Les Bourses européennes quasiment stables

Envoyer par e-mail
13/04/2018 | 19:07

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont fini proches de l'équilibre vendredi, les investisseurs restant insensibles à la baisse de Wall Street, pour se concentrer d'avantage sur les nombreux résultats trimestriels d'entreprises.

Vers 16h15 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,26% à 24.418,30 points, le Nasdaq 0,27% à 7.120,62 points, et l'indice élargi S&P 500 0,11% à 2.661,01 points.

Les valeurs bancaires américaines reculaient malgré les bénéfices trimestriels supérieurs aux anticipations de JP Morgan Chase, Citigroup et Wells Fargo. "Ces valeurs avaient déjà fortement progressé en amont car on s'attendait à de bons résultats. Pour continuer à avancer, ils auraient dû être extraordinaires, ce qui n'a pas été le cas", a commenté Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

En Europe, les investisseurs n'ont "pas envie de prolonger le mouvement de hausse dans un contexte géopolitique assez tendu, la veille d'un week-end", a expliqué à l'AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France.

Du côté des indicateurs, l'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis a encore bondi au premier trimestre, contre toute attente. Le taux d'inflation en Allemagne, 1,6% en mars sur un an, a progressé par rapport à février. Enfin, outre-Atlantique, le moral des ménages a reculé en avril, selon l'Université du Michigan.

L'Eurostoxx 50 a terminé en petite hausse de 0,12%.

A Paris, l'indice CAC 40 a pris 0,11%, à à 5.315,02 points. Du côté des valeurs, Klépierre (+3,60% à 34,22 euros) à renoncé à racheter son concurrent britannique Hammerson, tandis qu'Eramet (+6,71% à 136,80 euros) a profité de la progression des cours du nickel.

ArcelorMittal (+1,12% à 26,53 euros) a proposé à la Commission européenne de céder des actifs en Europe pour lever les réticences sur son projet d'acquisition de l'italien Ilva. GTT a dévissé de 12,39% à 48,36 euros malgré un bond de 12,4% de son activité au premier trimestre, les ventes de la division services ayant déçu.

L'Oréal (+0,24% à 191,15 euros) a dévoilé un chiffre d'affaires en baisse de 1% à 6,78 milliards d'euros au premier trimestre 2018, mais progressant de 6,8% à données comparables. Vinci a pris 2,48% à 82,62 euros, le trafic passagers de ses 36 aéroports ayant grimpé de 11,6% au premier trimestre. Pierre et Vacances a pris 6,03% à 38,70 euros, fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 6,5% au premier semestre. Virbac a cédé 2,16% à 122,80 euros, pénalisé par un chiffre d'affaires en recul de 3,1% au premier trimestre.

A Londres, l'indice FT SE 100 a pris 0,09% à 7.264,56 points. Le secteur minier a bien réagi au déficit commercial inattendu en Chine en mars, causé par un repli des exportations et une accélération des importations. Anglo American a pris 1,05% à 1.688 pence, BHP Billiton 0,83% à 1.457,80 pence et Rio Tinto 0,93% à 3.785 pence.

L'éditeur de logiciels de comptabilité Sage Group (-8,18% à 617 pence) a concédé une croissance de son activité plus faible que prévu au premier semestre, notamment en raison de problèmes dans l'exécution de contrats aux États-Unis et au Moyen-Orient.

Rolls-Royce (-1,63%, à 866,80 pence) va subir un surcoût à cause d'inspections supplémentaires sur son moteur d'avions Trent 1000. Le groupe aérien IAG a rebondi (+0,07% à 609 pence) après avoir dévoilé la veille un possible intérêt pour la compagnie à bas coût Norwegian.

A Francfort, l'indice DAX a gagné 0,22%, à 12.442,40 points. Volkswagen (+0,39% à 177,28 euros) a présenté son nouveau patron, Herbert Diess, qui a promis d'intensifier ses réformes. L'entreprise aux 12 marques va se resserrer autour de six branches, créer une entité entièrement dédiée à la Chine, et préparer l'entrée en Bourse de sa division poids lourds (bus & trucks).

Le chimiste Covestro a reculé de 0,17% à 80,08 euros, malgré l'augmentation de 60% de son dividende. Lufthansa (-1,85% à 26,49 euros) a subi des prises de bénéfices après avoir profité jeudi des rumeurs de rachat de la compagnie à bas coûts Norwegian par la britannique IAG, démenties vendredi par Norwegian.

A Amsterdam, l'indice AEX a fini stable (+0,03% à 548,05 points), mené par la biotech Galapagos (+4,04% à 83,00 euros) et Unibail-Rodamco (+1,22% à 190,85 euros), leader européen de l'immobilier commercial. Le distributeur Ahold Delhaize a perdu 4,54% à 18,83 euros et l'assureur ASR Nederland 1,90% à 38,20 euros.

A Bruxelles, l'indice BEL 20 a gagné 0,12% à 3.888,32 points, mené par le groupe de biotechnologie Galapagos (+4,04% à 83,00 euros). En revanche, AB InBev, le numéro un mondial de la bière, a perdu 0,87% à 85,24 euros.

L'indice SMI de la bourse suisse a fini quasi-stable (-0,02% à 8.776,17 points). Parmi les bancaires, UBS a pris 0,24% à 16,87 francs suisses mais le Credit Suisse a perdu 0,57% à 15,81 francs suisses et Julius Baer 1,89% à 57,24 francs suisses. Le groupe de luxe Richemont (+1,39% à 91,94 francs suisses) et l'horloger Swatch (+1,66% à 453,50 francs suisses) ont attiré l'intérêt des investisseurs.

A Madrid, l'indice IBEX a pris 0,21% à 9.767,30 points, malgré le recul de ses poids-lourds Telefonica (-0,37% à 8,16 euros) et Inditex (Zara) (-2,50% à 24,55 euros). Les banques ont profité du relèvement des notes de l'agence canadienne DBRS (Banco Santander +0,49% à 5,37 euros; BBVA +1,28% à 6,41 euros; CaixaBank +0,20% à 3,95 euros), à l'exception de Banco Sabadell (-2,13% à 1,74 euro). Le secteur énergétique a été tiré par Iberdrola (+1,62% à 6,25 euros) et ses prévisions de résultats optimistes pour 2018.

A Milan, l'indice MIB a gagné 0,11% à 23.330 points, mené par Salvatore Ferragamo (+1,1% à 23,04 euros), devant Prysmian (+0,98% à 24,7 euros) et CNH Industrial (+0,91% à 9,996 euros). Le gestionnaire de patrimoine Azimut a cédé 3,30% à 17,165 euros, et Telecom Italia, théâtre d'une opposition entre le français Vivendi et le fonds américain Elliott, a perdu 1,44% à 0,8488 euros.

A Lisbonne, l'indice PSI 20 a perdu 0,18% à 5.447,58 points. Parmi les gagnants figuraient le groupe énergétique EDP Energias (+0,79% à 3,18 euros. A l'inverse, le distributeur Jeronimo Martins a terminé dans le rouge (-0,56% à 14,26 euros). Galp Energia a aussi cédé 2,10% à 15,84 euros.

bur-nth/eb

© AWP 2018
Envoyer par e-mail