Politique américaine : Donald Trump tente de prendre de la hauteur

Envoyer par e-mail
01/03/2017 | 06:26
Veillant à offrir un visage bien différent que lors de sa campagne, Donald Trump s’est efforcé d’endosser son costume de président des Etats-Unis, six semaines après son investiture, lors de son premier discours au Congrès destiné à détailler son projet.
Mais bien que la forme ait significativement changé, le fond en revanche ne varie pas. Mesures protectionnistes et plans de relance économique, largement applaudis par le camp républicain, restent au programme.

En effet, alors qu’un juge fédéral a suspendu le récent décret migratoire anti-musulman très contesté outre-Atlantique, le nouveau pensionnaire de la Maison-Blanche n’a pas manqué de réitérer sa volonté de renforcer les frontières afin d’améliorer, dit-il, l’emploi et les salaires des américains, consolider la sécurité du pays et restaurer un strict respect des lois en matière d’immigration.

Toujours selon le même crédo, illustré par le slogan « Make America great again », aucun doute non plus n’a plané quant à sa position vis-à-vis du commerce extérieur et sa volonté de taxer les importations pour lutter contre un déficit commercial abyssal en 2016.

Sur le plan budgétaire, Donald Trump a confirmé l’arrivée prochaine d’une réforme fiscale historique, en particulier pour les entreprises et les classes moyennes, tandis que Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, avait récemment confié au Wall Street Journal le souhait de l’administration d’obtenir une adoption avant les vacances du Congrès au mois d’Août.

Le milliardaire a par ailleurs réclamé l’approbation d’un investissement de 1000 milliards de dollars dans de grands travaux d’infrastructures financés aussi bien par le secteur public que par des fonds privés, avant d’appeler à l’abrogation de l’Obamacare, la réforme de la sécurité sociale menée par son prédécesseur, qu’il juge impossible à financer.

Rien de nouveau en conclusion si ce n’est la confirmation du danger que représente le projet de Donald Trump à la fois pour l’état de la dette américaine, laquelle sera inévitablement pénalisée par les baisses d’impôts massives à venir, et pour la stabilité des prix, tant la relance combinée au protectionnisme favorise le risque de surchauffe.

Sur le marché des changes, le billet vert progresse légèrement, l’Euro se replie à 1.0550 USD et le Yen à 113.50 JPY pour un Dollar.
Mathieu Burbau
© Zonebourse.com 2017
Envoyer par e-mail