L'Europe renonce (quasiment) au pétrole russe

31/05/2022 | 09:03

Les actions européennes ont poursuivi leur ascension hier pendant que Wall Street profitait d'un weekend à rallonge. Les investisseurs espèrent toujours que les marchés ont touché le fond il y a dix jours, lorsqu'ils ont signé leur plus bas niveau depuis mars 2021. Pendant ce temps, l'économie réelle patauge dans les pénuries, le manque de main d'œuvre et la flambée des prix.

Un seul être vous manque et tout n'est pas forcément dépeuplé en bourse, puisque les marchés européens ont enchaîné une quatrième séance consécutive dans le vert, en dépit de la fermeture du baromètre Wall Street pour un jour férié hier. Oh, il n'y a pas eu de grandes envolées non plus, mais des hausses généralement comprises entre 0 et 1%. L'indice STOXX Europe 600 réduit ainsi ses pertes à -8,5% depuis le 1er janvier. Avec le début du versement des coupons, les indices intégrant les dividendes bombent le torse, à l'image du CAC40 NR, qui limite ses pertes 2022 à -6,6% (contre -8,3% pour le CAC40 classique).

Forts des gains affichés la semaine dernière aux Etats-Unis, les investisseurs ont appuyé sur la pédale d'accélérateur en reprenant quelques paris risqués, histoire de ne pas rater le train en marche. Mais comme le Nasdaq était clos hier pour le Memorial Day, ils ont jeté leur dévolu sur d'autres actifs. Les actions du luxe par exemple, les cryptomonnaies ou les actions danoises (pourquoi les actions danoises ?). Ce qui est pratique avec les marchés financiers, c'est qu'on trouve toujours quelqu'un qui pense comme nous.

On trouve donc des gérants qui expliquent que nous sommes au milieu d'un rebond en marché baissier, ce qui implique qu'il faut cueillir le jour présent mais bien faire attention au lendemain, contrairement au poème d'Horace qui recommande plutôt d'oublier ce qui se passera dans le futur.

On trouve aussi des banquiers qui pensent qu'il faut tout acheter parce que même en cas de deuxième démarque, ces soldes sont vraiment intéressantes (et ils auront raison à un moment ou à un autre).

On trouve les habituels oiseaux de malheur qui "l'avaient dit", mais qui l'avaient déjà dit il y a cinq ans. Et qui le rediront (et qui auront raison à un moment ou à un autre).

On trouve les animaux à sang froid qui martèlent que, de toute façon, ça monte à long terme (mais qui tremblent en secret devant leurs pertes).

On trouve des optimistes, des pessimistes, des malins, des idiots, des rêveurs, des pragmatiques, des manipulateurs et des manipulés. C'est le grand jeu boursier depuis l'origine. Relisez l'Argent de Zola. Rien n'a changé.

Mais la grosse affaire du jour est ailleurs. Les Européens se sont finalement mis d'accord pour une forme d'embargo sur le pétrole russe. Ce n'était pas simple mais ils sont parvenus à un compromis, avec quelques aménagements pour la Hongrie et d'autres pays ultra-dépendants de l'approvisionnement énergétique par Moscou. "Au lieu de viser toutes les importations de pétrole brut russe, l'UE interdira les importations de pétrole brut russe par voie maritime au cours des six prochains mois", souligne ING, ce qui pourrait représenter les deux-tiers des volumes. Mais comme l'Allemagne et la Pologne ont fait part de leur décision de réduire à zéro leurs achats via l'oléoduc qui les alimente, cela pourrait concerner environ 90% des importations d'ici le début 2023. L'objectif est d'accroître la pression sur les finances russes. Le baril a logiquement réagi en hausse, mais une partie de la nouvelle était déjà dans les cours, donc il n'y a pas eu d'explosion. Le Brent dépasse malgré tout 123 USD, ce qui n'arrangera pas nos factures énergétiques.

Notez aussi dans les vapeurs empyreumatiques du petit matin que deux actualités en provenance de Chine pourraient apporter de l'eau au moulin de ceux qui pensent que le pays est en train de sortir de l'ornière. D'abord, la réduction du nombre de cas de contamination au coronavirus dans le pays. Compte tenu de l'importance de la Chine sur l'échiquier productif mondial, toute embellie est bonne à prendre pour réduire les désordres qui affectent les chaînes d'approvisionnement. Ensuite, la publication d'un indicateur PMI manufacturier moins dégradé que prévu en avril. L'indice officiel des directeurs d'achats a progressé de plus de 2 points à 49,6 points. Il est au-dessus de l'attente moyenne des économistes (49). Certes, cet indicateur doit être supérieur à 50 points pour signaler une phase économique positive, mais il s'est remis dans le bon sens, ce à quoi les investisseurs seront sensibles.

Les indices actions européens se dirigent vers une ouverture incertaine, en attendant que les investisseurs américains envahissent à nouveau les salles de marché après leur weekend à rallonge. En Asie Pacifique, l'engouement retombe un peu au Japon et en Australie où les indices clôturent en baisse. La Chine monte en revanche. La publication de l'estimation avancée de l'inflation européenne de mai à 11h00 devrait alimenter à machine à anticiper la prochaine décision de la BCE jusqu'à l'ouverture américaine. C’est-à-dire le moment où l'on saura si les investisseurs remettent une pièce dans la machine à faire rebondir les valeurs technologiques.  

Les temps forts économiques du jour

Trois indicateurs importants aujourd’hui, l’inflation de mai en zone euro (11h00), les prix immobiliers aux Etats-Unis (15h00) et l’indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board (16h00). Tout l'agenda macro ici. Ce matin, le Japon a annoncé une contraction de -1,3% de sa production industrielle en avril, alors que le consensus était positionné à -0,2%. Et la Chine a donc délivré un PMI manufacturier à 49,6 points pour un consensus à 49 points.

L'euro varie peu à 1,0747 USD. L'once d'or recule de quelques dollars à 1852 USD. Le pétrole poursuit son ascension avec un Brent de Mer du Nord à 123,32 USD le baril et un brut léger américain WTI à 118,65 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans remonte à 2,84%. Le bitcoin remonte à 31 700 USD. Le CAC 40 perdait 0,3% à 6540 points à l'ouverture.

Les principaux changements de recommandations

  • Acerinox : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 13,30 EUR.
  • Amundi : KBW passe de performance de marché à surperformance en visant 82 EUR.
  • Aperam : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 51 EUR.
  • Atome Energy : Liberum démarre le suivi à l'achat en visant 181 GBp.
  • Aurubis : Bankhaus Metzler démarre le suivi à l'achat en visant 116 EUR.
  • Danone : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 58,50 à 63 EUR.
  • DWS : KBW passe de surperformance à performance de marché en visant 41 EUR.
  • Engie : HSBC passe de conserver à acheter en visant 15,90 EUR.
  • International Consolidated Airlines : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 144,89 GBp.
  • HBM Healthcare : Baader Helvea passe d'acheter à accumuler en visant 292 CHF.
  • Kering : HSBC passe de conserver à acheter en visant 600 EUR.
  • Lonza : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 770 à 700 CHF.
  • Maisons du Monde : Citigroup passe d'acheter à neutre en visant 14 EUR.
  • Rheinmetall : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 215 à 240 EUR.
  • Rieter : Research Partners reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 240 à 160 CHF.
  • Siemens Healthineers : Barclays passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 67 EUR.
  • U-Blox : Vontobel reste à conserver avec un objectif relevé de 75 à 82 CHF.
  • Volkswagen : HSBC passe de conserver à acheter en visant 234 EUR.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • TotalEnergies fera une annonce dans l'hydrogène dans les prochaines semaines.
  • Vinci remporte le contrat de réalisation et de maintenance de l'infrastructure électromécanique du tunnel du Femern au Danemark pour 535 M€.
  • Le fonds activiste Parvus AM détient plus de 5% du capital de Publicis.
  • La FDA accorde un examen prioritaire au Dupixent de Sanofi dans le traitement du prurigo nodulaire de l'adulte.
  • Eurofins acquiert Repertoire Genesis.
  • Electricité de France procédera à la fermeture de la centrale nucléaire britannique comme prévu malgré une demande de prolongation.
  • Derichebourg a officialisé sa montée au capital d'Elior, en précisant ne pas avoir l'intention de dépasser le cap des 30%.
  • Arkema s'associe à Nippon Shokubai pour produire un sel d'électrolyte LiFSI pour les batteries des VE.
  • Contrat "majeur" entre Eutelsat et Telenor Maritime pour des services de connectivité en mer.
  • JCDecaux signe le contrat exclusif d'écrans digitaux in-store des Galeries Lafayette Paris Haussmann.
  • Toosla poursuit le développement de sa flotte avec les premiers véhicules de la marque Peugeot.
  • Altheora décroche un contrat de 1,4 M€ avec un équipementier ferroviaire.
  • Delfingen a cédé ses activités russes.
  • Amoeba annonce le décalage au second semestre des décisions de l'EPA aux Etats-Unis sur son biocide.
  • L’Italie fait appel à Inertam (Europlasma) pour ses déchets d’amiante.
  • Safran, Seb et Ipsen détachent des coupons.
  • Gaztransport & Technigaz, Eramet et Maisons du Monde tiennent leurs assemblées générales.
  • BigBen, Exel Industries, Les Hôtels de Paris et Nacon ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Le néerlandais Royal DSM va fusionner avec le suisse Firmenich. Les actionnaires de DSM détiendront 65,5% de DSM-Firmenich. Le reste du secteur devrait bouger, comme Givaudan et Robertet (dont Firmenich détient 21,8%). Lanxess et Advent vont racheter la division Engineering Materials de DSM pour 3,7 Mds€.
  • Le Crédit Suisse chercherait des moyens de renforcer son capital, a appris Reuters.
  • Telecom Italia envisage une valorisation de 20 Mds€ pour son activité de réseau fixe.
  • GlaxoSmithKline va payer jusqu'à 3,3 Mds$ pour racheter la biotech privée américaine Affinivax.
  • Foxconn prévoit une chaîne d'approvisionnement plus stable au second semestre 2022.
  • Les actionnaires de Poenina donnent leur feu vert à la fusion avec Burkhalter.
  • Unilever nomme Nelson Peltz au poste de directeur non exécutif.
  • Bavarian Nordic relève ses prévisions annuelles pour 2022 après les accords sur le vaccin contre la variole du singe.
  • Bercy dément avoir validé un schéma d'optimisation fiscale pour General Electric.
  • La FDA homologue le traitement Evrysdi de Roche chez les nourrissons.
  • DKSH rachète le malaisien Acutest Systems.
  • Adler Group a annulé une cession d'un portefeuille de projets immobiliers valorisé 313 M€ après que l'acheteur Partners Immobilien Capital Management n'a pas effectué les paiements restants.
  • Bone Therapeutics signe un financement dilutif de 5 M€.
  • Les principales publications du jour : Salesforce, HP Inc, KE Holdings, Strabag, Dottikon, Victoria’s Secret, Pennon, WavestoneTout l'agenda ici.

    Lectures

    © Zonebourse.com 2022
    Copier lien
    Dernières actualités sur ""
    09:05
    11/08
    10/08
    09/08
    08/08