La France étend les contrôles plus stricts sur les participations étrangères dans des entreprises clés

29/11/2021 | 17:26

La France va prolonger d'un an les mesures plus strictes concernant les participations étrangères dans les entreprises qu'elle considère comme stratégiquement importantes pour le pays, a déclaré lundi le ministère français des finances.

Les entreprises étrangères doivent obtenir l'autorisation du gouvernement français si elles souhaitent prendre une participation de plus de 10 % dans des sociétés cotées en bourse dans des secteurs tels que la santé, les communications électroniques, les nouvelles technologies, l'aérospatiale, les centres de données, les médias et la sécurité alimentaire - contre un seuil de 25 % avant la pandémie.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les entreprises de biotechnologie étaient également soumises au contrôle des investissements directs étrangers.

"Nous ne laisserons aucune technologie sensible partir, nous ne laisserons pas des entreprises étrangères prendre le contrôle de technologies françaises sensibles", a déclaré le ministre des finances Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse.

Il a déclaré que tant que la pandémie se poursuit et que l'économie reste instable, les entreprises stratégiques doivent être protégées, et c'est pour cette raison que le seuil d'application de la règle a été abaissé.

"Dès que vous voulez prendre une participation de 10% dans une entreprise française cotée, vous êtes soumis au décret sur les participations étrangères si vous n'êtes pas un acteur européen", a déclaré M. Le Maire.

M. Le Maire a précisé que la mesure - qui ne s'applique pas aux entreprises de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen - était prolongée de fin 2021 à fin 2022. Il n'a donné aucune indication sur ce qui se passerait après cette date.

En janvier, la France a adopté une ligne dure à l'encontre de la tentative de rachat du détaillant Carrefour par la société canadienne Alimentation Couche-Tard, portant ainsi un coup dur à l'approche d'une offre de près de 20 milliards de dollars.

Le gouvernement français s'était également exprimé en 2005 à la suite de rumeurs selon lesquelles Danone pourrait faire l'objet d'une offre publique d'achat de la part de PepsiCo Inc.

Pendant la pandémie de COVID-19, le président Emmanuel Macron a multiplié les appels à protéger la souveraineté française dans des domaines tels que les soins de santé et l'industrie.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
12:18
12:16
11:57
11:53
11:45