Des espoirs sur le commerce portent les actions en Europe

Envoyer par e-mail
11/02/2019 | 09:52
PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes amorcent un rebond lundi en début de séance, portées par l'espoir d'un accord sur le commerce avec la reprise des négociations entre les Etats-Unis et la Chine sur un dossier qui pèse sur les marchés depuis des mois.

La Chine espère que ces négociations vont produire un "bon résultat", a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères à l'orée d'une nouvelle semaine de discussions.

Les discussions ont repris ce lundi à Pékin au niveau des experts et se poursuivront jeudi et vendredi en présence du secrétaire au Trésor Steve Mnuchin et du représentant américain au Commerce Robert Lighthizer.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,85% à 5.003,87 points vers 08h30 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,77% et à Londres, le FTSE avance de 0,48%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,83%, le FTSEurofirst 300 de 0,44% et le Stoxx 600 de 0,77%.

La progression des indices devrait toutefois rester limitée en raison des craintes nées de la multiplication des signes d'un ralentissement de l'économie mondiale.

Les marchés européens sortent d'une semaine défavorable aux actifs risqués avec un repli de 0,43% pour le Stoxx 600, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis le début de l'année.

Les investisseurs européens réagiront lundi à une série d'indicateurs britanniques, notamment une estimation de la croissance au quatrième trimestre 2018 et les chiffres mensuels de la production industrielle, alors que la crainte d'un Brexit sans accord est loin d'avoir disparu.

En France, la croissance pourrait atteindre 0,4% au premier trimestre contre +0,2% sur les trois derniers mois de 2018, selon la première estimation de la Banque de France publiée en début de journée.

VALEURS

En Bourse en Europe, l'une plus fortes progressions sectorielles en début de séance est pour les ressources de base, très sensibles à la thématique commerciale, dont l'indice Stoxx prend 1,25%

Airbus gagne 2,18% après la décision de Goldman Sachs d'ajouter la valeur à sa liste de valeurs préférées ("conviction list") en Europe.

Du côté de l'actualité des entreprises, Euronext (-0,19%) réagit peu après avoir annoncé relever son offre sur la Bourse d'Oslo de 145 à 158 couronnes par action, surenchérissant ainsi sur celle de l'opérateur américain Nasdaq.

A WALL STREET

Les marchés boursiers américains ont fini en ordre dispersé vendredi mais bien au-dessus de leurs plus bas du jour, de bons résultats ayant compensé les doutes sur l'issue des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Si de nouvelles discussions doivent débuter lundi à Pékin, Donald Trump a nourri les doutes des marchés dès jeudi en déclarant qu'il ne prévoyait pas de rencontrer son homologue chinois, Xi Jinping, avant la date butoir du 1er mars.

En cas d'échec des négociations à cette date, Washington prévoit de relever les droits de douane sur plusieurs centaines de produits importés de Chine aux Etats-Unis.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo est fermée, ce lundi étant férié au Japon.

Les marchés chinois, qui étaient fermés la semaine dernière pour cause du nouvel an lunaire, ont progressé avec un gain de 1,36% pour l'indice SSE composite de la Bourse de Shanghaï, soutenu par les espoirs sur le commerce.

TAUX

Les rendements obligataires remontent, le 10 ans américain prenant deux points de base autour de 2,64% après avoir faibli sur des anticipations d'une pause de la Réserve monétaire dans le relèvement de ses taux.

Dans les premiers échanges en Europe, le Bund à 10 ans, rendement de référence de la zone euro, suit le mouvement pour toucher à nouveau 0,1%.

CHANGES

Du côté des devises, le dollar monte encore face à un panier de devises de référence, à proximité d'un pic de sept semaines, le billet vert jouant son rôle de valeur refuge dans un climat anxiogène.

L'euro, lui, cède un peu de terrain, autour de 1,1314 dollar.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut sont orientés à la baisse, pénalisés par les inquiétudes pour l'économie mondiale et l'annonce d'une augmentation des puits de forage aux Etats-Unis.

(Édité par Véronique Tison)

par Patrick Vignal

© Thomson Reuters 2019
Envoyer par e-mail