Le Japon va aider les services publics à s'approvisionner en GNL - ministre de l'Industrie

30/09/2022 | 03:34
Le gouvernement japonais apportera son soutien par le biais d'institutions financières publiques pour aider les services publics à décrocher du gaz naturel liquéfié (GNL) dans un contexte de flambée des prix spot, a déclaré jeudi le ministre de l'Industrie.

"La Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC) et d'autres institutions financières publiques proposeront un soutien aux entreprises japonaises pour l'approvisionnement en GNL afin d'assurer un approvisionnement adéquat en carburant", a déclaré Yasutoshi Nishimura, le ministre de l'industrie, lors d'une conférence des producteurs-consommateurs de GNL.

"Nous pensons qu'une telle démarche contribuera à la stabilité de l'approvisionnement en GNL en Asie", a-t-il ajouté.

Le Japon veut éviter une pénurie d'énergie en proposant un soutien financier avant l'hiver, lorsque la demande de chauffage devrait augmenter. Les prix spot du GNL restent à des niveaux élevés dans un contexte de risque de rupture d'approvisionnement de la part de la Russie compte tenu de sa guerre avec l'Ukraine.

Les détails du soutien prévu n'ont pas été donnés, mais la JBIC fournira des prêts à faible taux d'intérêt aux services publics d'électricité et aux compagnies de gaz des villes pour acheter le combustible super réfrigéré sur le marché spot, a rapporté le quotidien économique Nikkei plus tôt jeudi, sans citer de sources.

Les services publics japonais achètent la majeure partie de leur GNL par le biais de contrats à long terme, mais environ 20 % proviennent du marché spot.

Les prix du GNL sur le marché spot asiatique ont grimpé en flèche cette année, atteignant un niveau record en août, bien qu'ils se soient depuis détendus en raison du niveau élevé des stocks et des efforts des gouvernements pour freiner la demande en Europe. Le marché craint toutefois qu'un hiver froid en Europe ne fasse revenir les prix à des niveaux record.

Le Japon importe environ 10 % de son GNL de Russie, principalement de Sakhaline-2.

Il en coûterait au Japon plus de 1 trillion de yens (6,9 milliards de dollars) pour acheter 6 millions de tonnes de GNL par an sur le marché spot si les expéditions en provenance de Russie étaient complètement arrêtées, selon le Nikkei. (1 $ = 144,3700 yens) (Reportage de Yuka Obayashi ; Montage de Jamie Freed, Kirsten Donovan)

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
12:23
12:18
12:16
12:14
12:12