Ericsson affirme qu'aucun matériel n'a été exporté vers la Russie, seulement un support logiciel

23/09/2022 | 12:43

Ericsson a déclaré vendredi qu'elle ne fournissait que des logiciels et une assistance technique à ses clients russes et qu'elle n'avait vendu aucun équipement de télécommunications aux opérateurs mobiles de ce pays depuis le début de la guerre en Ukraine, après que les médias suédois aient rapporté que la société avait poursuivi ses exportations.

Les actions de la société ont chuté de 4 % dans les échanges du matin.

Ericsson a suspendu ses activités en Russie en avril et a déclaré en août qu'elle quitterait le pays dans les mois à venir. Elle a enregistré une charge de 900 millions de couronnes suédoises (81 millions de dollars) et a licencié 400 employés dans le pays alors qu'elle réduit ses activités.

"Conformément aux sanctions, nous fournissons le logiciel et l'assistance technique pour les produits que nous avons expédiés avant l'invasion, ce qui rend possible le retrait tout en remplissant les obligations contractuelles", a déclaré un porte-parole.

"Lorsque les sanctions ont été annoncées, nous avons arrêté les livraisons aux clients en Russie", a-t-il ajouté.

Le rival Nokia, qui a également annoncé son intention de quitter la Russie avant la fin de l'année, avait déclaré qu'il effectuait une maintenance limitée des réseaux critiques pour remplir ses obligations contractuelles et humanitaires.

Sveriges Radio Ekot a rapporté qu'Ericsson avait demandé 12 permis d'exemption des sanctions auprès de l'Inspection suédoise des produits stratégiques et qu'elle en avait obtenu sept.

La liste des sanctions de l'autorité suédoise comprend des logiciels et des technologies liés aux télécommunications.

Le média a également déclaré que les produits qu'Ericsson a reçu l'autorisation d'exporter vers la Russie pourraient être utilisés par l'armée.

Ericsson a déclaré que ses produits sont conçus pour un usage civil et non militaire.

L'autorité suédoise a publié une déclaration disant que les exemptions étaient liées à l'utilisation civile et aux utilisateurs finaux civils.

Deux analystes ont déclaré que le rapport russe ne va pas faire bonne figure pour Ericsson, qui a fait face à un scandale en février concernant des paiements au groupe militant État islamique en Irak, déclenchant des enquêtes par différentes agences américaines et érodant plus d'un tiers de sa valeur boursière.

"Ericsson n'a pas enfreint de sanctions puisqu'elle a obtenu l'approbation ... mais cela contraste tout de même assez clairement avec la déclaration dans leur rapport Q2 où ils annoncent la suspension de 'toutes les livraisons aux clients en Russie'", a déclaré Anders Haulund Vollesen, analyste de la Jyske Bank.

"Même si la téléphonie mobile est destinée à un usage civil, une licence d'exportation est requise principalement en raison de la technologie de cryptage avancée qui est intégrée dans nos produits, et ceci est applicable à tous les pays", a déclaré le porte-parole d'Ericsson.

(1 $ = 11,1164 couronnes suédoises)

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
19:03
18:50
18:14
18:07
18:03