Déluge de résultats d'entreprises avant les PMI

23/04/2020 | 09:05

Les marchés financiers ont finalement rebondi hier, après la chute de mardi, consécutive, est-il besoin de le rappeler, à un effondrement incroyable des cours pétroliers. La bourse va-t-elle à nouveau être branchée sur courant alternatif, après être fortement remontée au cours des dernières semaines ? C'est la question que se posent désormais les investisseurs, sous un déluge de publications d'entreprises et avec l'arrivée des indicateurs PMI d'avril.

La nouvelle norme pour ces annonces de performances financières du 1er trimestre est l'abandon des objectifs annuels, "faute de visibilité". Personne n'est surpris dans la mesure où personne ne sait avec certitude où nous emmène le Covid-19. Mais il existe des exceptions et la chasse aux rares OVNI est lancée. Roche Holding hier ou Sartorius Stedim Biotech, la veille, ont par exemple confirmé ou relevé leurs ambitions 2020 (tiens, tiens, des valeurs de la santé).

J'en profite pour faire une digression sur Roche. Le patron du laboratoire bâlois a tiré hier la sonnette d'alarme sur le charlatanisme ambiant autour du Covid-19, un rappel utile même si Severin Schwan prêche pour sa paroisse. Le laboratoire suisse, qui doit lancer un test sanguin le mois prochain, a regardé ce qui se faisait par ailleurs parmi certains tests sanguins récemment commercialisés. Un "désastre", selon Schwan. "Ces tests ne valent rien, ou sont très peu utiles" puisqu'ils peuvent entraîner des faux positifs ou des faux négatifs, a expliqué l'intéressé, qui a refusé de citer des noms (mais qui a précisé que cela ne concerne pas les sociétés de diagnostic bien établies). Moralité ? Faites preuve de discernement dans vos investissements et/ou vos achats de tests : actuellement, la moindre entreprise impliquée de près ou de loin dans le médical semble subitement être devenue une spécialiste du Covid-19.

Outre les résultats d'entreprises, l'actualité est dominée par les contrefeux allumés par la Maison Blanche qui cherche à reprendre le contrôle des événements après sa gestion de crise à géométrie variable. Donald Trump est parvenu à faire accélérer l'adoption du plan de soutien aux PME américaines et s'emploie à trouver des fonds pour les compagnies pétrolières US. Le scénario d'une Amérique saine et brave face à l'Etranger continue à être déroulé. L'immigration a été temporairement gelée sauf exceptions, Mike Pompeo a poursuivi les attaques contre la gestion sanitaire de la crise par Pékin. Et Donald Trump a donne le feu vert à l'US Navy pour couler les vedettes armées iraniennes qui s'approcheraient un peu trop près des bâtiments américains dans le Golfe Persique. Enfin, le Président américain flatte les partisans de la reprise de l'activité dans son pays malgré le coronavirus, mais sans avoir l'air de trop y toucher.  

Critiquable ou pas, l'exécutif américain a une sorte de plan. On ne peut pas en dire autant des dirigeants européens, malheureusement. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE sont censés progresser aujourd'hui sur une réponse financière commune à la dégradation économique due au coronavirus. Véritablement commune. Mais les divergences séculaires entre l'orthodoxie allemande et néerlandaise (les travailleurs) et une intégration plus avancée promue par les pays du sud (les profiteurs) sont toujours à l'œuvre. Et l'image d'une UE qui passe son temps à discuter sans pouvoir s'entendre perdure. J'espère me tromper, mais les signaux envoyés par Bruxelles ne sont pas très encourageants. 

Le CAC40 gagnait 0,8% à 4445 points peu après l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

Les regards se braquent aujourd'hui sur les indicateurs PMI Flash d'avril, c’est-à-dire le pouls des directeurs d'achats des principales économies interrogés au moment où la crise du coronavirus a commencé à s'accentuer. Autant dire que le bilan aussi bien manufacturier que des services sera affreux. La France essuie les plâtres en Europe à 9h15, avec des annonces qui se succèderont dans plusieurs pays jusqu'aux Etats-Unis à 15h45.

L'euro se négocie 1,0810 USD. L'once d'or est remontée sur ses pics récents, à 1710 USD ce matin. Le baril se stabilise à 14,54 USD pour le WTI et 21 USD pour le Brent. Le rendement de la dette américaine à 10 ans atteint 0,6%. Le Bitcoin est quasiment inchangé à 7122 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Adidas : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 270 à 220 EUR.
  • Air France-KLM : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à souspondérer en visant 4 EUR.
  • Danone : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 68,75 à 70 EUR.
  • EasyJet : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 800 GBp.
  • Equinor : HSBC passe d'acheter à conserver en visant 140 NOK.
  • EssilorLuxottica : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 120 à 110 EUR.
  • Fevertree : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 1000 201 500 GBp.
  • Industria de Diseño Textil (Inditex) : Jefferies passe de conserver à acheter en visant 28 EUR.
  • Ingenico : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 102 à 106 EUR.
  • Kingspan : HSBC passe de conserver à acheter en visant 55 EUR.
  • Kion : Baader Helvea passe d'acheter à accumuler en visant 51 EUR.
  • LafargeHolcim : HSBC passe de conserver à acheter en visant 43 CHF.
  • Puma : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 92 à 68 EUR.
  • Ryanair : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 13 EUR.
  • Safran : Credit Suisse passe de surperformance à neutre avec un objectif de cours réduit de 158 à 84 EUR.
  • Sainsbury : Bernstein passe de surperformance à performance de marché en visant 200 GBp.
  • Sartorius Stedim Biotech : Société Générale passe d'acheter à conserver en visant 216 EUR.
  • Sika : HSBC passe d'acheter à conserver en visant 181 CHF. Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 210,30 à 200,20 CHF.
  • Vicat : HSBC passe de conserver à acheter en visant 35 EUR.
  • Wendel : HSBC passe de conserver à acheter en visant 90 EUR.

L’actualité des sociétés

Beaucoupn beaucoup de publications trimestrielles d'entreprises. La synthèse des sociétés les plus en vue est fournie ci-dessous, tandis que les autres entreprises sont listées plus bas :

  • Accor : pas de miracle pour le groupe, en première ligne de la crise du coronavirus avec la fermeture de nombre de ses établissements dans le monde. Environ les deux tiers des hôtels de l'entreprise sont actuellement fermés. Les revenus du T1 se sont contractés de 17% à 768 M€. Le revenu par chambre a chuté de 25,4%. Le PDG s'attend à 60 jours encore plus compliqués (avril et mai), mais assure que son groupe a les reins solides.
  • Dassault Systèmes : les trimestriels sont en hausse et le dividende de 0,70 EUR par action est confirmé. Le groupe vise désormais un bénéfice par action stable cette année.
  • Getlink : l'opérateur de la liaison transmanche enregistre une baisse de 9 % de ses revenus du premier trimestre, à 233 M€. L'objectif d'Ebitda 2020 est abandonné. L'entreprise estime être en mesure de faire face à ses échéances de dette en 2020.
  • Hermès International : le chiffre d'affaires consolidé atteint 1,506 Mds€ au T1, en recul de -7,7% à taux de change constants. Les ventes du T2 seront fortement impactées par les fermetures d’une partie significative du réseau.
  • Pernod Ricard : en marge de la publication de ses revenus sur neuf mois, le groupe confirme les objectifs qui avaient été révisés il y a quelques semaines : le résultat opérationnel courant devrait se contracter d'environ 20% sur l'exercice. L'acompte sur dividende de 1,18 EUR sera mis au paiement le 10 juillet, le montant final du coupon étant décidé plus tard. Le solde du programme de rachat d'actions, qui représente environ 500 M€, est suspendu.
  • Renault : le chiffre d'affaires du premier trimestre chute de 19,2% à 10,12 Mds€. Les prévisions avaient déjà été suspendues, le constructeur précisant ce matin qu'il n'est pas en mesure, à ce stade, de mesurer l'impact réel de la pandémie sur ses résultats.
  • Rexel : le début d'année a été bon, mais la dégradation a été forte à la mi-mars, a fait savoir la société, ce qui est un peu le lot de toutes les entreprises. La proposition de dividende 2019 est annulée, tandis que les objectifs financiers avaient déjà été suspendus.
  • Schneider Electric : le chiffre d'affaires a reculé de 6,4% en données organiques à 5,83 Mds€ au premier trimestre. Les objectifs 2020 avaient déjà été suspendus, et l'entreprise n'est pas capable, pour le moment, d'en communiquer de nouveaux. Le management avait déjà annoncé la suspension du programme de rachat d'actions, mais le maintien d'un dividende de 2,55 EUR au titre de 2019.
  • Soitec : l'outsider des semi-conducteurs a clôturé son exercice 2019/2020 clos fin mars sur des revenus en progression organique de 28%. L'entreprise fournira ses nouvelles perspectives le 10 juin, lors de la publication des résultats annuels, pour lesquels la marge d'Ebitda sera de l'ordre de 30%.
  • TechnipFMC : pris en étau entre le coronavirus et la chute du baril, le groupe a vu ses commandes fondre au T1 (-66%) mais affiche des revenus en hausse de 7,5% et des pertes légères. La visibilité dans le Subsea ne permet pas de fournir de prévisions, tandis que la branche industrielle communique sur une marge d'Ebitda de l'ordre de 10% en 2020. Le projet de scission est pour l'instant repoussé aux calendes grecques.
  • Worldline : la croissance organique a atteint 2% au T1. Les objectifs 2020 sont revus avec pour ambition de maintenir revenus, EBO et taux de conversion du flux de trésorerie au niveau de 2019.

Le trio Renault, Nissan, Mitsubishi Motors prévoit de renforcer leur alliance dès le mois de mai, notamment dans l'électrique et les synergies industrielles, selon le journal japonais Yomiuri. Air France-KLM serait proche d'un accord sur un plan de secours de 10 Mds€ étayé par des garanties publiques, a appris Reuters. Le Crédit Agricole met en place un dispositif mutualiste de soutien aux professionnels affectés par les pertes d'exploitation. Lagardère a finalisé la cession de Lagardère Sports à H.I.G. Capital. Valneva et Dynavax collaborent pour le développement d'un vaccin contre le Covid-19. Ils communiquent sur les conséquences du Covid-19 : Voltalia (assemblée générale), Netgem (assemblée générale), Gensight (assemblée générale), Groupe Crit (assemblée générale), NRJ Group (dividende), Teleperformance (activité), Cegereal (dividende), FFP (assemblée générale), Sogeclair (assemblée générale), Rubis (assemblée générale). Dietswell décale la publication de ses résultats 2019. Drone Volt obtient un prêt garanti par l'État de 0,5 M€. Bayer teste les produits de biocontrôle d'Amoeba. Theradiag veut commercialiser des tests sérologiques du Covid-19. Spineway signe contrat exclusif avec le distributeur japonais Muranaka. EURO Ressources mandate une banque d'affaires pour développer son portefeuille. MedinCell lance le développement réglementaire du programme mdc-WWM. Riber veut faire transférer la cotation de ses actions du marché réglementé vers Euronext Growth. EdenredIngenicoGroupe ADP, Bic, Passat, Aubay, Voltalia, Covivio Hotels, Theraclion, Actiplay, Pharnext, Dalet, Entreparticuliers.com, Le Bélier, Riber, Umanis, Lebon, HighCo, Visiativ, Micropole, Theradiag ont aussi publié.

Vonovia serait en train d'étudier le rachat de Deutsche Wohnen, a appris Bloomberg, quatre ans après avoir échoué à créer un colosse allemand de l'immobilier, mais Vonovia a démenti une opération à court terme. Daimler prévient que son chiffre d'affaires 2020 sera inférieur à celui de 2019. Boeing pourrait supprimer environ 7000 emplois, l'équivalent de 10% de ses effectifs dans l'aviation civile, en réponse à la crise actuelle, a appris l'AFP. Aux États-Unis, General Motors, Ford et Fiat Chrysler poursuivent leurs discussions avec le syndicat UAW en vue de reprendre la production. Glencore va retirer sa filiale Katanga Mining de la bourse de Toronto. Sycamore Partners cherche à faire annuler le rachat de Victoria's Secret à L Brands. L'opérateur de casino Las Vegas Sands en pertes au T1. Royal Caribbean cherche de nouveaux financements pour survivre au coronavirus. Alcoa renonce à ses prévisions et préserve ses liquidités. Just Eat Takeaway augmente son capital de 400 M€ et émet 300 M€ d'obligations. Delta Air Lines émet 3 Mds$ de dette pour améliorer ses ressources face au Covid-19. Dufry renonce à son dividende et à ses objectifs, et veut renforcer son capital. Forte hausse des bénéfices du Crédit Suisse au premier trimestre, mais la suite s'annonce plus compliquée.

Ça publie. Intel, Eli Lilly, Unilever, Hermès International, Schneider Electric, Vinci, Pernod Ricard, Atlas Copco, Dassault Systèmes, Volvo, Credit Suisse Group, Saint-Gobain, Worldline

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2020
Copier lien
Dernières actualités sur "Marchés"
01/07
16/06
15/06
12/06
12/06