L'attente de l'inflation US et la Chine pèsent sur la tendance

14/09/2021 | 14:05

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse timide et les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance mardi avant la publication des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis, d'autant que les dernières nouvelles en provenance de Chine n'ont rien pour rassurer.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent pour l'instant une progression de 0,09% pour le Dow Jones, et le Standard & Poor's 500 tandis que le Nasdaq devrait débuter quasi stable.

À Paris, le CAC 40 perd 0,39% à 6.650,60 points vers 10h50 GMT après être revenu à 6.613,52. A Londres, le FTSE 100 cède 0,28% alors qu'à Francfort, le Dax avance de 0,11%.

L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,09%, le FTSEurofirst 300 de 0,04% et le Stoxx 600 de 0,03%.

La publication à 12h30 GMT des statistiques des prix à la consommation (CPI) américains est l'un des principaux rendez-vous économiques de la semaine car elle pourrait influencer les décisions et le discours de la Réserve fédérale la semaine prochaine.

La hausse des prix à la consommation devrait avoir légèrement ralenti en août selon le consensus Reuters, qui table sur une hausse globale de 0,4% par rapport à juillet et de 5,3% sur un an tandis que celle de l'indice "core CPI" devrait revenir à 4,2% en rythme annuel, un rythme encore bien supérieur à l'objectif de la Fed.

Les marchés s'inquiètent par ailleurs de la recrudescence des cas de COVID-19 dans la province chinoise du Fujian à quelques semaines de la période de la fête nationale, marquée par d'importants déplacements dans le pays, ainsi que de la dégradation ininterrompue de la situation financière d'Evergrande, le numéro deux chinois de l'immobilier, menace potentielle pour la stabilité financière.

L'action Evergrande a encore chuté de près de 12% à Hong Kong tandis qu'à Shanghai, l'indice SSE Composite cédait 1,42% sur la journée.

VALEURS EN EUROPE

Les inquiétudes liées à la Chine font reculer entre autres les valeurs du secteur du luxe en Europe: Kering (-3,81%), LVMH (-1,69%) et Hermès figurent parmi les plus fortes baisses du CAC 40, Richemont abandonne 3,22% et Burberry 2,32%.

Le compartiment des matières premières (-0,95%) souffre quant à lui du repli des cours des métaux de base; BHP cède 1,2%, Rio Tinto 1,4%.

A la hausse, Stellantis (+1,35%) et STMicroelectronics (+1,57%) profitent d'avis favorables d'analystes tandis que parmi les valeurs moyennes, TF1 prend 2,35% après la montée au capital de l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, en hausse de près de deux points de base à 1,3411%, efface la quasi totalité de ses pertes de lundi avant les statistiques du jour.

Sur le marché européen, c'est la perspective d'importantes adjudications de l'Union européenne et de plusieurs Etats membres qui influence la tendance en faisant baisser les cours: le rendement du Bund allemand à dix ans a atteint -0,302%, son plus haut niveau depuis le 14 juillet.

CHANGES

Orienté à la hausse en début de journée, le dollar a effacé ses gains et cède désormais 0,07% face à un panier de devises de référence, s'éloignant ainsi du plus haut de deux semaines touché lundi.

L'euro en profite pour remonter à 1,1803 dollar contre 1,1768 au plus bas la veille.

"Les perspectives du dollar restent étroitement liées à l'inflation, souligne Ricardo Evangelista, analyste senior d'ActivTrades. "Si les chiffres de ce mois-ci surprennent à la hausse, la banque centrale aura de plus en plus de mal à retarder encore l'annonce du tapering et le billet vert serait susceptible de trouver un soutien solide. Toutefois, si l'inflation commence à ralentir (...), le dollar serait susceptible de perdre du terrain par rapport à d'autres grandes devises telles que l'euro".

PÉTROLE

Le prix du baril a atteint son plus haut niveau depuis six semaines après l'arrivée de l'ouragan Nicholas sur les côtes du Texas et de Louisiane, qui risque de retarder encore le retour à la normale de la production de la région.

Le Brent gagne 0,79% à 74,09 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,71% à 70,95 dollars.

Tous deux progressent pour la troisième séance d'affilée et évoluent au plus haut depuis début août.

MÉTAUX

La prudence de mise avant l'inflation américaine pèse aussi sur le marché des métaux: le cours de l'aluminium cède 2,54% après le plus haut de 13 ans touché lundi et celui du nickel recule de 0,51%.

(Reportage Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

par Marc Angrand

© Reuters 2021
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
12:48
12:47
12:47
12:42
12:36