Calme plat pour l'ascension ?

26/05/2022 | 07:51

Les marchés actions occidentaux ont rebondi hier, après avoir reculé la veille. Et progressé l'avant-veille. Ce mode montagnes russes est un peu la norme depuis des semaines, avec des phases de descente qui sont plus longues que les phases de montée pour l'instant. En ce jour d'ascension calendaire, l'ascension boursière n'est pas acquise. Il est question ce matin de politique monétaire, de statistiques américaines qui se dégradent et d'un mois d'avril qui a changé l'ambiance des résultats d'entreprise.

Pendant que vous faites la grasse matinée, bande de petit(e)s veinard(e)s, je me retrouve devant ma page blanche parce que quelqu'un a décidé, un jour, que les marchés Euronext seraient ouverts pour l'Ascension. L'actualité en Europe ne sera pas très dense ce matin, mais il y a ce qu'il faut en provenance des Etats-Unis pour ne pas s'ennuyer. La publication des "minutes" de la dernière réunion de la Fed d'abord. Le compte-rendu confirme que l'institution est désormais bien installée dans son costume de Godzilla marchant sur l'inflation. Le ton du document a même été jugé par les commentateurs un peu plus combatif que prévu, mais cela n'a paradoxalement pas entraîné le pathos habituel de l'investisseur se faisant hara-kiri parce que la banque centrale est méchante.

On est tenté d'y voir le signe que les marchés ont désormais intégré la politique de la Fed, qui fournit une bonne visibilité sur ses actions et qui donne l'impression d'avoir repris le contrôle du scénario. Bon alors évidemment le discours a profondément changé : on est passés en quelques mois du "n'ayez pas peur, il n'y aura pas de hausse de taux de sitôt" au "n'ayez pas peur, les hausses de taux de 50 points de base sont la norme". Mais il a l'air mieux compris. Ce recul de la nervosité est aussi illustré par la baisse de l'indice de volatilité VIX et par des taux obligataires à 10 ans qui non seulement ont reculé par rapport à leurs pics, mais n'ont pas beaucoup bougé hier soir après la publication des fameuses minutes.

Mais ne nous emballons pas trop. Cette reprogrammation des anticipations des investisseurs ne signifie pas que tous les pans de la sphère financière se sont déjà ajustés. Prenez les résultats des entreprises par exemple. Les chiffres du début de l'année ont été conformes aux saisons de publications précédentes : les sociétés dépassent les attentes des analystes. Attentes qui sont comme d'habitude trop faibles parce que ce sont les sociétés elles-mêmes qui les guident vers des chiffres qu'elles seront en mesure de dépasser, histoire de rassurer l'actionnariat. Ça c'est pour les sociétés qui ont un calendrier classique, c’est-à-dire aligné sur l'année civile. En d'autres termes, le 1er trimestre fiscal correspond à la période janvier, février, mars. Mais depuis la semaine dernière ce sont les chiffres d'entreprises dont l'exercice est décalé qui sortent. Elles démarrent leur exercice au 1er février. On a vu ce que cela donnait pour la distribution aux Etats-Unis : Walmart, Target et leurs acolytes ont dépeint des lendemains compliqués. Est-ce à dire que la situation s'est considérablement dégradée en avril ? Possible. En tout cas, les valeurs de la technologie n'ont pas l'air immunisées non plus : la nuit dernière, Nvidia et Snowflake (qui démarrent aussi leur exercice au 1er février) ont fait preuve d'une certaine prudence et sont sanctionnées hors séance.

Dans le reste de l'actualité, la dynamique économique chinoise inquiète toujours. Même en interne, puisque le premier ministre Li Keqiang a estimé que les difficultés que traverse son pays sont, "à certains égards et dans une certaine mesure, plus importantes encore qu'en 2020 lorsque l'épidémie frappait durement". Un réveil chinois est une des variables qui pourraient remettre les marchés sur de bons rails, en particulier parce que cela contribuerait à réduire les pénuries qui grippent les chaînes d'approvisionnement. Les investisseurs vont aussi suivre les statistiques économiques américaines prévues cet après-midi, alors que les dernières données sont ressorties en-deçà des attentes. Quand un chiffre manque le consensus de façon sporadique, c'est un accident. Quand les données inférieures aux attentes commencent à se multiplier, c'est une tendance. A surveiller donc.

Pour terminer sur une note positive, je vous livre quelques actions européennes qui ont retenu l'attention de Bank of America parce que ce sont des dossiers de grande qualité mais qui se sont fait sabrer en bourse en 2022. La banque cite en particulier STMicroelectronics, Stellantis et AP Moller Maersk. Dans la même étude que je suis en train de compulser, elle livre aussi les six valeurs de son univers de couverture dont elle a le plus révisé les anticipations de résultats sur les trois prochaines années. Il s'agit pour les révisions en hausse de Freenet, Repsol et Vesuvius et pour les révisions en baisse d'Elior, d'Alstom et d'Adidas. Puissent ces quelques indications vous apporter de l'inspiration.

Les places boursières sont pour le moins indécises ce matin en Asie Pacifique. L'Australie, Hong Kong et le Japon sont en baisse au moment où j'écris, pendant que Shanghai progresse. Les indicateurs avancés européens évoluaient autour de l'équilibre au moment où j'ai commencé à rédiger. Ils pointent désormais plutôt vers une baisse à l'ouverture, mais dans des bornes assez étroites.

Les temps forts économiques du jour

Trois statistiques aux Etats-Unis : les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30), la seconde estimation du PIB du T1 (14h30) et l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan (16h00). Tout l'agenda macro ici.

L'euro recule un peu à 1,0699 USD. L'once d'or baisse à 1850 USD. Le pétrole reste ferme avec un Brent de Mer du Nord à 114,38 USD le baril et un brut léger américain WTI à 110,87 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans s'établit à 2,75%, relativement stable. Le bitcoin s'échange autour de 29 800 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Amadeus : AlphaValue reste à alléger avec un objectif de cours relevé de 61,80 à 62,80 EUR.
  • Ashtead : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 8000 à 5000 GBp.
  • Bakkavor : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 125 à 110 GBp.
  • Bodycote : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 1030 à 780 GBp.
  • Brenntag : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 95 à 100 EUR.
  • Compagnie des Alpes : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 21 à 22 EUR.
  • Datagroup : Baader Helvea passe de vendre à alléger en visant 69 EUR.
  • FirstGroup : Berenberg démarre le suivi à l'achat en visant 150 GBp.
  • Galp Energia : RBC passe de performance sectorielle à surperformance en visant 16 EUR.
  • Swiss Re : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 90 à 82 CHF.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Vivendi détient 55,4% du capital de Lagardère, mais la prise de contrôle effective reste suspendue à l'avis de l'Autorité de la concurrence.
  • Renault sur la menace d'une action collective d'un millier de propriétaires de véhicules dont les moteurs dysfonctionnent.
  • L'autorité antitrust brésilienne approuve l'acquisition de Grupo BIG par Carrefour.
  • Vinci va réaliser les travaux d'aménagement des trois gares aériennes de la future ligne 18 du Grand Paris Express.
  • OVH signe un partenariat avec SpeechBrain et le Mila pour accélérer la recherche en traitement neuronal de la parole.
  • La Commission européenne a approuvé l'acquisition d'Europcar.
  • Pierre & Vacances poursuit son processus de restructuration et a demandé l'ouverture d'une procédure de sauvegarde accélérée.
  • L'OPA sur Generix
  • Philippe Mellier et Hervé Milcent renforcent leur participation au capital de Solocal.
  • Geci émet 0,5 ,M€ en émettant des ORNAN dilutives.
  • Derichebourg, Infotel ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Résultats des sociétés

  • Nvidia : l'action plonge de 10% hors séance après des projections inférieures aux attentes.
  • Snowflake : le titre chute de 14% hors séance après la publication de résultats et de perspectives mitigés.

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Nestlé aurait étudié la possibilité d'acheter l'unité de santé grand public de GlaxoSmithKline.
  • Elon Musk augmente à 33,5 Mds$ l'apport direct pour acheter Twitter, en faisant disparaître la ligne de financement adossée à des titres Tesla.
  • Aramco aurait approché Valvoline pour un rachat.
  • Apple relève ses salaires de base pour faire face à la pénurie de main d'œuvre.
  • Peter Thiel quitte le conseil d'administration de Meta Platforms avec effet immédiat.
  • Twitter va payer 150 M$ pour mettre fin à l'enquête de la FTC sur l'utilisation des données de ses utilisateurs.
  • TechnipFMC obtient un contrat "important" d'Equinor pour le développement de Halten East.
  • Le président de JD Sports démissionne. Un PDG et un président par intérim aux commandes.
  • Principales publications de résultats du jour : Alibaba, Costco Wholesale, Medtronic, VMware, Dollar General, Marvell, Johnson MattheyTout l'agenda ici.

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:03
24/06
23/06
22/06
21/06