Et la Fed surgit (encore)

16/06/2020 | 09:02

Quel dilemme… Cette semaine, les investisseurs se demandaient s'ils devaient profiter du gros rebond printanier pour solder leurs positions et partir le cœur plus léger en vacances. Il faut dire qu'ils étaient bien contents d'avoir profité d'un redressement un peu inespéré des cours après les sueurs froides hivernales. Et puis, la deuxième lame du Covid est peut-être là, qui attend son heure.

C'était compter sans la Fed. Si vous faites partie du clan de ceux qui pensent que l'arsenal des banques centrales recèle encore pas mal de nouvelles armes, vous êtes sans doute dans le vrai. Hier, alors que la séance boursière était plutôt hésitante, prolongeant une période de doute initiée la semaine précédente, la Réserve Fédérale américaine a présenté sa nouvelle pièce d'artillerie. Le dispositif dit SMCCF va désormais "commencer à acheter un portefeuille large et diversifié d'obligations d'entreprises pour favoriser la liquidité du marché et la disponibilité du crédit pour les grands employeurs", selon une traduction approximative maison. Il peut intervenir sur n'importe quelle dette d'entreprise notée en catégorie d'investissement ET sur des obligations d'entreprises qui évoluent désormais en catégorie spéculative (pas en dessous de "BB-" malgré tout, pour les connaisseurs) mais qui étaient encore en catégorie d'investissement le 20 mars dernier. Le SMCCF continuera en parallèle à racheter des ETF obligataires "high yield". La Fed avait plus tôt dans la journée dévoilé son programme de prêt aux entreprises de taille intermédiaire.

Nonobstant les questions de taille de bilan des banques centrales, qui restent au deuxième (troisième ?) plan actuellement, Jerome Powell et son équipe se montrent plutôt cohérents. Le patron de la banque centrale américaine a largement insisté mercredi dernier sur les dégâts durables que le Covid-19 fait peser sur l'emploi. C'est d'ailleurs l'une des raisons du brutal retour de l'aversion au risque sur les marchés. En citant précisément "les grands employeurs" dans sa communication d'hier, la Fed veut renforcer la confiance des entreprises et par conséquent améliorer les perspectives sur l'emploi. Finalement, Donald Trump va peut-être se féliciter d'avoir un tel banquier central ("I've got the Powell ?". OK, je sors), après avoir fait de lui son punching-ball favori des années 2018 et 2019. 

Visiblement, la stratégie de la Fed ne fonctionne pas trop mal du côté des places financières. Le CAC40 gagnait 2,3% à 4926 points peu après l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

En matinée en Europe, les investisseurs prendront connaissance de l'emploi britannique, de l'inflation allemande et de l'indice ZEW allemand. Aux Etats-Unis, les ventes de détail, la production industrielle, les stocks des entreprises et l'évolution des prix immobiliers se profilent. Ainsi qu'une audition du patron de la Fed, Jerome Powell, par les parlementaires américains. Ce matin, la Banque du Japon a confirmé sa politique monétaire de soutien, sans changer de trajectoire, ainsi que cela était prévu.

L'euro a connu un nouveau coup d'accélérateur à 1,1335 USD après la sortie de la Fed. L'once d'or n'est pas attaquée pour autant, à 1727 USD. Le pétrole perd un peu de terrain ce matin, avec un Brent à 39,56 USD et un WTI à 37 USD. Le T-Bond offre un rendement de 0,75% sur 10 ans. Le Bitcoin remonte autour de 9500 USD l'unité.

Les principaux changements de recommandations

  • Babcock : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit à 520 GBp.
  • Barry Callebaut : Goldman Sachs réduit son objectif de cours de 2230 à 2145 CHF.
  • Big Yellow : Berenberg passe d'acheter à conserver en visant 1050 GBp.
  • Credit Suisse : Barclays reste à sousperformance avec un objectif de cours relevé de 7 à 8 CHF.
  • Elior : Citigroup passe de neutre à achat avec un objectif de cours relevé de 6 à 7,80 EUR.
  • Eutelsat : Deutsche Bank reprend le suivi à l'achat en visant 14 EUR.
  • JDE Peet's : Jefferies démarre le suivi à sousperformance en visant 31,25 EUR.
  • Rockwool : Handelsbanken passe de vendre à conserver en visant 1850 DKK.
  • SES : Deutsche Bank reprend le suivi à l'achat en visant 11 EUR.
  • Sodexo : Citigroup passe d'achat neutre avec un objectif de cours réduit de 93 à 70 EUR.
  • SoftwareOne : Morgan Stanley démarre le suivi à surpondérer en visant 30 CHF.
  • Soitec : Deutsche Bank relève son objectif de cours de 74 à 84 EUR.
  • Team17 : Jefferies passe de sousperformance à conserver avec un objectif de cours relevé de 452 à 537 GBp.
  • Télécoms : Berenberg préfère Elisa, Sunrise, KPN et Deutsche Telekom.
  • Teleperformance : Citigroup démarre le suivi à neutre en visant 230 EUR.
  • Volvo : Morgan Stanley passe de neutre à surpondérer en visant 180 SEK.
  • Umicore : Liberum reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 45 à 48 EUR.
  • Valeo : Citigroup relève son objectif de cours de 12 à 19 EUR.

L’actualité des sociétés

En France

Le directeur exécutif de Carrefour Espagne, Rami Baitieh, prend les rênes de Carrefour France. Saint-Gobain annonce les modalités de l'augmentation de capital 2020 réservée à ses salariés. Rémy Cointreau entre en négociations exclusives en vue du rachat de la société Champagne de Telmont. Gecina commercialise 1300 m² dans le 8e arrondissement de Paris. Groupe ADP enregistre une baisse de trafic de 98% en mai 2020 sur un an, Covid oblige. Capelli lance une filiale patrimoine dédiée à l'investissement immobilier. Lanifibranor (Inventiva) a atteint le critère principal et les critères secondaires en phase IIb dans la NASH. Genomic Vision met en place une ligne de financement de 12 M€ par OCABSA. MedinCell lève 15,6 M€ via une augmentation de capital, plus que prévu. Abivax obtient un PGE de 5 M€. Metabolic Explorer obtient un PGE de 6,2 M€. Agripower adapte ses objectifs au Covid-19. Esker enrichit ses outils d'une solution de Supplier Management. Delta Drone, Groupe Flo, Groupe IRD ont communiqué sur leurs assemblées générales respectives. Kumulus Vape a publié ses comptes.

Dans le monde

Lufthansa confirme la suppression de l'équivalent de 22 000 postes à temps pleins, dont la moitié en Allemagne. Kinnevik va céder 4,2% de Zalando, soit environ un sixième de sa participation. Selon de bonnes sources, le London stock Exchange n'aurait proposé aucune concession à la Commission européenne dans le cadre du rachat de Refinitiv, ce qui devrait entraîner une enquête approfondie. Le patron d'Amazon.com, Jeff Bezos, serait favorable à une audition devant les parlementaires américains cet été au sujet de la position dominante de son groupe. Facebook propose le paiement via WhatsApp au Brésil. La dette d'Embraer recule en catégorie spéculative chez S&P. Six anciens salariés d'eBay devant la justice pour une campagne d'harassement cyber envers une publication critique à l'encontre de la société. Jaguar Land Rover va supprimer environ 1100 emplois intérimaires, a annoncé sa maison-mère Tata Motors, pour tenter d'économiser 1 Md£ en année pleine. Chesapeake Energy devrait se placer sous la protection de la loi sur les faillites dès cette semaine, selon plusieurs sources obtenues par Reuters. Stadler Rail obtient une commande de 133,3 MCHF en Suède. Thomas Heinzl revient chez Vontobel comme directeur financier. Umicore émet 500 M€ d'obligations 2025.

Ça publie. Oracle, Lennar, Ashtead

Lectures

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2020
Copier lien
Dernières actualités sur "Marchés"
16/07
01/07
16/06
15/06
12/06