La BAD cherche à augmenter le financement concessionnel des économies africaines fragiles

20/07/2022 | 22:45

La Banque africaine de développement (BAD) recherche des capitaux supplémentaires pour son fonds proposant des financements d'infrastructure à des taux bon marché aux économies africaines fragiles et à faible revenu, a déclaré mercredi le président de la banque.

La banque négocie avec les donateurs pour réapprovisionner son Fonds africain de développement (FAD), un processus qui a lieu tous les trois ans, a déclaré le président Akinwumi Adesina à Reuters.

En parallèle, la banque souhaite également lever jusqu'à 13 milliards de dollars spécifiquement pour aider les pays africains pauvres à financer le climat, a-t-il ajouté.

Elle envisage également d'utiliser 25 milliards de dollars de fonds propres du FAD pour mobiliser jusqu'à 33 milliards de dollars sur le marché des actions afin de proposer des "sources supplémentaires" de financement aux pays du FAD, a déclaré M. Adesina.

"Cela permettra d'assurer la durabilité du financement ainsi que la rentabilité et la viabilité du FAD lui-même en tant qu'instrument", a-t-il déclaré dans une interview en marge d'un sommet d'affaires USA-Afrique à Marrakech, qui a débuté mercredi.

"La réaction de nos donateurs à notre proposition est très positive", a-t-il ajouté.

La BAD a également appelé les pays riches et le Fonds monétaire international (FMI) à réaffecter 100 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) - la monnaie de réserve du FMI - pour soutenir les objectifs climatiques mondiaux en empêchant les nations africaines de poursuivre un développement à forte intensité de carbone.

"Nous sommes une machine à effet de levier... nous utiliserons les DTS pour soutenir la recapitalisation d'autres institutions financières africaines", a-t-il déclaré.

Jusqu'à présent, seul le Royaume-Uni a promis de réaffecter ses DTS pour financer les objectifs climatiques en Afrique, a-t-il ajouté.

"Nous devons simplement nous assurer que nous avons quatre ou cinq autres pays", a-t-il déclaré.

Il a insisté sur l'allègement de la dette et la suspension du service de la dette pour les économies africaines fragiles touchées par la pandémie et la guerre de la Russie en Ukraine.

Le continent "aurait besoin d'au moins 424 milliards de dollars rien que cette année" pour se remettre des retombées de la pandémie qui a pesé sur les équilibres budgétaires et miné la cote de crédit de nombreuses nations africaines.

Cependant, les pays africains exportateurs de gaz devraient profiter de la hausse des prix de l'énergie pour accroître les approvisionnements vers l'Europe "et pour donner la priorité au financement du développement des gazoducs en Afrique", a-t-il déclaré.

La banque a discuté avec Rabat d'une éventuelle aide au financement d'un gazoduc que le Maroc et le Nigeria ont déclaré en 2016 vouloir construire pour acheminer le gaz de l'Afrique de l'Ouest vers l'Europe.

Un responsable marocain de l'agence nationale des hydrocarbures ONHYM a déclaré en mars que les études de faisabilité pour le gazoduc et les accords de passage devraient être terminées au plus tôt en 2027.

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
07:45
07:42
07:33
07:33
07:31