Un oeil sur Washington, Wall Street avance gaillardement

Envoyer par e-mail
07/12/2017 | 18:28

New York (awp/afp) - La Bourse de New York, après un début de séance hésitant, montait plus franchement à la mi-journée jeudi, les investisseurs surveillant les négociations en cours à Washington sur la réforme fiscale: le Dow Jones prenait 0,36% et le Nasdaq 0,64%.

Vers 17H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average, l'indice vedette de Wall Street, montait de 86,58 points à 24.227,49 points, après avoir démarré dans le rouge.

Le Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 43,44 points à 6.819,81 points.

L'indice élargi S&P 500, qui avait aussi démarré la journée en repli, s'appréciait de 0,33%, ou 8,59 points, à 2.637,86 points.

"Il n'y a a priori pas d'information majeure venant justifier cette hausse, si ce n'est peut-être un certain optimisme vis-à-vis du processus de négociation en cours sur la réforme fiscale", a avancé Karl Haeling de LBBW.

Des parlementaires du Sénat et de la Chambre des représentants tentent actuellement de trouver un compromis entre leur version respective de cette grande promesse de Donald Trump.

"On entend parler de discussions autour d'un impôt sur les sociétés autour de 22% plutôt qu'autour de 20% et autour de l'abandon de l'+Alternative Minimum Tax+, que les sénateurs voulaient conserver pour les entreprises", a indiqué M. Haeling. Ce dispositif impopulaire vise à s'assurer que chaque contribuable acquitte un montant minimum d'impôt.

"Atteindre un compromis entre les deux assemblées ne sera pas facile car il y a encore des différences importantes entre les deux versions qui doivent être aplanies", a toutefois souligné Hayden Adams de Charles Schwab.

Rien ne sera figé dans le marbre tant que le financement du texte restera flou, a aussi noté M. Haeling.

Le spectre d'une fermeture des administrations fédérales plane également sur le marché.

L'Etat fédéral n'est en effet financé que jusqu'à vendredi soir et si le Congrès n'adopte pas une nouvelle loi de financement avant cette date, ses fonctionnaires jugés non essentiels devront rester chez eux. Cela s'est produit pour la dernière fois en 2013 à cause d'un bras de fer entre les républicains et l'ancien président Barack Obama.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a toutefois averti le Congrès qu'à partir de vendredi le Trésor userait de mesures comptables exceptionnelles pour rester sous le plafond de la dette. Cela pourrait laisser une marge de plusieurs mois avant que les services administratifs ne soient obligés de fermer faute de financement.

- Lululemon en forme -

Les investisseurs attendent aussi la diffusion vendredi du rapport mensuel officiel sur le marché du travail américain, toujours scruté de près car il est considéré comme une jauge importante de la santé de l'économie du pays.

Les chiffres diffusés jeudi sur l'emploi étaient à cet égard plutôt encourageants: les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement baissé, contredisant les prévisions des analystes.

Sur le front des valeurs, le secteur industriel menait la marche, l'indice le représentant au sein du S&P 500 prenant 0,95%. Il était suivi par le secteur des technologies (+0,65%) avec Facebook prenant par exemple 1,46% à 178,63 dollars, ou Alphabet, la maison-mère de Google, montant de 1,34% à 1.032,00 dollars.

General Electric avançait de 1,39% à 17,91 dollars. Sa branche énergie GE Power a annoncé une réduction de son effectif mondial d'environ 12.000 postes dans le cadre d'un vaste plan de restructuration pour "renforcer" sa compétitivité.

Le groupe de semi-conducteurs Broadcom montait de 0,87% à 266,06 dollars après avoir publié un chiffre d'affaires et des bénéfices pour le quatrième trimestre de son exercice fiscal supérieurs aux prévisions.

Le vendeur de vêtements de sport Lululemon bondissait de 6,80% à 72,26 dollars après avoir également annoncé des résultats trimestriels au-dessus des anticipations, et avoir relevé ses prévisions annuelles.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,326%, contre 2,339% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 2,714%, contre 2,730% la veille.

jum/alb/pb

© AWP 2017
Envoyer par e-mail