Economie : les taux réels tentent de se redresser

10/01/2022 | 11:59

(Zonebourse avec Reuters) Alors que les marchés se préparent à une hausse des taux d'intérêt américains, peut-être même dès le mois de mars, les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont augmenté d'un quart de point depuis le début de l'année. Plus intéressant encore, les rendements américains "réels", c'est-à-dire corrigés de l'inflation, sont à l'origine de ces mouvements, avec un bond de 33 points de base.

Les rendements réels, bien qu'ils soient au plus haut depuis juin dernier, resteront profondément négatifs pendant un certain temps. Mais leur hausse pose des problèmes aux actifs qui ont bénéficié du raisonnement selon lequel il n'y a pas d'alternative (TINA). Au cours de la semaine écoulée, les actions ont vacillé, le bitcoin a chuté de 8% et le Nasdaq, la quintessence des valeurs à faible taux d'intérêt, a perdu 4,5%.

Le petit sursaut des taux réels
Le petit sursaut des taux réels (Source FRED / Fed de Saint-Louis)

Les détenteurs d'obligations de plus longue durée sont probablement aussi nerveux - ces actifs ont connu d'importantes sorties de capitaux au cours des quatre dernières semaines, note Goldman Sachs.

Entre-temps, l'inflation ne faiblit pas ; les prix de la zone euro ont augmenté de 5% en glissement annuel en décembre et l'IPC américain de mercredi est attendu à plus de 7%. La BCE est cependant restée résolument dovish : Isabel Schnabel, membre du conseil d'administration, a déclaré ce week-end que la banque pourrait devoir agir si les hausses des prix de l'énergie s'avéraient persistantes. L'euro a commencé la journée de lundi en baisse de 0,3 %.

Que se passe-t-il alors pour les actions si les rendements réels continuent d'augmenter ? Il y a eu de nombreux épisodes où les actions ont augmenté parallèlement aux rendements réels, le plus récent étant la période mars 2020-février 2021, où une augmentation de 1,5% des rendements réels s'est accompagnée d'un rendement de 50% des actions mondiales.

Constatant cela, Berenberg a récemment conseillé à ses clients de ne pas bouger. Toutefois, la part des technologies sensibles aux taux est aujourd'hui bien plus élevée que par le passé, ce qui pourrait modifier quelque peu l'équation.

Enfin, n'oublions pas la géopolitique inquiétante et la propagation rapide de l'Omicron, toutes deux capables d'aggraver l'inflation et de freiner la croissance économique. Les prix du pétrole prolongent leur gain de 5% de la semaine dernière et les négociations entre les États-Unis et la Russie semblent devoir commencer plus tard dans la journée, avec peu d'attentes.

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
19/05
18/05
04/05
02/05
27/04