Les métaux industriels reculent, la Chine inquiète

Envoyer par e-mail
21/04/2017 | 15:38

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont reculé cette semaine, plongeant mercredi avec l'inquiétude des investisseurs sur la Chine avant de se ressaisir.

Les métaux ont tous baissé en début de semaine, mais si le cuivre, le nickel et le plomb sont resté sur leurs pertes, l'aluminium et l'étain sont remontés, et le zinc s'est stabilisé.

"Les pertes du début de semaine étaient techniques, ce qui explique le rebond, mais les investisseurs sont dans le fond très sceptiques sur la demande, surtout en Chine, où le marché immobilier commence à faiblir", a expliqué Liz Grant, analyste chez Sucden.

"Le marché commence à s'impatienter du manque de progrès du plan américain d'investissement dans les infrastructures", ont ajouté les analystes de Dankse Bank.

Le président Donald Trump avait promis durant sa campagne d'investir dans les infrastructures, mais ses projets de relance économique paraissent compromis depuis l'échec de sa réforme du système de santé.

"Nous pensions que la hausse des prix depuis le mois d'octobre était démesurée, et il est logique de voir les prix baisser", ont commenté les analystes de Commerzbank.

"L'aluminium résiste mieux que les autres métaux car les mesures de régulation de la pollution en Chine vont entraîner l'arrêt de l'activité des fonderies pendant les mois d'hiver", ce qui va peser sur l'offre, ont noté les analystes de Capital Economics.

La tonne d'aluminium a atteint mardi 1.891,85 dollars, à son plus bas depuis un mois, avant de rebondir.

La tonne de plomb a atteint mardi 2.098 dollars, au plus bas depuis trois mois.

La tonne de zinc a atteint mardi 2.517 dollars, au plus bas depuis plus de trois mois.

-La production chilienne de cuivre stagne-

La tonne de cuivre est tombée mercredi à 5.530 dollars, à son plus bas depuis début janvier, avant de limiter ses pertes sur la semaine.

Les analystes digéraient pour leur part l'effet qu'a eu la limitation de l'offre sur les derniers mois, en particulier avec une grève importante au Chili, premier producteur mondial.

"La commission d'Etat du Chili sur le cuivre a fortement abaissé son objectif de production annuel après la grève de la mine d'Escondida (la plus grande du pays et du monde, ndlr)", ont noté les experts de Commerzbank.

"Au lieu de la hausse de 4,3% qui était prévue, la commission table désormais sur une hausse de seulement 0,8%, pour atteindre 5,6 millions de tonnes. La production devrait en revanche fortement augmenter l'année prochaine", ont-ils détaillé.

-Déficit de l'offre de nickel en début d'année-

La tonne de nickel a chuté mercredi à 9.305 dollars, au plus bas depuis près de dix mois.

"Il est notable que la demande de minerai de fer est plus faible récemment, et entraîne la demande de nickel", ont commenté les analystes de Dankse Bank.

Le nickel est un des métaux utilisés pour produire de l'acier inoxydable.

Le marché a par ailleurs été robuste au début de l'année.

"Selon les données du Groupe d'étude international du nickel, le marché mondial a été en déficit de 5.500 tonnes sur les deux premiers mois de l'année. A la même période l'année dernière, il y avait un surplus de 9.400 tonnes, ce qui montre que la demande a grimpé plus vite que l'offre", ont noté les analystes de Commerzbank.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 5.620,50 dollars vendredi à 13H30 GMT, contre 5.687 dollars le jeudi de la semaine précédente à 11H10 GMT.

L'aluminium valait 1.938,50 dollars la tonne, contre 1.906,50 dollars.

Le plomb valait 2.136 dollars la tonne, contre 2.244,50 dollars.

L'étain valait 19.750 dollars la tonne, contre 19.670 dollars.

Le nickel valait 9.425 dollars la tonne, contre 9.710 dollars.

Le zinc valait 2.599,50 dollars la tonne, contre 2.591 dollars.

js/pn/jpr

© AWP 2017
Envoyer par e-mail