L'Europe se prépare à des pannes de réseaux mobiles - sources

29/09/2022 | 08:03
Autrefois impensable, les téléphones portables pourraient tomber dans le noir en Europe cet hiver si des coupures de courant ou un rationnement de l'énergie mettaient hors service une partie des réseaux mobiles de la région.

La décision de la Russie d'interrompre les livraisons de gaz via la principale voie d'approvisionnement de l'Europe à la suite du conflit en Ukraine a augmenté les risques de pénurie d'électricité. En France, la situation est aggravée par l'arrêt de plusieurs centrales nucléaires pour maintenance.

Les responsables du secteur des télécommunications disent craindre qu'un hiver rigoureux ne mette l'infrastructure des télécommunications européennes à rude épreuve, obligeant les entreprises et les gouvernements à tenter d'en atténuer l'impact.

Actuellement, il n'y a pas assez de systèmes de secours dans de nombreux pays européens pour faire face à des coupures de courant généralisées, ont déclaré quatre responsables du secteur des télécommunications, ce qui laisse entrevoir la possibilité de pannes de téléphone mobile.

Les pays de l'Union européenne, dont la France, la Suède et l'Allemagne, tentent de faire en sorte que les communications puissent continuer même si les coupures de courant finissent par épuiser les batteries de secours installées sur les milliers d'antennes cellulaires réparties sur leur territoire.

L'Europe compte près d'un demi-million de tours de télécommunication et la plupart d'entre elles sont équipées de batteries de secours qui durent environ 30 minutes pour faire fonctionner les antennes mobiles.

FRANCE

En France, un plan proposé par le distributeur d'électricité Enedis, prévoit des coupures de courant potentielles pouvant aller jusqu'à deux heures dans le pire des cas, selon deux sources au fait de la question.

Les coupures générales ne toucheraient que certaines parties du pays, à tour de rôle. Les services essentiels tels que les hôpitaux, la police et le gouvernement ne seront pas touchés, ont précisé les sources.

Le gouvernement français, les opérateurs de télécommunications et Enedis, une unité de l'entreprise publique EDF, ont mené des discussions sur la question au cours de l'été, selon le gouvernement français et les sources.

La Fédération française des télécoms (FFT), un groupe de pression représentant Orange, Bouygues Telecom et SFR d'Altice, a mis en cause Enedis pour son incapacité à exempter les antennes des coupures de courant.

Enedis a refusé de commenter le contenu des discussions menées avec le gouvernement à ce sujet.

Enedis a déclaré dans une déclaration à Reuters que tous les clients réguliers étaient traités sur un pied d'égalité en cas de coupures exceptionnelles.

Elle a précisé qu'elle était en mesure d'isoler des sections du réseau pour alimenter les clients prioritaires, tels que les hôpitaux, les installations industrielles clés et l'armée, et qu'il appartenait aux autorités locales d'ajouter les infrastructures des opérateurs télécoms à la liste des clients prioritaires.

"Peut-être que nous améliorerons nos connaissances en la matière d'ici cet hiver, mais il n'est pas facile d'isoler une antenne mobile (du reste du réseau)", a déclaré un fonctionnaire du ministère français des finances ayant connaissance des discussions.

Un porte-parole du ministère français des Finances a refusé de commenter les discussions avec Enedis, les groupes de télécommunications et le gouvernement.

SUÈDE, ALLEMAGNE ET ITALIE

Les entreprises de télécommunications en Suède et en Allemagne ont également fait part à leurs gouvernements de leurs inquiétudes quant à d'éventuelles pénuries d'électricité, selon plusieurs sources au fait de la question.

Le régulateur suédois des télécommunications, PTS, travaille avec les opérateurs de télécommunications et d'autres agences gouvernementales pour trouver des solutions, a-t-il déclaré. Cela inclut des discussions sur ce qui se passera si l'électricité est rationnée.

PTS finance l'achat de stations de carburant transportables et de stations de base mobiles qui se connectent aux téléphones portables pour gérer les coupures de courant plus longues, a déclaré un porte-parole de PTS.

Le lobby italien des télécoms a déclaré à Reuters qu'il souhaitait que le réseau mobile soit exclu de toute coupure de courant ou de tout arrêt des économies d'énergie et qu'il soulèverait cette question auprès du nouveau gouvernement italien.

Les coupures de courant augmentent la probabilité de défaillance des composants électroniques s'ils sont soumis à de brusques interruptions, a déclaré Massimo Sarmi, chef du lobby des télécoms, dans une interview.

FLUX DE TRAFIC

Les fabricants d'équipements de télécommunications Nokia et Ericsson travaillent avec les opérateurs de téléphonie mobile pour atténuer l'impact d'une pénurie d'électricité, selon trois sources familières avec la question.

Les deux sociétés ont refusé de commenter.

Les opérateurs télécoms européens doivent revoir leurs réseaux pour réduire la consommation d'énergie supplémentaire et moderniser leurs équipements en utilisant des conceptions radio plus économes en énergie, ont déclaré les quatre responsables télécoms.

Pour économiser de l'énergie, les entreprises de télécommunications utilisent des logiciels pour optimiser le flux de trafic, faire en sorte que les tours soient "en sommeil" lorsqu'elles ne sont pas utilisées et désactiver différentes bandes du spectre, ont indiqué les sources familières avec le sujet.

Les opérateurs télécoms travaillent également avec les gouvernements nationaux pour vérifier si des plans sont en place pour maintenir les services critiques.

En Allemagne, Deutsche Telekom possède 33 000 sites de radiocommunication mobile (tours) et ses systèmes d'alimentation de secours mobile ne peuvent en prendre en charge qu'un petit nombre en même temps, a déclaré un porte-parole de la société.

Deutsche Telekom utilisera des systèmes d'alimentation mobile de secours qui reposent principalement sur le diesel en cas de pannes de courant prolongées, a-t-il ajouté.

La France compte environ 62 000 tours de téléphonie mobile, et l'industrie ne sera pas en mesure d'équiper toutes les antennes de nouvelles batteries, a déclaré la présidente de la FFT, Liza Bellulo.

Habitués à une alimentation électrique ininterrompue depuis des décennies, les pays européens n'ont généralement pas de générateurs de secours pour les longues durées.

"Nous sommes peut-être un peu gâtés dans de grandes parties de l'Europe où l'électricité est assez stable et bonne", a déclaré un cadre de l'industrie des télécommunications. "Les investissements dans le domaine du stockage de l'énergie ont peut-être été moins importants que dans certains autres pays." (Reportages de Mathieu Rosemain à Paris, Supantha Mukherjee à Stockholm et Elvira Pollina à Milan ; Reportages supplémentaires d'Inti Landauro à Madrid ; Édition de Matt Scuffham et Jane Merriman)

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
08/12
08/12
08/12
08/12
08/12