Besoin d'un coup de pouce ?

26/01/2022 | 09:04

Wall Street a rechuté hier, en particulier les valeurs technologiques, en attendant le verdict de la banque centrale américaine sur sa politique monétaire ce soir. L'Europe a mieux tenu le choc et se dirige vers une bonne ouverture ce matin, après les résultats de Microsoft ou de Texas Instruments. Mais la volatilité reste forte et la teneur du discours de la Fed ce soir aura une grande importance pour la planète finance.

Les marchés actions se retrouvent au matin du 26 janvier dans une configuration déjà vue à maintes reprises. La phase de prises de bénéfices intense en cours rencontre un événement macroéconomique majeur de type "stop ou encore" : la première décision de politique monétaire de la banque centrale américaine cette année. Plus que la décision elle-même – il ne devrait pas y avoir d'actions ce soir, juste des confirmations – c'est la teneur du discours d'accompagnement de Jerome Powell qui déterminera l'ambiance des semaines à venir.

Les investisseurs se sont en quelque sorte préparés au pire, du moins de leur point de vue, c’est-à-dire une position très radicale des banquiers centraux pour contrer l'inflation et la surchauffe économique. Dans le jargon financier, on dit que les faucons ont pris le pas sur les colombes, ou pour employer les termes anglo-saxons que vous avez peut-être déjà lus ou entendus, que la Fed est "hawkish", alors qu'elle a très longtemps été "dovish". En Europe, ce type de clanisme existe aussi au sein de la BCE entre les orthodoxes partisans d'une politique monétaire traditionnelle et peu interventionniste (plutôt ces coincés de banquiers centraux du nord) et les progressistes qui militent pour un mandat élargi (plutôt ces fainéants de banquiers centraux du sud).

Au sein de la Fed, les faucons ont peu à peu débordé les colombes, qui ont dû s'adapter et reconnaître qu'elles étaient un peu trop restées les bras ballants pendant que l'inflation accélérait. A leur décharge, les aléas sanitaires liés au coronavirus étaient compliqués à gérer, comme l'a démontré et le démontre toujours le chaos dans les mesures gouvernementales un peu partout dans le monde. Le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, est une colombe qui a durci son discours. Mais durci jusqu'à quel point ? C'est un peu l'enjeu de la soirée.

Comme d'habitude, il y a plein d'avis de spécialistes sur la question. J'en ai retenu deux qui me semblent pertinents ce matin. Le premier émane d'un cambiste anglo-saxon que je vais d'abord citer avant de décrypter. Ce monsieur a donc déclaré en substance "un Powell modérément hawkish serait dovish pour le marché". Dans ce franglais effrayant que vous me pardonnerez j'espère, cela veut dire que les investisseurs ont sorti la ceinture et les bretelles en vue d'un discours dur, mais que si ce discours est seulement modérément dur, il sera considéré comme positif par le marché. Vous suivez ?

Autre commentaire qui va un peu dans le même sens, celui d'un responsable de l'investissement d'un fonds, pour qui la Fed est confrontée à un dilemme keynésien classique, avec une économie américaine qui ralentit mais une inflation qui continue d'augmenter. "La réduction de l'assouplissement quantitatif et la hausse des taux doivent-elles être prioritaires par rapport à la stimulation de la croissance ?", s'interroge ce professionnel, qui pense que la Fed va "très bientôt" abandonner à nouveau son discours de faucon pour redevenir colombe. La stratégie de la fuite en avant en somme, qui viendrait renforcer le camp de ceux qui pensent que l'institution se préoccupe plus de marchés financiers que d'économie réelle, parce que ses dirigeants ont aussi des actions quand les marchés actions fonctionnent, le reste de l'économie suit

En attendant, la réalité est plus douloureuse. Hier, la volatilité a encore été forte à Wall Street où le Nasdaq 100 a reperdu 2,5% en préservant le seuil des 14 000 points, mais sans avoir jamais été en mesure de poursuivre son rebond. Le S&P500 a flirté avec l'équilibre aux deux-tiers de la séance après avoir été très baissier, mais il a rechuté en fin de parcours, à l'inverse de la veille, lorsqu'il était sorti des abysses pour terminer dans le vert. Les valeurs technologiques ont encore été sévèrement attaquées, en particulier dans le compartiment des semiconducteurs. Les purges vont et viennent selon les secteurs, mais force est de constater que si elles sont plus violentes sur les starlettes de l'année 2021, elles n'épargnent pas des entreprises bien plus en place dont les multiples de valorisation ne sont pas forcément effrayants. C'est parce que la volatilité reste élevée avec un indice VIX qui a effacé les 31 points. Il a dépassé son niveau d'excitation maximum du début du mois de décembre 2021, dernier épisode de tension en date.

Les publications de résultats d'entreprises pourraient fournir un point d'ancrage ce matin, en attendant la Fed en soirée. La nuit dernière, Microsoft et Texas Instruments ont publié de bons trimestriels, qui leur valent des gains hors-séance. L'agenda est bien garni en Europe ce matin, en attendant quelques poids lourds de la cote américaine, dont Tesla, Abbott, Intel et The Boeing Company.

Le CAC40 gagne 0,95% à 6902 points peu après l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Plein feux sur les Etats-Unis avec les stocks de grossistes de décembre (14h30), les ventes dans l'immobilier neuf de décembre (16h00) et les stocks pétroliers hebdomadaires du DOE (16h30), avant la décision de la Fed sur sa politique monétaire (20h00) et la conférence de présentation de la décision (20h30).

L'euro se renforce à 1,1301 USD. L'once d'or se stabilise à 1847 USD. Le pétrole reste ferme à 87,91 USD le baril de Brent et 85,21 USD le baril WTI. Le rendement de la dette américaine à 10 ans est inchangé à 1,77%. Le bitcoin s'offre un rebond de 2% à 37 800 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Aena : Berenberg passe d'acheter à conserver en visant 145 EUR.
  • Aéroports de Paris : Berenberg passe de conserver à vendre en visant 98 EUR. Stifel passe de vendre à conserver en visant 120 EUR.
  • Amundi : Berenberg reste à l'achat avec un objectif réduit de 90 à 83 EUR.
  • Atlas Copco : Kepler Cheuvreux repasse de conserver à acheter en visant 615 SEK.
  • Compagnie Financière Richemont : SBG Securities passe de vendre à conserver en visant 145 CHF.
  • Covestro : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 65 à 63 EUR.
  • Deutsche Börse : Citigroup passe d'achat à neutre.
  • Elia : KBC passe de conserver à acheter en visant 131 EUR.
  • Faurecia : Berenberg reste à l'achat avec un objectif réduit de 58 à 55 EUR.
  • Flughafen Zürich : Berenberg passe de conserver à vendre en visant 140 CHF.
  • Galenica : Credit Suisse réduit son objectif de cours de 75 à 69 CHF.
  • Geberit : Goldman Sachs réduit son objectif de cours de 605 à 521 CHF.
  • Holcim : UBS reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 59 à 58 CHF.
  • Intertek : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 6400 GBp.
  • Lindt : Bernstein passe de neutre à surperformance en visant 111 000 CHF.
  • PostNL : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 5 à 4,50 EUR.
  • Rémy Cointreau : Deutsche Bank reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 284 à 295 EUR.
  • Soitec : Deutsche Bank réduit son objectif de cours de 250 à 200 EUR.
  • Somfy : Société Générale passe de conserver à acheter en visant 180 EUR.
  • Tenaris : Exane BNP Paribas passe de neutre à surperformance en visant 13 EUR.
  • The Swatch Group : Goldman Sachs relève son objectif de cours de 400 à 430 CHF. Credit Suisse réduit son objectif de cours de 375 à 360 CHF.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Air Liquide a signé un accord de long terme pour approvisionner un site de production de semi-conducteurs en Arizona.
  • Vodafone, Qualcomm et Thales font la démonstration du tout premier smartphone doté de la technologie iSIM.
  • L'intersyndicale d'Electricité de France a appelé à la grève ce mercredi pour protester contre le "pillage" du groupe public, après la décision du gouvernement d'obliger EDF à vendre davantage d'électricité nucléaire à bas prix à ses concurrents.
  • Menace de grève chez Airbus au Royaume-Uni sur les salaires.
  • Imerys songe à céder son segment Matériaux et Solutions de Haute Température, a appris Bloomberg.
  • Arkema annule 3,2% de son capital.
  • Faurecia reçoit l'autorisation de la Commission européenne pour acquérir Hella.
  • Le gouvernement a convoqué le directeur général d'Orpéa.
  • Valneva lance la phase de rappel de l'étude Cov-Compare avec son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19.
  • Quadient lance un nouveau logiciel de gestion du risque crédit.
  • OSE Immuno dépose un brevet pour Tedopi au Japon.
  • SMCP met en place un comité ad hoc au sein du conseil d'administration pour piloter la réflexion sur la recomposition du capital du groupe en vue de le stabiliser et de le consolider.
  • Pharnext tire une nouvelle tranche de convertibles.
  • Amoeba coopte une administratrice.
  • Néovacs a signé des contrats de licences dans l'asthme et les allergies avec l'Inserm, pour démarrer des précliniques.
  • Smart Salem (Visiomed) gagne l’appel d’offres pour l’ouverture d’un deuxième centre médical digitalisé à Dubaï.
  • Zoomalia renouvelle sa confiance en BOA Concept.
  • Une offre de rachat à 1,22 EUR l'action déposer sur Cecurity.
  • Geci perd en appel contre ses actionnaires mécontents.
  • Somfy, Seb, Exel Industries, Sidetrade, Memscap, Alchimie, La Française de l'Energie, Egide, SergeFerrari, Gaussin, ID Logistics, McPhy, GEA, Ceram ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et autres)

  • Nvidia renoncerait à racheter ARM, selon des sources concordantes.
  • Microsoft publie des résultats solides et des perspectives plus élevées que prévu, ce qui permet au titre de gagner 1,2% post-séance.
  • Texas Instruments rebondit de 3,7% post-clôture après ses résultats.
  • Les revenus de Tod's explosent de 40% en 2021.
  • Vestas publie des objectifs inférieurs aux attentes.
  • General Motors investit 6 Mds$ dans la production de véhicules électriques dans le Michigan.
  • Meta (Facebook) a tout l'air d'enterrer son projet de cryptomonnaie, avec la possible mise en vente de Diem.
  • Macellum demande à Kohl's de siéger au conseil d'administration et de s'engager publiquement à étudier une cession.
  • Advent et Centerbridge relèvent à 31 EUR l'action leur offre sur Aareal.
  • Pfizer et BioNTech lancent une étude clinique sur le vaccin COVID-19 spécifique de l'Omicron.
  • Electronic Arts et Lucasfilm s'associent pour lancer des jeux vidéo Star Wars.
  • Principales publications de résultats :Tesla, Abbott, Intel, AT&T, The Boeing Company, Lonza, LG Chem, Fanuc, Epiroc, Essity, Barry Callebaut, Fresnillo… Retrouvez tout l'agenda du jour ici.

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
07:51
25/05
24/05
23/05
20/05