Le Ghana, frappé par la crise, change d'avis et demande l'aide du FMI

01/07/2022 | 17:30

Le Ghana, l'une des plus grandes économies d'Afrique de l'Ouest, tiendra des discussions formelles avec le Fonds monétaire international (FMI) sur un programme de soutien, a déclaré le gouvernement vendredi, après que des centaines de personnes soient descendues dans la rue pour protester contre des difficultés croissantes.

Le cabinet a donné son soutien à cette décision lors d'une réunion jeudi, suite à une conversation téléphonique entre le président Nana Akufo-Addo et la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

Le Ghana, producteur d'or, de cacao et de pétrole, a jusqu'à présent refusé de demander l'aide du FMI pour sauver une économie paralysée par la pandémie, une inflation galopante et une dépréciation de sa monnaie, bien que les analystes l'aient averti qu'il était proche d'une crise de la dette.

Le FMI a confirmé la demande d'aide du Ghana et a déclaré qu'il entamerait des discussions avec les autorités dans les semaines à venir.

"Le FMI est prêt à aider le Ghana à rétablir la stabilité macroéconomique ; à préserver la viabilité de la dette ; à promouvoir une croissance inclusive et durable ; et à faire face à l'impact de la guerre en Ukraine et de la pandémie persistante", a déclaré un porte-parole du FMI à Reuters.

Le gouverneur de la banque centrale, Ernest Addison, a déclaré en mai que le Ghana était confronté à un déficit global de la balance des paiements de 934,5 millions de dollars au premier trimestre 2022, contre 429,9 millions de dollars à la même période l'année dernière.

Les analystes ont déclaré que cette décision devrait aider le Ghana à faire face à ses difficultés.

"Nous avons longtemps attendu que cela se produise parce que nous pouvions dire que la situation n'allait pas s'améliorer de sitôt", a déclaré William Duncan, fondateur de la société Spear Capital & Advisory basée au Ghana.

"Maintenant que le FMI a été engagé, il sera intéressant de voir comment le gouvernement dépense pour ses programmes phares et ses interventions sociales."

Les obligations souveraines du Ghana libellées en dollars se sont fortement redressées, les émissions arrivant à échéance en 2027 ayant bondi de plus de 7 cents par dollar pour s'échanger à leur plus haut niveau depuis mai.

"Le premier gain pour le Ghana sera l'amélioration de la confiance internationale dans la capacité et les efforts du pays pour surmonter la crise", a déclaré Leslie Dwight Mensah, économiste et chercheur à l'Institute for Fiscal Studies à Accra.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues d'Accra cette semaine pour protester contre la spirale de l'inflation et d'autres malheurs. La croissance a ralenti à 3,3 % en glissement annuel au premier trimestre 2022 et l'inflation a atteint un record de 27,6 % en mai.

La banque centrale a augmenté son taux d'intérêt principal de 200 points de base à 19% le mois dernier, la deuxième hausse cette année pour soutenir la stabilité macroéconomique.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
08/08
08/08
08/08
08/08
08/08