Deux grandes banques s'attendent à plus de douleur pour les actions américaines

19/05/2022 | 10:13

Deux grandes banques s'attendent à ce que les marchés boursiers américains souffrent davantage après que les indices de référence ont enregistré mercredi leurs pires pertes en une journée depuis deux ans.

Dans un rapport publié jeudi, les stratèges de Barclays ont déclaré que les marges des entreprises américaines et leurs bénéfices à terme étaient sous pression en raison d'une combinaison de facteurs, allant de la sévérité des blocages de COVID en Chine à la guerre en Ukraine et à la position faucon de la Réserve fédérale américaine.

"Compte tenu des nombreux catalyseurs négatifs à court terme pour le SPX, nous pensons que les risques restent fermement empilés à la baisse", ont-ils déclaré dans une obligation, en référence au S&P 500.

Selon Barclays, l'un des principaux freins à l'indice a été les résultats décevants affichés au cours de la saison des bénéfices actuelle par le groupe FAANG (Meta Platforms, Apple, Amazon.com, Netflix et Alphabet). La faiblesse des résultats avait été la plus grande contribution négative à l'indice élargi en sept ans.

De plus, les mesures de relance budgétaire déclenchées pendant la pandémie ont entraîné une consommation record de biens, les consommateurs ayant dépensé pendant les périodes de fermeture, selon Barclays. Cela s'est traduit par de solides bénéfices des entreprises au cours des deux dernières années.

Maintenant que les dépenses de consommation se déplacent vers les services, le soutien aux bénéfices ne serait pas aussi fort.

Séparément, les stratèges de Goldman Sachs ont estimé à 35 % la probabilité que l'économie américaine entre en récession au cours des deux prochaines années.

En outre, le comportement des investisseurs sur le marché boursier américain, qui ont délaissé certaines catégories d'actions au profit d'autres, laisse penser qu'ils évaluent la probabilité d'une récession encore plus grande.

Le S&P 500 est en baisse de plus de 18 % jusqu'à présent en 2022 et le Nasdaq a chuté d'environ 27 %, tiré vers le bas par la chute des valeurs de croissance. Près des deux tiers des actions du S&P 500 sont en baisse de 20 % ou plus par rapport à leur sommet de 52 semaines, selon les données de Refinitiv.

Goldman Sachs a déclaré que lors de 12 récessions depuis la Seconde Guerre mondiale, les actions américaines avaient chuté d'un pic à un creux d'une médiane de 24 %.

Une baisse de cette ampleur depuis le sommet de janvier ferait baisser les actions de 11 % par rapport aux niveaux actuels du marché. Une baisse moyenne depuis le sommet serait de 18 %.

Les contrats à terme sur dividendes représentaient un deuxième indicateur de marché fixant le prix d'un résultat compatible avec une récession, ont déclaré les stratèges de la banque d'investissement américaine. Les contrats à terme sur dividendes impliquaient que les dividendes du S&P 500 chuteraient de près de 5 % en 2023.

Au cours des 60 dernières années, les dividendes des quatre derniers trimestres du S&P 500 n'ont jamais baissé sur une base annuelle en dehors d'une récession, a déclaré Goldman Sachs.

Même les investisseurs particuliers, généralement à contre-courant lors des récents épisodes de repli du marché, vendent, selon les données.

Les ventes intra-semaines des traders de détail ont été les pires depuis mars 2020, selon JP Morgan. Les actifs nets de Charles Schwab ont subi des sorties de fonds pour la première fois depuis 2020.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
02/07
02/07
02/07
02/07
02/07