L'Iran achète un volume record de blé après la pire sécheresse depuis 50 ans

13/10/2021 | 19:24

par Jonathan Saul, Polina Devitt et Michael Hogan

LONDRES/MOSCOU/HAMBOURG, 13 octobre (Reuters) - L'Iran doit acheter un volume record de huit millions de tonnes de blé pour la saison en cours, sa récolte ayant été victime de la pire sécheresse dans le pays depuis un demi-siècle, a-t-on appris de sources iraniennes.

Ce besoin accru de blé importé survient dans un contexte de flambée des cours mondiaux des céréales, ce qui pourrait affaiblir un peu plus les finances du pays.

Le pain est un aliment de base en Iran et toute difficulté d'approvisionnement serait un nouveau coup dur pour le gouvernement après les violentes manifestations de juillet, lorsque des habitants sont descendus dans la rue pour dénoncer les pénuries d'eau.

L'économie iranienne souffre du rétablissement des sanctions décidé par l'ancien président américain Donald Trump ainsi que de la pandémie due au coronavirus, ce qui complique ses achats de produits alimentaires et de médicaments.

La hausse des tarifs de fret s'ajoute aux défis auxquels est confronté le gouvernement du nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, lui-même soumis à des sanctions américaines.

La récolte de blé devrait chuter d'environ 30% en volume cette année en Iran, selon des sources au fait de la question, le pays ayant subi sa pire sécheresse depuis 50 ans.

"Cette hausse radicale des importations de blé aura un impact et limitera fortement la capacité de l'Iran à importer d'autres matières premières agricoles aussi largement que les années précédentes, notamment du soja ou du maïs", a déclaré Ferial Mostofi, président du Centre des services d'investissement et de conseil de la Chambre de commerce d'Iran.

Les responsables du gouvernement iranien n'ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Ces dernières semaines, l'Iran a acheté jusqu'à 240.000 tonnes de blé à la Russie, selon des sources commerciales. (Reportage Jonathan Saul, Polina Devitt et Michael Hogan, avec la contribution de Nigel Hunt à Londres, Parisa Hafezi et le bureau de Dubaï, et Michelle Nichols à New York; version française Diana Mandiá)

© Reuters 2021
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
19:21
19:21
19:19
19:13
19:12