Carrefour

CA
Temps réel Euronext Paris - 23/08 17:36:30
15.39EUR
-1.6%

Les espoirs sur le commerce ravivent le goût du risque

Envoyer par e-mail
18/01/2019 | 11:08
PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en nette hausse vendredi, portées par des espoirs de résolution prochaine du conflit commercial entre Pékin et Washington qui alimentent un retour de l'appétit pour le risque.

À Paris, l'indice CAC 40 s'adjuge 1,29% à 4.856,24 points vers 09h40 GMT. À Francfort, le Dax avance de 1,04% et à Londres, le FTSE prend 1,1%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 1,19%, le FTSEurofirst 300 de 1,06% et le Stoxx 600 de 1,06%.

Les investisseurs ont réagi à la publication, lors de la séance à New-York, d'une information du Wall Street Journal (WSJ) selon laquelle le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin serait favorable à une levée partielle ou totale des droits de douane imposés aux importations chinoises afin de sortir le différend commercial de l'impasse.

Le WSJ rapporte en outre que cette idée se heurte à la résistance du représentant fédéral au Commerce (USTR), Robert Lighthizer, et n'a pas encore été soumise au président Donald Trump.

Cette information, qui a été démentie par le département du Trésor, intervient alors que le vice-Premier ministre chinois Liu He est attendu aux Etats-Unis les 30 et 31 janvier pour un nouveau cycle de négociations.

"Nous avons vu un nombre croissant d'investisseurs ajouter des actifs risqués dans leur portefeuille" sur la base des espoirs sur le commerce, commente Naeem Aslam, chez ThinkMarkets. "Juste pour mettre les choses en perspective, le S&P 500 a dépassé sa moyenne mobile à 50 jours, un signal que les acheteurs ('bulls') sont revenus dans la course".

Les indices d'actions mondiaux sont sur le point de signer une quatrième semaine consécutive de hausse, du jamais vu depuis début juillet 2018.

"Je pense que les investisseurs sont aussi confiants en raison des récentes statistiques aux Etats-Unis comme l'indice Philly Fed qui a rebondi fortement en janvier", ajoute Naeem Aslam.

VALEURS

Les secteurs exposés aux évolutions du commerce et de la croissance chinoise profitent des espoirs d'avancées dans les négociations commerciales entre Washington et Pékin.

L'indice Stoxx de l'automobile prend ainsi 1,54%, celui de la technologie 1,34% et celui des ressources de base 1,23%.

Le compartiment de la distribution (+1,47%) profite pour sa part des annonces de Casino (+6,19%) dont les performances au quatrième trimestre ont montré un impact moindre que redouté des perturbations liées aux "Gilets jaunes".

Dans la foulée, Carrefour grimpe de 3,56%, parmi les plus fortes hausses du CAC 40.

En tête de l'indice plus large SBF 120, Eurofins Scientific bondit de 6,58% après un avis favorable de Berenberg qui estime que le marché est devenu "excessivement pessimiste" à l'encontre du laboratoire d'analyses et qui a confirmé sa recommandation à "achat".

Lanterne rouge du Stoxx 600, Telecom Italia chute de 8,66% à Milan après avoir averti d'une baisse de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) organique en 2018 et de difficultés sur son activité en Italie.

Le transporteur aérien irlandais Ryanair (-1,87%) est aussi sanctionné après la nouvelle révision à la baisse de son objectif de bénéfice annuel. Il entraîne dans son sillage son concurrent EasyJet (-1,326%) tandis qu'Air France-KLM (+1,62%) est épargné.

EN ASIE

Les espoirs sur le commerce ont dopé les Bourses asiatiques: le Nikkei à Tokyo a terminé en hausse de 1,29%, au plus haut depuis un mois.

La Bourse de Shanghai a avancé de 1,42% et celle de Hong Kong a pris 1,25%.

Les investisseurs attendent lundi la publication des chiffres de croissance de la Chine pour le quatrième trimestre et pour l'ensemble de 2018, alors que celle de 2017 a été revue en baisse, de 6,9% à 6,8%.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse jeudi après les informations du WSJ sur les négociations commerciales sino-américaines, même si le démenti du Trésor américain a eu pour effet de réduire les gains.

L'indice Dow Jones a gagné 0,67%, le S&P-500 a pris 0,76% et le Nasdaq Composite a avancé de 0,71%.

Les contrats à terme sur ces trois indices préfigurent une ouverture vendredi en hausse de 0,3% à 0,4%.

TAUX

Le regain de goût du risque porte le rendement des Treasuries à dix ans à un plus haut de trois semaines, à plus de 2,77%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans suit la tendance pour revenir au-delà de 0,27%, à un plus haut d'un mois.

Autre signe de détente, les investisseurs retrouvent de l'appétit pour la dette italienne: le rendement de l'emprunt à dix ans recule de plus de quatre points de base, à 2,715%. Ce qui ramène son écart avec le rendement du Bund à moins de 245 points de base, au plus bas depuis la fin septembre.

CHANGES

Les espoirs liés au commerce international favorisent le dollar, qui gagne notamment 0,3% face au yen.

L'indice dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, reste par ailleurs non loin d'un pic de deux semaines atteint la veille.

De son côté, la livre sterling recule face à l'euro et au dollar mais conserve une grande partie des gains acquis après le rejet, mardi, de l'accord de Brexit et l'échec de la motion de censure contre la Première ministre Theresa May. Ces deux faits ont alimenté les spéculations au sujet d'un éventuel nouveau référendum sur une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Les cambistes attendent la présentation du "plan B" de Theresa May qui sera dévoilé lundi et débattu puis mis aux voix la semaine suivante.

La livre sterling affiche pour l'heure un gain de 1,4% sur la semaine face à l'euro et une hausse de 0,8% face au dollar.

PÉTROLE

Les espoirs de détente sur le front commercial alimentent la hausse des cours du brut, soutenus également par la réduction de production entreprise par l'Opep et ses alliés depuis le début de l'année.

Le baril de Brent tente de se rapprocher des 62 dollars et le baril de brut léger américain se traite à plus de 52 dollars.

MÉTAUX

Les cours du cuivre et du zinc ont touché des plus hauts de 2019 à la faveur des espoirs d'amélioration sur le front du commerce international.

De son côté, le palladium gagne plus de 1% vendredi, à 1.412 dollars l'once, après avoir touché plus tôt un record de 1.434,50.

Ce métal, utilisé pour les convertisseurs catalytiques qui limitent les émissions polluantes des voitures, est porté par une demande supérieure à l'offre et profite des anticipations de mesures de soutien à l'économie en Chine, premier marché automobile mondial.

(Édité par Wilfrid Exbrayat)

par Blandine Henault

© Thomson Reuters 2019
Envoyer par e-mail