TCI réclame l'abandon par Safran du rachat de Zodiac et s'en prend à son président

Envoyer par e-mail
15/03/2017 | 15:42
Chris Hohn




LONDRES (Agefi-Dow Jones)--Le fonds d'investissement activiste TCI Fund Management a menacé mercredi de demander le départ du président de Safran (>> SAFRAN), Ross McInnes, si le groupe n'abandonne pas son projet d'acquisition de Zodiac Aerospace (>> Zodiac Aerospace) à la suite du nouvel avertissement sur résultats du spécialiste de l'aménagement des cabines d'avion.



TCI s'est dès le départ opposé à cette opération d'un montant de 8,5 milliards d'euros, affirmant que Safran surpayait Zodiac et que la structure de l'offre lésait les actionnaires minoritaires. Safran a annoncé en janvier qu'il projetait d'acquérir l'équipementier aéronautique en difficulté Zodiac Aerospace afin de devenir le troisième fournisseur de Boeing (>> Boeing Co) et d'Airbus (>> Airbus Group) derrière United Technologies (>> United Technologies Corporation) et General Electric (>> General Electric Company). Mardi soir, Zodiac Aerospace a émis un nouvel avertissement sur ses résultats, à la suite d'une contraction de son activité au premier semestre de son exercice 2016-2017. Le groupe a prévenu que son résultat opérationnel pour l'exercice entier reculerait de 10%, alors qu'il s'attendait auparavant à une progression de 10% à 20%. Mercredi à 15h30, le titre Zodiac chutait de 16,4% à 22,95 euros.



Le groupe peine à honorer ses engagements de livraisons de sièges et de toilettes d'avion. De nouveaux problèmes sont survenus fin 2016 dans une de ses usines située au Royaume-Uni, ajoutant à la pression sur ses résultats.



Le patron de TCI, Chris Hohn, a déclaré dans une lettre ouverte adressée au président de Safran que les derniers résultats de Zodiac ne faisaient que renforcer son analyse selon laquelle Zodiac est "énormément surpayé". "La résolution des problèmes de Zodiac Aerospace représenterait un investissement considérable en capitaux et en effectifs, et ce processus complexe et onéreux repousserait le redressement des marges bien au-delà de l'horizon escompté", ajoute-t-il. Safran a dit qu'il prévoyait de redresser Safran en l'espace de deux ans.



L'avertissement de Zodiac implique des résultats inférieurs de 25% à ses prévisions et place le taux d'endettement du groupe bien au-delà de la fourchette convenue avec ses créanciers, assure l'investisseur britannique. "Si Safran n'avait pas proposé ce qui équivaut dans les faits à un renflouement de Zodiac Aerospace, les investisseurs et les clients exigeraient sans délai une augmentation de capital et le cours de Zodiac tomberait à moins de 15 euros", affirme TCI.



Safran a reconnu mardi soir que l'avertissement de Zodiac constituait un "élément nouveau" qui devrait être pris en compte dans ses négociations exclusives avec l'entreprise. Le groupe n'a pas précisé quelles conclusions il pourrait en tirer.



Dans son courrier, Chris Hohn a reproché son "manque de discernement" au président de Safran, Ross McInnes, et l'a menacé de demander son départ. "Si vous n'annulez pas l'opération, cela apportera la preuve de votre incompétence en tant que président de Safran, aussi appellerons-nous les actionnaires de Safran à vous exclure du conseil d'administration lors de l'assemblée générale de juin."



Safran n'a pas souhaité faire de commentaire.





-Robert Wall, The Wall Street Journal



(Version française Guillaume Bayre) ed: LBO





Envoyer par e-mail