Boris traverse la Manche (et il n'est pas content)

08/12/2020 | 09:02

Le Royaume-Uni redevient un peu le centre du monde cette semaine, en faisant se télescoper la petite et la grande histoire. Pendant ce temps, les Etats-Unis se débattent avec leur seconde vague de coronavirus, ce qui infléchit légèrement l'appétit des investisseurs pour le risque et les pousse à nouveau vers leurs bonnes vieilles recettes 2020. Le début 2021 sera peut-être moins flamboyant que prévu.

La petite histoire du jour, ce sont les premières vaccinations qui seront lancées ce 8 décembre au Royaume-Uni, pour les personnes les plus fragiles, grâce aux doses du vaccin de Pfizer et BioNTech. En réalité, d'autres pays ont déjà commencé à vacciner leurs populations, mais pas avec des produits issus de la recherche occidentale. Condescendance oblige, c'est donc ce 8 décembre que les marchés retiennent comme point de départ de la vaccination. Prochaine étape, trouver la date du point de départ de l'efficacité de la vaccination, qui sera bien plus importante que les effets d'annonces pour des pans entiers de l'économie.

Au vu de ce qui se passe actuellement en Europe et aux Etats-Unis, le vaccin semble être un passage obligé vers un retour à la normale. L'expérience récente montre sur le vieux continent que les contaminations baissent mais restent sur des niveaux plateaux lorsque les confinements sont légers. Aux Etats-Unis, la seconde vague est sévère en l'absence de mesures fédérales coordonnées, une preuve de plus que la méthode Coué ne guérit pas du coronavirus. Le pays attend donc lui aussi avec impatience ses premières doses… et son nouveau plan de soutien, mais c'est un autre débat.

Revenons à la grand Histoire et à l'Europe où les négociateurs du Brexit vont désormais laisser la place à leurs chefs respectifs. Boris Johnson et Ursula von der Leyen ont entamé les discussions finales en direct. Le Premier ministre britannique va même traverser le Channel pour tenter d'arracher une décision. Compte tenu des contraintes calendaires (le conseil européen se tient jeudi et vendredi), la presse britannique estime qu'il est raisonnable de penser que tout se jouera mercredi. A priori, Londres a fait un pas dans la bonne direction en renonçant à des clauses de sa loi sur le marché intérieur, de toute façon contraires au droit international. Mais les pierres sur lesquelles achoppent l'accord final sont toujours présentes, en particulier la pêche et les échanges commerciaux. Je n'ai aucune idée arrêtée sur les conséquences réelles d'un Brexit sans accord, hormis "tout ça pour ça". Mais je pense quand même d'une part que ce sera plus un problème pour le Royaume-Uni que pour le reste du continent, et d'autre part que cela pourrait créer quelques remous à court terme pour les marchés européens, ou du moins grever leur parcours par rapport aux Etats-Unis et à l'Asie.

A une quinzaine de jours de Noël, les marchés ont démarré la semaine en ordre dispersé, avec une majorité de baisses et la confirmation qu'il ne fallait pas enterrer trop vite les valeurs technologiques américaines, puisque le Nasdaq 100 a signé une neuvième séance consécutive de hausse pour terminer sur de nouveaux records, en portant ses gains 2020 à 43,5%. Les hausses des technologiques, de la santé ou de la consommation de base aux dépens des secteurs cycliques et financiers montrent aussi que les investisseurs ne sont pas encore totalement à l'aise avec le début de l'année prochaine. J'illustre mon propos avec les commentaires de l'économiste en chef de First Trust, Brian Wesbury, qui expliquait hier soir que la surveillance des données à haute fréquence liées au transport aux Etats-Unis (réservations, trafic ferroviaire, consommation d'essence, etc.) montre que l'accélération affichée depuis la mi-mai s'est stabilisée voire dans certains cas qu'elle s'est affaiblie. Ainsi de son point de vue, "les signaux positifs sont temporairement en sommeil en raison des mesures restrictives importantes décidées par les Etats". Ceci explique probablement le retour à un certain conservatisme des investisseurs, j'entends par-là un retour sur les recettes qui ont fonctionné jusqu'à la fin du mois d'octobre.

Le CAC40 perd 0,25% à 5559 points à l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

L'indice de confiance des financiers allemandes ZEW (11h00) est le temps fort de la matinée en Europe. Aux Etats-Unis, ce sont les chiffres de la productivité et du coût de la main d'œuvre qui retiendront l'attention à 14h30. Cette nuit, le nouveau premier ministre japonais Yoshihide Suga a annoncé un plan de soutien équivalent à 584 Mds€, le troisième destiné à lutter contre les dégâts du coronavirus.

L'euro se stabilise à 1,2113 USD, tandis que l'once d'or remonte légèrement à 1869 USD. Le pétrole recule légèrement à 48,38 USD le baril de Brent de Mer du Nord et à 45,40 USD le baril de brut léger américain WTI. La dette américaine offre un rendement de 0,93 % sur 10 ans. Le Bitcoin se négocie 19 200 USD l'unité.

Les principaux changements de recommandations

  • Accor : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 36 à 38,50 EUR.
  • ASM International : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 210 EUR.
  • ASR Nederland : Berenberg démarre le suivi à l'achat en visant 41,70 EUR.
  • Assicurazioni Generali : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 12,50 à 15,50 EUR.
  • Bâloise : Berenberg démarre le suivi à conserver en visant 182 CHF.
  • Cineworld : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 40 à 110 GBp.
  • CNP Assurances : Berenberg démarre le suivi à conserver en visant 16,50 EUR.
  • EasyJet : Liberum reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 1300 à 1200 GBp.
  • FFP : HSBC passe d'acheter à conserver en visant 100 EUR.
  • Flutter : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 14 350 à 17 500 GBp.
  • Givaudan : Goldman Sachs relève son objectif de cours de 3050 à 3400 CHF.
  • InterContinental Hotels : Jefferies passe de conserver à sousperformance en visant 3550 GBp.
  • Ipsen : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 85 EUR.
  • Meggitt : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 465 GBp.
  • Melia : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 3,10 à 5,20 EUR.
  • On The Beach : Jefferies passe de conserver à sousperformance en visant 310 GBp.
  • Orange Belgium : J.P. Morgan passe de surpondérer à neutre en visant 22 EUR.
  • Rolls-Royce : Morgan Stanley reprend le suivi à pondération en ligne en visant 132 GBp.
  • Ryanair : Liberum reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 12,50 à 17 EUR.
  • SGL Carbon : HSBC passe de conserver à alléger en visant 2,90 EUR.
  • Sika : UBS relève sa recommandation de vendre à neutre et son objectif de cours de 135 à 235 CHF.
  • Taylor Wimpey : Deutsche Bank passe de conserver à acheter.
  • Telenet : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 44 EUR.
  • TUI AG : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif de cours réduit de 2,80 à 1 EUR.
  • Whitbread : Jefferies passe de conserver à acheter en visant 4010 GBp.
  • William Hill : Jefferies passe d'acheter à conserver en visant 272 GBp.
  • Zur Rose : Citigroup démarre le suivi à l'achat en visant 330 CHF.

L’actualité des sociétés

En France

Annonces importantes

  • Peugeot et Fiat Chrysler confrontés à une enquête approfondie de l'antitrust brésilien sur leur mariage.
  • EssilorLuxottica lance une augmentation de capital réservée à ses salariés.
  • GTT reçoit une commande de Hyundai Heavy Industries pour la conception des cuves de deux méthaniers.
  • Niel, Pigasse et Zouari ont levé 300 M€ pour leur SPAC, 2MX Organic.
  • Europcar poursuit ses efforts dans l'obtention d'accords avec ses créanciers en vue de la renégociation de sa dette.
  • Albioma émet 100 M€ de dette EURO PP verte à 7 et 8 ans.
  • Inventiva fait état d'une publication sur des résultats précliniques avec lanifibranor.
  • Amoeba signe un partenariat de recherche aux Etats-Unis avec Gowan.
  • Néovacs fait le point sur les dernières avancées de son programme de recherche Kinoïde sur les allergies.
  • Le setanaxib de Genkyotex obtient la désignation de médicament orphelin de la Commission Européenne pour le traitement de la CBP.
  • Delta Drone tire une tranche d'ORNAN de 2 M€ et annonce le succès de la levée de fonds de Delta Drone International en Australie.
  • Generix et Bio-UV ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes

  • Uber vend sa division de conduite autonome à la start-up Aurora, sur la base d'une valorisation de 4 Mds$, en prenant 26% d'Aurora dans l'opération mais en scellant sa sortie de cette technologie.
  • Goldman Sachs rachète la totalité du capital de sa coentreprise chinoise.
  • Romande Energie prend une participation dans plusieurs projets éoliens en France avec Calycé.
  • Veritas capital dépense 3,4 Mds$ pour racheter la division IT de Northrop Grumman.
  • Duracell (Berkshire Hathaway) et Energizer mettent fin à leurs contentieux judiciaire sur la durée de vie de leurs piles.
  • Dans le cadre d'un tour de vis de Pékin sur les applications pour les smartphones, TripAdvisor disparaît du paysage en Chine.
  • Carrier vend ses parts dans Beijer Ref à EQT AB pour 1,1 Md$.
  • JD Health s'envole de plus de 40% pour ses débuts à Hong Kong.

Ça publie aujourd'hui. Brown-Forman, Chewy, AutoZone, Ferguson, Ashtead, ICA Gruppen, Thor Industries, Finnair, Compagnie des Alpes

Lectures

© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur "Sociétés"
01:10
27/09
27/09
27/09
27/09