La Russie pourrait limiter les importations de semences -Interfax

05/08/2022 | 16:33

Le ministère russe de l'agriculture a proposé que le gouvernement limite les importations de semences en établissant des quotas, dans le but de stimuler la production nationale, a déclaré l'agence de presse Interfax citée vendredi.

La Russie, premier exportateur mondial de blé, a depuis longtemps pour objectif de devenir moins dépendante des semences importées pour un certain nombre de cultures, mais elle dépend toujours des semences étrangères pour la betterave à sucre, les graines de tournesol et la pomme de terre.

"Nous vivons sur les semences étrangères depuis le début. Même les fournisseurs qui nous ont dit qu'ils ne partiraient jamais, ont pu obtenir une commande quelconque de pays inamicaux, et 90 % des semences proviennent de pays inamicaux", a rapporté Interfax, citant la première vice-ministre de l'agriculture, Oksana Lut.

La Russie a vu un exode d'entreprises et de fournisseurs étrangers de son marché depuis qu'elle a envoyé des milliers de troupes en Ukraine le 24 février.

Corteva, un important fournisseur de semences, a annoncé sa décision de se retirer de la Russie en mai.

"Étant donné qu'il s'agit d'un élément de la sécurité alimentaire, nous ne pouvons pas nous le permettre, nous allons donc passer à un système de quotas pour les semences importées, en abaissant progressivement les quotas et en réalisant que nous nous sécurisons avec les semences", a ajouté M. Lut, selon Interfax.

La limitation des importations de semences aura un impact négatif sur la production agricole russe, a déclaré Andrey Sizov du cabinet de conseil agricole Sovecon.

"Parmi les principales cultures, le maïs (maïs) et le tournesol pourraient être les premiers à souffrir. Certains agriculteurs pourraient les remplacer par d'autres cultures comme le blé", a ajouté M. Sizov.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
02:28
02:25
02:17
02:11
01:45