Attention rebond fragile !

19/07/2022 | 07:06

La belle dynamique entrevue vendredi sur les marchés financiers s'est poursuivie hier en Europe et en Asie, permettant aux indices de s'éloigner encore un peu plus de leurs planchers annuels. Vous serez d'accord avec moi pour dire que ce moment de répit est le bienvenu même si on n'est encore loin d'affirmer que les investisseurs ont retrouvé leur "FOMO", l'acronyme anglo-saxon pour "fear of missing out", c’est-à-dire la "peur de rater quelque chose". En l'occurrence, la peur de manquer une phase de hausse. La séance américaine de la veille, où la vapeur s'est rapidement inversée, nous rappelle que tout cela reste fragile, alors que se profilent plusieurs événements importants, à la fois politiques (tensions Europe-Russie autour de Nord Stream 1) et économiques (réunion de la BCE jeudi et la publication des PMI manufacturiers en fin de semaine).

Les marchés actions se sont offert un nouveau rebond hier, enfin en Europe et en Asie puisque les indices américains se sont enfoncés en territoire négatif à mi-parcours suite à un article de Bloomberg, qui pointe les effets du ralentissement économique sur la machinerie d'Apple. Plus concrètement, le groupe à la pomme prévoit de ralentir ses dépenses et les embauches dans certaines unités, de quoi faire retomber la libido du Nasdaq100, qui a perdu près de 250 points en quelques heures.  Les investisseurs gardent également un œil sur les données macroéconomiques, la remontée des rendements obligataires mais également le nombre de contaminations au coronavirus, qui ne s'est pas évaporé avec les chaleurs ardentes de l'été. Ce contexte, source de valse-hésitation entre les stratégies tournées vers les achats à bon compte des titres qui ont tracté le marché ces dix dernières années et celles plus défensives, risque de dominer le mois et demi restant à courir jusqu'à la rentrée de septembre. Le tout agrémenté des résultats et des perspectives des sociétés, qui sont plutôt favorables jusque-là même si les craintes de récession forcent les entreprises à mettre beaucoup de conditionnel dans leurs projections.

L'agenda du jour, relativement vierge au niveau des statistiques macroéconomiques de premier plan, sera en revanche plus chargé côté entreprises, avec notamment dès ce matin en Europe Novartis, BHP Group ou Vinci, en attendant Johnson & Johnson, Lockheed Martin et Netflix à la mi-journée aux Etats-Unis. Cette accumulation de résultats et de prévisions est importante parce qu'elle va permettre aux analystes de tester leurs scénarios annuels et contribuera à orienter le sentiment du marché. Un sentiment qui sera plus ou moins fixé à la fin de la semaine prochaine, puisqu'une majorité d'entreprises aura publié, permettant aux fournisseurs de données de produire leur palette habituelle de statistiques. A ce stade, même si l'échantillon des études est trop petit puisqu'il ne porte que sur 35 sociétés du S&P500, il semble que la campagne de résultats sera favorable. C'est en tout cas ce que révèle le premier rapport de Refinitiv, qui indique que 80% des sociétés qui ont publié leurs résultats semestriels ont dépassé les attentes des analystes. Encore une fois, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

La séance du jour sera donc marquée par une série de résultats et l'absence d'indicateurs macroéconomiques majeurs. Rebelote demain et après-demain avec beaucoup de chiffres d'entreprises, mais aussi les annonces de la Banque centrale européenne sur sa politique monétaire. Une réunion très attendue alors que l'institution est à la croisée des chemins en matière de stratégie, puisque l'Institution va officialiser une remontée de ses taux directeurs de 25 points de base, voire 50, sait-on jamais.

Je termine cette chronique matinale par quelques mots sur la dépendance de l'Europe au gaz russe et de son impact catastrophique sur les importateurs comme l'énergéticien allemand Uniper, majoritairement détenu par le groupe finlandais Fortum. Le groupe, en manque de liquidités, est voué à prendre des mesures d'urgence, comme puiser dans ses stocks au lieu de s'approvisionner sur le marché comptant où les prix ont flambé. Selon l'agence Reuters, Gazprom s'est déclaré en situation de force majeure auprès de certains importateurs, dont Uniper, qui a dernièrement dû activer une ligne de crédit de 2 milliards d'euros pour éviter la banqueroute. La force majeure est une disposition d'un contrat qui libère les deux parties de toute obligation si un événement extraordinaire empêche directement l'une ou les deux parties de s'exécuter, ce qui signifie que Gazprom pourrait potentiellement ne pas honorer ses engagements de livraison de gaz du fait de circonstances exceptionnelles. De quoi faire monter la pression encore d'un cran alors que les autorités européennes redoutent un arrêt complet de l'approvisionnement en gaz russe. 

En Asie ce matin, les velléités de rebond ont été plus ou moins anéanties, sauf à Tokyo où le Nikkei 225 gagne 0,80% en fin de parcours. L'ASX 200 est en légère baisse, tandis que les indices chinois sont en contraction un peu plus prononcée, autour de 1,15% pour le Hang Seng et de 0,90% pour le CSI 300. Quant aux indicateurs avancés européens, ils sont baissiers afin de rattraper la contraction de Wall Street hier.

Les temps forts économiques du jour

Au programme de la séance, la dernière lecture de l'inflation (11h00) en Europe avant les permis de construire et les mises en chantiers (16h00) aux Etats-Unis. Les banques centrales vont occuper le terrain en fin de journée avec deux allocations, la première à 17h00 avec la BOE et la seconde à 20h35 avec la Fed. Tout l'agenda macro ici.

L'euro est remonté à 1,015 USD. L'once d'or stagne à 1709 USD. Le pétrole remonte avec un Brent de Mer du Nord à 105,80 USD le baril et un brut léger américain WTI à 102,30 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans grimpe à 2,97% sur 10 ans. Le bitcoin se négocie 21950 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Adecco : Goldman Sachs reste neutre et abaisse son objectif de cours de 40 à 38,50 CHF.
  • Atos : Citigroup abaisse son objectif de cours de 25 à 12 EUR.
  • Capgemini : Citigroup abaisse son objectif de cours de 225 à 205 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : Deutsche Bank reste acheteur mais avec un objectif de cours réduit de 155 à 145 CHF.
  • Crédit Suisse : Barclays maintient son avis à surpondérer mais abaisse son objectif de 5,50 à 5 CHF.
  • Danone : Berenberg passe de vendre à conserver avec un objectif de cours relevé de 50 à 52 EUR.
  • Deutsche Telekom : Oddo BHF reprend son suivi à surperformance avec un objectif de cours de 23 EUR.
  • Fevertree Drinks : HSBC passe d'acheter à alléger avec un objectif de cours de 800 GBX. Barclays passe de surpondérer à pondération en ligne avec un objectif de cours de 1000 GBX.
  • Flughafen Zürich AG : Citigroup passe de vendre à achat avec un objectif de cours relevé de 142 à 175 CHF.
  • Givaudan : Berenberg reste à l'achat mais avec un objectif de cours réduit de 4500 à 3800 CHF.
  • Julius Bär : Barclays démarre son suivi à pondération en ligne avec un objectif de cours de 45 CHF.
  • Lindt : Berenberg reste à conserver mais avec un objectif de cours réduit de 11500 à 9500 CHF.
  • L'Oréal : Berenberg reste neutre avec un objectif de cours réduit de 350 à 333 EUR.
  • Neoen : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne avec un objectif de cours de 35 EUR.
  • Nestlé : Berenberg reste à l'achat mais avec un objectif de cours réduit de 139 à 128 CHF.
  • Safran : Goldman Sachs reste acheteur mais avec un objectif de cours réduit de 137 à 134 EUR.
  • Swiss Re : Barclays relève son objectif de cours de 86 à 88 CHF.
  • Telecom Italia : Oddo BHF reprend son suivi à surperformance avec un objectif de cours de 40 EUR.
  • Telefonica : Oddo BHF reprend son suivi à surperformance avec un objectif de cours de 1,40 EUR.
  • UBS Group : Barclays dégrade à sous-performance avec un objectif de cours réduit de 18 à 15 CHF.
  • UnitedHealth : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 605 à 625 USD.
  • US Bancorp : Morgan Stanley reste neutre mais avec un objectif de cours relevé de 54 à 57 USD.
  • Vodafone : Oddo BHF reprend son suivi à neutre avec un objectif de cours de 140 GBX.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • La cotation d'Electricité de France reprendra aujourd'hui à 9h00, sous réserve de la publication d'un communiqué par l'Etat français. Son retrait de la cote est prévu à 12 euros par action.
  • Air Liquide investit 200 millions d’euros dans 2 unités de production d’hydrogène en Chine.
  • Aéroports de Paris revoit à la hausse ses prévisions de trafic pour 2022.
  • Les ventes d'Alstom progressent de 8% au premier trimestre. Le groupe confirme ses perspectives.
  • Le Cap-Vert cède la gestion de ses sept aéroports à Vinci dans le cadre d'un contrat de concession de 40 ans.
  • Stellantis stoppe la production de Jeep en Chine.
  • Airbus et des compagnies dont Air France-KLM explorent les technologies sur le captage de CO2 dans l'air.
  • Argan réalise l'acquisition d'une plateforme logistique de 153 000m2.
  • Neoen et Prokon vont construire un projet éolien de 40 MW en Finlande.
  • Bastide Le Confort Médical s'implante en Italie avec l'acquisition de la majorité du capital de la société Oxystore.
  • Mersen livre une pièce maitresse de l'ELT, le futur télescope géant de l'ESO.
  • Biosynex, Ecoslops et Genoway dévoilent leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Lockheed Martin pourrait fournir 375 avions de combat F-35 au Ministère américain de la Défense pour 30 milliards de dollars.
  • Apple ralentirait ses embauches et ses dépenses selon Bloomberg.
  • Une filiale de General Dynamics obtient un contrat de 908 millions de dollars de l'US Air Force.
  • Les actions d'Alphabet s'échangent autour de la barre des 100 USD, après le split de 20 pour 1.
  • Pfizer et BioNTech reportent les livraisons du vaccin COVID-19 dans l'UE.
  • Le vaccin COVID-19 de Moderna obtient l'autorisation d'être utilisé chez les nourrissons en Australie.
  • BlackRock signe un partenariat avec QLS Advisors dans l'innovation biomédicale.
  • Boeing s'associe à Alder Fuels pour développer un carburant d'aviation durable. Le constructeur pourrait recevoir une commande supplémentaire pour son avion de ligne 777X de la part de Qatar Airways selon Bloomberg.
  • Les avocats de Twitter et d'Elon Musk vont se faire face pour la première fois aujourd'hui lors d'une audience préliminaire.
  • Porsche, filiale de Volkswagen, s'attend à un rebond des ventes en Chine au second semestre.
  • Siemens réalise l'acquisition de la société américaine ZONA Technology.
  • Novartis enregistre une chute de son bénéfice au deuxième trimestre à 1,69 milliard de dollars.
  • Roche reçoit la désignation de dispositif révolutionnaire de la Food and Drug Administration américaine pour son panel de plasma amyloïde Elecsys pour la détection de la maladie d'Alzheimer.
  • Holcim acquiert les actifs d'Ol-Trans en Pologne.
  • Les confinements en Chine ont pesé sur l'activité de SGS AG.
  • Le Royaume-Uni  confirme son intention de lancer un démonstrateur Tempest, un avion supersonique, avec BAE Systems.
  • ING Groep complète son programme de rachat d'actions de 388 millions de dollars.
  • HSBC rachète pour 20 millions de dollars d'actions à Londres et à Hong Kong dans le cadre de son plan de rachat d'un milliard de dollars.
  • BHP Group enregistre une baisse de sa production de cuivre et de nickel au cours de son exercice 2022.
  • L'opérateur télécom norvégien Telenor ASA dépasse les attentes au deuxième trimestre.
  • Principales publications du jour : Johnson & Johnson, Novartis, BHP GroupTout l'agenda ici.

Lectures et vidéos

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
29/09
28/09
27/09
26/09
23/09