation" avec les syndicats de pilotes sur son projet stratégique.

A Londres, l'indice FT SE a cédé 0,09% à 7.519,95 points, après avoir accroché un nouveau record historique en séance. Parmi les titres exposés aux variations de la livre, le groupe de luxe Burberry a pris 1,62% à 1.815 pence, le groupe de cliniques privées Mediclinic 2,41% à 808,50 pence, le pharmacien GlaxoSmithKline 1,82% à 1.703,50 pence, et la compagnie aérienne EasyJet 1% à 1.414 pence.

En revanche, le secteur minier a été plombé par un recul marqué des prix du minerai de fer. Rio Tinto a lâché 2,53% à 3.102,50 pence, Glencore 2,36% à 285,10 pence, BHP Billiton 2,45% à 1.173 pence et Anglo American 2,32% à 1.031,50 pence. Les compagnies pétrolières ont subi la baisse du pétrole consécutive à la dernière réunion de l'OPEP, à l'image de BP (-1,14% à 466,70 pence) et Royal Dutch Shell (action "B", -0,99% à 2.143,50 pence).

A Francfort, l'indice DAX a pris 0,13% à 12.615,06 points, grâce aux énergéticiens, comme Eon (+2,87% à 7,79 euros) et RWE (+2,47% à 18,08 euros), sur fond de rumeurs sur une possible cession d'Innogy, filiale d'énergies renouvelables de RWE. Innogy (+1,30% à 36,53 euros) et surtout Uniper (+4,05% à 17,36 euros), la filiale d'Eon, en ont profité également.

Commerzbank a gagné 1,35% à 9,39 euros mais Deutsche Bank a connu le plus fort repli de la séance (-3,47% à 15,58 euros), la Réserve fédérale américaine (Fed) lui ayant imposé une amende de 41 millions de dollars pour ses lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent. Deutsche Telekom a cédé 0,31% à 17,73 euros.

L'équipementier Continental (-1,12% à 198 euros) a fait savoir qu'il allait coopérer dans le développement de la voiture autonome et connectée avec le groupe internet chinois Baidu. BMW a reculé de 1,13% à 83,29 euros, après plusieurs jours de perturbations attribuées à un sous-traitant italien de Bosch, qui avaient contraint le constructeur à ralentir sa production dans quatre usines réparties sur l'Allemagne, la Chine et l'Afrique du Sud.

A Amsterdam, l'indice AEX a cédé 0,31% à 524,07 points. Le sidérurgiste Arcelor Mittal a perdu 3,06% à 19,35 euros et le groupe de forage pétrolier et gazier SBM 3,04% à 13,72 euros. A la hausse, le brasseur Heineken (+1,02% à 87,76 euros) et le groupe de technologies Galapagos (+0,94% à 74,07 euros).

A Bruxelles, l'indice BEL 20 a fini quasi-stable (-0,06%), à 3.888,32 points. La plus sévère des onze baisses a affecté le métallurgiste Bekaert (-2,27% à 46,24 euros) et la plus forte des neuf hausses bénéficié au groupe énergétique Engie (+1,61% à 13,59 euros).

L'indice SMI de la bourse suisse a pris 0,10% à 9.016,64 points. Nestlé a progressé de 0,36% à 82,65 francs suisses et le groupe pharmaceutique Novartis de 0,89% à 79,30 francs suisses, son concurrent Roche se repliant de 0,34% à 265,80 francs suisses.

Les bancaires ont été très chahutées. UBS (-1,72% à 15,40 francs suisses) a enregistré le plus fort recul de la cote. Credit Suisse a chuté de 1,19% à 13,30 francs suisses. Le chimiste de spécialités Lonza a cédé 1,33% à 200,60 francs suisses, après avoir racheté le hollandais PharmaCell, spécialiste des produits pour des thérapies géniques et cellulaires, selon AWP. Autre chimiste de spécialités, Sika a terminé à 6.240,00 francs suisses (+1,46%).

A Madrid, l'indice IBEX a clôturé proche de l'équilibre (+0,03% à 10.880 points). Plus forte hausse, Cellnex (+4,02% à 18,65 euros), filiale télécoms du groupe autoroutier Abertis, qui bénéficie de rumeurs de rachat de la part de groupes américains.

Le spécialiste des réservations de voyage Amadeus a poursuivi son rebond (+1,67% à 51,85 euros), tandis que le gestionnaire d'aéroports Aena a gagné 1,87% à 179,7 euros. Banco Popular a perdu 6,3% à 0,61 euros et Banco Santander 0,34% à 5,78 euros.

A Milan, l'indice MIB a perdu 0,40% à 20.371 points. Meilleure performance, Italgas (+2,12% à 4,712 euros), devant Hera (+1,6% à 2,93 euros) et Recordati (+1,44% à 35,81 euros). En revanche, Mediaset a perdu 4,51% à 3,514 euros. Séance difficile également pour plusieurs banques dont Ubi Banca (-3,28% à 3,362 euros) et Banco BPM (-2,67% à 2,772 euros).

A Lisbonne, l'indice PSI 20 a fini en légère hausse de 0,19% à 5.289,98 points, tirée par le titre du producteur de liège Amorim qui a bondi de 3,68% à 12,12 euros. Autre gagnant, l'électricien EDP (+2,15% à 3,27 euros) et sa filière pour les énergies renouvelables EDP Renovaveis (+0,52% à 7 euros). A l'inverse, le groupe pétrolier et gazier Galp Energia a reculé de 1,26% à 13,73 euros.

bur-nth/ eb

© AWP 2017
Envoyer par e-mail