La Bourse de Francfort finit la semaine au ralenti (Dax : -0,31%)

Envoyer par e-mail
11/01/2019 | 17:50

Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort a fini vendredi en baisse, le Dax cédant 0,31%, dans un marché manquant d'impulsions positives et de nouvelles du front commercial pour pouvoir franchir le seuil des 11.000 points.

L'indice vedette a reculé de 34,13 points pour finir à 10.887,46 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, cédé 0,18%, à 22.669,27 points.

L'indice francfortois, après un mois de décembre éprouvant, s'est lancé avec optimisme vendredi à l'assaut du seuil symbolique des 11.000 points, stimulé par le mouvement de rebond de la veille à Wall Street.

Mais dans l'après-midi, l'enthousiasme s'est étiolé, les investisseurs manquant de signaux clairs sur les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine pour se lancer dans des acquisitions.

Aucune information détaillée des négociations sino-américaines en cours n'a filtré de Pékin ou du compte Twitter du président américain.

"Tout comme les régions alpines, les Bourses subissent actuellement un hiver particulièrement rigoureux et de nouvelles vagues de froid ne peuvent être exclues en ce qui concerne les tensions commerciales et le Brexit", métaphorise Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets

Sur le front du Brexit, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a assuré vendredi que "tous les efforts" devaient être faits pour éviter le scénario d'un divorce sans accord d'ici un vote crucial de ratification du Parlement britannique prévu mardi. Et la principale organisation patronale britannique, la CBI, a estimé qu'un Brexit sans accord serait "ingérable" compte tenu des conséquences à prévoir sur l'activité des entreprises et l'économie.

Le secteur automobile allemand restait sous pression, suspendu à une possible révision à la baisse des prévisions de croissance de la Chine, son partenaire privilégié, pour 2019.

L'équipementier Continental, plombé par une recommandation à la baisse d'UBS et qui sort déjà d'une année boursière difficile, a perdu 2,05% à 126,50 euros. BMW a reculé de 0,97% à 71,83 euros et Daimler de 0,78% à 48,91 euros.

Volkswagen (-1,89% à 142,18 euros), au coude à coude avec Toyota et l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi pour la place de numéro un mondial, a annoncé vendredi des ventes en hausse de 0,9% l'an dernier, établissant un nouveau record à 10,83 millions de véhicules.

En tête de cote, on trouve le groupe immobilier Vonovia, en hausse de 2,86% à 41,30 euros, et la compagnie aérienne Lufthansa, qui a effacé une partie de ses pertes de la veille en concluant la séance sur un gain de 1,72% à 19,83 euros.

afp/rp

© AWP 2019
Envoyer par e-mail