Wall Street, en baisse, s'inquiète de la Chine et de la réforme fiscale

Envoyer par e-mail
14/11/2017 | 19:01

New York (awp/afp) - La Bourse de New York évoluait en baisse à la mi-séance mardi les investisseurs s'inquiétant d'une production industrielle chinoise décevante et du risque d'arbitrages dans la réforme fiscale: le Dow Jones perdait 0,15% et le Nasdaq 0,33%.

Vers 17H30 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average reculait de 35,53 points, à 23.404,17 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, abandonnait 22,42 points, à 6.735,17 points.

L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,23% ou 5,91 points à 2.578,93 points.

La production industrielle chinoise a progressé de seulement 6,2% en octobre, contre une hausse de 6,6% en septembre, moins qu'attendu par les analystes sondés par Bloomberg (+6,3%).

"La production industrielle chinoise est importante" pour l'économie américaine et "ces chiffres ont également un effet important sur les secteurs pétroliers, miniers et sur l'agriculture" , a rappelé Chistopher Low de FTN Financial.

L'indice qui regroupe les valeurs énergétiques au sein du S&P 500 perdait 1,22%, de loin la plus forte baisse au sein des 11 compartiments qui composent le S&P 500.

Les investisseurs craignaient également les suites des débats républicains cette semaine au Sénat concernant la grande réforme fiscale promise par le président Donald Trump.

Des arbitrages budgétaires doivent être réalisés pour parvenir à un vote final des sénateurs à la majorité simple, le souhait des républicains pour ne pas être contraints de recourir à des voix de l'opposition démocrate.

Outre le report d'un an de la baisse d'impôt pour les entreprises de 35 à 20%, plusieurs scénarios sont envisagés, au rang desquels une baisse moins marquée de cette même taxe à 21%, et le maintien du niveau d'imposition des couples mariés qui gagnent plus d'un million de dollars.

- General Electric sombre -

Le taux de 20% "n'augmentera pas", a toutefois affirmé lundi le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin interrogé par le Wall Street Journal, ajoutant que "c'est l'un des sujets sur lesquels le Président a les convictions les plus fortes".

"Le délai d'un an (d'application de la réforme fiscale pour les entreprises) serait très mal accepté par les marchés, bien qu'il aurait du sens: il offrirait du temps aux entreprises pour repenser leur stratégie d'implantation, notamment pour celles qui fuient les Etats-Unis pour des raisons fiscales, à l'image d'Apple", a par ailleurs estimé M. Low.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,382% contre 2,400% la veille, et celui des bons à 30 ans baissait à 2,839%, contre 2,869% lundi soir.

Sur le front des valeurs, Altice USA chutait (-7,09% à 19,60 dollars) dans le sillage du plongeon de plus de 13% du titre de la maison-mère Altice cotée à Amsterdam.

Home Depot avançait (0,98% à 166,97 dollars), après un relèvement des prévisions annuelles, le groupe expliquant tabler sur une hausse des dépenses des ménages dans les zones affectées par les ouragans durant l'été.

General Electric poursuivait sa descente aux enfers (-7,15% à 17,66 dollars) au lendemain de l'annonce d'un plan de restructuration prévoyant pour 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois qui avait déjà fait plonger le titre de 7,17% à la clôture lundi.

La chaîne de magasins de vêtements TJX Cos reculait (-5,12% à 67,14 dollars) après la publication de perspectives de bénéfices largement inférieures aux anticipations.

alb/jum/nth

© AWP 2017
Envoyer par e-mail