Londres pénalisée par la livre

Envoyer par e-mail
07/12/2017 | 17:54

Londres (awp/afp) - La Bourse de Londres a terminé en baisse de 0,37% jeudi, pénalisée par le secteur pétrolier et une stabilisation de la livre après plusieurs jours de repli.

L'indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 27,28 points à 7.320,75 points.

La baisse de la livre ces derniers jours, sur fond d'incertitudes quant aux discussions du Brexit, avait constitué un facteur de soutien important au marché boursier britannique.

Sa stabilisation face au dollar et l'euro a donc pesé sur la tendance, en particulier pour les groupes très présents à l'international. La dépréciation de la devise a pour avantage de gonfler mécaniquement la valeur des revenus tirés à l'étranger lorsqu'ils sont convertis en livres.

"La fermeté de la livre a fait reculer le FTSE, alors qu'une nouvelle offre est faite aux Irlandais pour débloquer les discussions. Malheureusement, avec de nombreuses parties à satisfaire, une solution simple semble hors d'atteinte", explique Joshua Mahony, analyste chez IG.

Parmi les entreprises exposées à la livre, le cigarettier British American Tobacco a perdu 1,38% à 4.958,50 pence et le groupe de défense BAE Systems 1,25% à 554,00 pence.

Les compagnies pétrolières ont reculé à l'image de BP (-1,22% à 488,20 pence) et Royal Dutch Shell (action "B"), - 1,00% à 2.370,00 pence alors que le cours du pétrole tentait de se stabiliser après sa récente baisse.

Le motoriste britannique Rolls-Royce a gagné 0,36% à 843,50 pence après avoir obtenu l'autorisation des autorités espagnoles pour acheter le fournisseur ITP 720 millions d'euros, comme il l'avait annoncé en novembre 2016.

La banque Lloyds Banking Group a perdu quelques plumes (-0,46% à 64,51 pence). Le groupe a annoncé la vente de son siège londonien de la City, qu'il va désormais louer, à une société chinoise pour un montant non dévoilé.

Le groupe de télévisions Sky a été recherché (+0,91% à 997,00 pence), après la publication d'informations de presse assurant que le géant Disney, qui lorgne sur les actifs audiovisuels de la famille Murdoch, serait intéressé pour racheter l'intégralité de Sky - aujourd'hui détenu à 39% par 21st Century Fox de la famille Murdoch.

Enfin, le marché a été animé par une acquisition dans l'industrie du jeu, GVC envisageant d'acheter Ladbrokes Coral pour un montant maximal de 3,9 milliards de livres. Sur l'indice FTSE-250 des valeurs moyennes où ils sont cotés, GVC a bondi de 5,01% à 954,50 pence et Ladbrokes Coral s'est envolé de 29,03% à 175,10 pence.

jbo/eb

© AWP 2017
Envoyer par e-mail