Crypto Recap : Apple à la sauce NFT

29/09/2022 | 16:08

La cryptosphère regorge d’actualités croustillantes quotidiennement. Pour vous tenir au courant des principales informations qui gravitent autour de ce secteur, je vous condense l’essentiel des news les plus importantes de ces derniers jours.

  • FTX, l’une des principales plateformes d’échange de cryptomonnaies fondée par le milliardaire Sam Bankman-Fried (SBF), s’empare de la société de courtage de crypto-actifs en faillite Voyager Digital. L’accord est valorisé à environ 1,4 milliard de dollars selon le communiqué de Voyager publié lundi aux Etats-Unis. Les clients possédant des actifs gelés sur Voyager depuis de nombreuses semaines pourront les transférer sur la plateforme FTX US après la conclusion du contrat d’achat qui devrait être finalisé au tribunal le mois prochain. Par ailleurs, FTX s'intéresserait, selon un rapport de Bloomberg, à une autre société crypto en faillite Celsius Network après que le comité des créanciers de la société a demandé la destitution de son ancien PDG Alex Mashinsky. Notons aussi qu'en début d’année, FTX avait soutenu la plateforme de finance décentralisée BlockFi et qu’elle serait en train de lever 1 milliard de dollars pour investir davantage dans des sociétés l’écosystème. Rappelons que SBF possède plus de la moitié de FTX, 70% de FTX US et la quasi-totalité d’Alameda, une société d’investissement affiliée à FTX. Les ambitions de SBF semblent  donc toujours sans limite dans ce contexte de marché tendu…

  • Apple se lance dans les NFT. D’après une source du média The Information, la marque californienne proposerait prochainement des NFT sur l’Apple Store. Alors que cette annonce sonne comme une bonne nouvelle, la politique des commission prélevées sur les NFT vendus fait grincer des dents la communauté crypto. Le géant outre-Atlantique prévoit de prélever entre 30% et 35% sur chaque transaction réalisée sur les NFT, tout comme les achats in-app habituels, alors que certaines marketplace de NFT proposent aujourd'hui entre 2 et 3% de commission sur les transactions. Le CEO d’Epic Games a immédiatement réagit sur Twitter en indiquant que “Apple tue toutes les applications NFT qu’il ne peut pas taxer, détruisant encore une autre technologie naissante qui peut rivaliser avec son service de paiement intégré grotesquement gonflé. Apple doit être arrêté”. Dans un même temps, des internautes y voient l’opportunité de proposer un portefeuille Ethereum à plus de 1 milliard de clients Apple dans le monde, générant au passage beaucoup de trafic sur l’écosystème d’Ethereum. Affaire à suivre mais on s’éloigne ici un peu de la nature même des NFT qui doivent en théorie permettre aux créateurs de contenus de percevoir une rémunération plus favorable et plus juste que dans le Web2. Mais on peut s’attendre à ce que beaucoup de créateurs choisissent tout de même de proposer leurs contenus sur l’Apple Store, malgré les grosses commissions, pour s’adresser à ce fameux milliard d’utilisateurs.

  • La Société Générale a annoncé le lancement de nouveaux services pour les gestionnaires d’actifs qui souhaitent proposer des fonds adossés à des cryptomonnaies telles que le bitcoin ou l'éther. Les gestionnaires pourront ainsi, via la filiale Société Générale Securities Services (SGSS), gérer simplement et de manière adaptée de nouvelles offres autour des cryptomonnaies dans le cadre réglementaire européen. Selon le communiqué, cette offre répond à un intérêt croissant de la part des investisseurs institutionnels pour les cryptomonnaies. Une annonce qui fait suite à au récent lancement d'un fonds de gestion crypto par le Nasdaq, la deuxième plus grande bourse des États-Unis.

  • La Russie envisage d’utiliser le rouble numérique, après l’avoir lancé en début d’année, pour effectuer des règlements avec la Chine alors que le pays cherche à réduire l’hégémonie financière mondiale des Etats-Unis. Le chef de la commission des finances de la chambre basse du Parlement Russe, Anatoly Aksakov, a déclaré que "le sujet des actifs financiers numériques, du rouble numérique et des crypto-monnaies s'intensifie actuellement dans la société, alors que les pays occidentaux imposent des sanctions et créent des problèmes pour les virements bancaires, y compris dans les règlements internationaux". Il a également mentionné que la prochaine étape pour le double numérique est de lancer des règlements mutuels avec la Chine qui a déjà testé le yuan numérique. Ces initiatives deviennent indispensables pour le Kremlin après que de nombreuses banques russes ont perdu l’accès aux canaux de paiement dominés par l’Occident tels que le système SWIFT en raison des sanctions.

  • En Europe, Christine Lagarde est revenue sur l’utilité de l’instauration d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) sur le vieux continent. Lors d’une conférence à Francfort, la présidente de la BCE a indiqué que l'euro numérique “ne serait pas utilisé à des fins commerciales.” Elle a déclaré que cet euro numérique est essentiellement un billet de banque “avec un peu moins d’anonymat” mais a garantie que, contrairement aux entreprises qui commercialisent les données collectées par le biais des paiements, cette MNBC européenne protégerait les citoyens. Lors d’une enquête menée par le BCE en janvier 2021 dans le cadre du déploiement d’un euro numérique, le critère de la confidentialité était revenu en tête de classement par les répondant européens. Pour rappel, cet euro numérique est construit à l’aide de cinq partenaires (l’américain Amazon, l’espagnol CaixaBank, le français Worldline, l’italien Nexi, et l'institution européenne European Payments Initiative). L’évaluation et les résultats du projet sont attendus en mars 2023 et bien évidemment les notions de protection de la vie privée, de la traçabilité des transactions, de l’intermédiation, de  la vérification de l’identité des utilisateurs et l'interopérabilité seront des caractéristiques sur lesquelles je reviendrai lors de la publication des résultats prochainement.

  • Crypto.Com, l’une des principales plateformes d’échange de cryptomonnaies, a obtenu l’approbation réglementaire pour opérer en tant que prestataire de services d’actifs numériques (PSAN) en France. Ce statut va permettre d’étendre les activités de la plateforme dans le cadre strict de l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans l’hexagone. Pour rappel, cette année, Crypto.com a obtenu l’approbation réglementaire en Italie, au Royaume-Uni, en Grèce, à Singapour et à Dubaï. La plateforme détiendrait, d’après le communiqué, plus de 50 millions d’utilisateurs dans le monde. Pour rappel, Binance, la principale plateforme en termes de volume d’échange, a elle aussi obtenu l’agrément en France plus tôt cette année. La course à l’acquisition de nouveaux clients et la lutte acharnée entre les plateformes va donc continuer à s'intensifier.

  • L’Etat pro-crypto, le Colorado aux Etats-Unis a décidé de devenir le premier Etat du pays à accepter les paiements en cryptomonnaies pour payer toutes les factures fiscales. Cette idée avait été proposée plus tôt cette année mais il a fallu du temps pour en faire une réalité. Désormais les résidents du Colorado pourront payer leurs impôts via PayPal qui s'accompagnera de frais de 1$ plus 1,83% du montant total du paiement ce qui peut faire grimper la facture. Le gouverneur du Colorado, Jared Polis, a confirmé que l’Etat ne conservera aucune cryptomonnaie et que les paiements seront immédiatement convertis en dollars. Il s’agit donc d’un nouveau moyen, et peut-être pas le plus rentable, pour payer ses impôts au Colorado.

  • Finissons ce Crypto Recap par le feuilleton Do Kwon. Le fondateur de l’écosystème Terra Luna, a été placé sur liste rouge par Interpol d’après les autorités sud-coréennes. Pour rappel l’écosystème Terra Luna s’est effondré suite à la chute du stablecoin algorithmique UST qui avait perdu sa parité avec le dollar, ce qui est le rôle principal d’un stablecoin. Cette perte de parité a engendré une dévalorisation des deux actifs associés à l’écosystème : UST et LUNA et a mené à la ruine un bon nombre de crypto-investisseurs. Depuis l’effondrement, le fondateur Do Kwon est recherché et reste introuvable. Il est désormais sur la liste rouge d’Interpol qui peut-être utilisée pour empêcher une personne de fuir avant qu’une demande d’extradition ne soit émise. En attendant, Do Kwon nargue les autorités sur Twitter en mentionnant qu’il “fait des balades et des centres commerciaux” et qu’il n’était pas en fuite. Il aurait même envoyé l’équivalent de 3 313 BTC de l’un de ses portefeuilles sur deux plateformes KuCoin et OKX. Il a été demandé par le procureur du district de Séoul de geler les fonds. KuCoin a immédiatement gelé les bitcoins mais OKX fait la sourde oreille. Affaire à suivre dans le feuilleton Do Kwon.

L’évolution du Top 20 des cryptomonnaies en termes de capitalisation sur une semaine.
(Cliquez sur la heatmap ci-dessous pour mieux visualiser les variations)

Source : Quantify

 

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09/12
02/12
25/11
18/11
11/11