Le coronavirus n'est pas soluble dans l'été

09/07/2021 | 09:02

Le spectre d'un coronavirus toujours présent entre en contradiction avec les scénarios macroéconomiques les plus consensuels, ce qui a provoqué hier un retour d'aversion au risque sur les marchés actions. A Paris, on a plus baissé qu'ailleurs parce que les stars du luxe seraient pénalisées par le maintien d'un tourisme mondial durablement anémié. La fin de semaine est marquée par un regain de nervosité, source de volatilité.

Moins virulent, plus contagieux, un peu mieux armé face aux vaccins, le variant delta du coronavirus est en train de chambouler le scénario estival. L'arrivée des beaux jours (même si elle est discutable dans les Alpes où Zonebourse est installé) et la vaccination étaient censées nous débarrasser du covid-19, au moins jusqu'à la fin août. Mais la maladie ne respecte même pas les congés payés, ni les projections de retour à la normale dès la seconde moitié de 2021. Les frontières qui étaient censées se rouvrir largement sont toujours en partie fermées, du moins dans les pays un peu sérieux, la ruée des touristes du nord vers le sud est contrariée et les Jeux Olympiques de Tokyo s'annoncent sinistres.

Tout ça pour dire que les investisseurs se sont réveillés hier de mauvais poil, avec se disant que la belle croissance attendue sur les trimestres à venir sera peut-être un peu moins vigoureuse que prévu. A vrai dire, cette idée traînait sur le marché depuis quelques semaines – après tout, les pics des indicateurs macroéconomiques sont derrière nous - mais l'absence d'évaporation du coronavirus avec l'été lui a donné du poids à cette idée. Cela ne veut pas dire que la croissance mondiale est à risque, juste qu'il reste des vents contraires et qu'il ne faut pas les oublier. C'est aussi un très bon rappel, pas le premier d'ailleurs, que la complaisance ne marche pas avec le covid-19. La grande réouverture n'est pas pour tout de suite et faute de mieux, il faudra être vacciné pour jouir d'une certaine liberté de circulation.

Hier, ce que les anglosaxons appellent le "reflation trade", c’est-à-dire l'appétit des boursiers pour les actions ultra-cycliques et les financières, a été haché menu. Sur le reste du marché, c'était un peu n'importe quoi, ce qui est assez caractéristique de ces séances de correction marquée et brutale. Assez logiquement, la santé a tiré son épingle du jeu, plutôt les auxiliaires de santé d'ailleurs que les grands laboratoires.

Dans le reste de l'actualité, la mauvaise passe se confirme pour les entreprises chinoises. Les Etats-Unis ne baissent pas la garde avec l'ajout probable ce soir d'une dizaine de sociétés à leur liste noire, pour avoir tiré profit du travail forcé des Ouïghours. Pendant ce temps, la Chine maintient une folle pression sur ses stars du numérique en punissant sévèrement celles qui sortent du rang et en plaçant sous surveillance renforcée les candidates à l'expatriation boursière aux Etats-Unis. En parallèle, le pouvoir veut faire le ménage dans les finances des grands conglomérats pour éviter des défaillances systémiques. L'agence Bloomberg révèle ce matin que Pékin aurait intimé au patron du géant Evergrande de trouver rapidement une solution aux problèmes d'endettement de son groupe. Les places chinoises affichent les plus mauvaises performances des grandes places boursières depuis le 1er janvier.

Le CAC40 rebondit de 0,57% à 6452 points peu après l'ouverture. Hier, le S&P500 a perdu 0,86% à la clôture de Wall Street, alors que le STOXX Europe 600 européen a décroché de 1,7%.

Les temps forts économiques du jour

Pour clôturer la semaine, le PIB britannique mensuel (8h00), la production française de mai (8h45) et les stocks des grossistes américains de mai (16h00) sont au programme. Ce matin, la Chine fait état d'une inflation un peu plus faible que prévu en juin (1,1% vs 1,2% attendu).

L'euro remonte légèrement à 1,1838 USD. L'once d'or retrouve des adeptes et atteint 1805 USD. Le pétrole reste sous une légère pression après ses pics du début de semaine, avec un Brent légèrement au-dessus de 74 USD et un WTI qui flirte avec les 73 USD. La dette américaine est rémunérée à 1,33% sur 10 ans. Le Bitcoin se négocie 33 000 USD environ.

Les principaux changements de recommandations

  • Airbus : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 135 à 147 EUR.
  • Arbonia : UBS démarre le suivi à neutre en visant 17 CHF.
  • Brunello Cucinelli : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 40 à 45 EUR.
  • Bunzl : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 2750 GBp.
  • Calida : Research Partners démarre le suivi à l'achat en visant 45 CHF.
  • Daimler : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 110 à 107 EUR.
  • Deutsche Post : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 60 à 65 EUR.
  • Ferguson : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 9200 à 9500 GBp.
  • HeidelbergCement : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 90 à 95 EUR.
  • Holcim : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 59 à 62 CHF.
  • John Wood : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif de cours réduit de 230 à 150 GBp.
  • Petrofac : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 170 à 140 GBp.
  • Ricardo : Jefferies reprend le suivi à l'achat en visant 530 GBp.
  • Rolls-Royce : Kepler Cheuvreux passe de neutre à achat en visant 130 GBp.
  • Saint-Gobain : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 49 à 56 EUR.
  • SAP : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 135 à 141 EUR.
  • Sensirion : Research Partners passe d'acheter à conserver en visant 80 CHF.
    Sika : AlphaValue passe de vendre à alléger en visant 308 CHF.
  • Siemens Gamesa : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 39,20 à 38,80 EUR.
  • Synthomer : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 655 à 650 GBp.
  • TUI : AlphaValue reste à la vente avec un objectif de cours relevé de 1,83 à 2,70 EUR.
  • UCB : Société Générale démarre le suivi à l'achat en visant 115 EUR.
  • Watches of Switzerland : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 800 à 990 GBp.

Les principaux changements de recommandations

  • Airbus : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 135 à 147 EUR.
  • Arbonia : UBS démarre le suivi à neutre en visant 17 CHF.
  • Brunello Cucinelli : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 40 à 45 EUR.
  • Bunzl : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 2750 GBp.
  • Calida : Research Partners démarre le suivi à l'achat en visant 45 CHF.
  • Daimler : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 110 à 107 EUR.
  • Deutsche Post : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 60 à 65 EUR.
  • Ferguson : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 9200 à 9500 GBp.
  • HeidelbergCement : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 90 à 95 EUR.
  • Holcim : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 59 à 62 CHF.
  • John Wood : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif de cours réduit de 230 à 150 GBp.
  • LVMH : Stifel passe de conserver à acheter en visant 730 EUR.
  • Petrofac : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 170 à 140 GBp.
  • Ricardo : Jefferies reprend le suivi à l'achat en visant 530 GBp.
  • Rolls-Royce : Kepler Cheuvreux passe de neutre à achat en visant 130 GBp.
  • Saint-Gobain : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 49 à 56 EUR.
  • SAP : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 135 à 141 EUR.
  • Sensirion : Research Partners passe d'acheter à conserver en visant 80 CHF.
    Sika : AlphaValue passe de vendre à alléger en visant 308 CHF.
  • Siemens Gamesa : Goldman Sachs reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 39,20 à 38,80 EUR.
  • Synthomer : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 655 à 650 GBp.
  • TUI : AlphaValue reste à la vente avec un objectif de cours relevé de 1,83 à 2,70 EUR.
  • UCB : Société Générale démarre le suivi à l'achat en visant 115 EUR.
  • Vallourec : Oddo BHF passe de neutre à surperformance en visant 11 EUR.
  • Watches of Switzerland : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 800 à 990 GBp.

En France

Annonces importantes

  • Airbus a livré 297 appareils au premier semestre, pour 38 commandes nettes.
  • Bouygues et RTL ont finalisé leur accord visant à fusionner les groupes TF1 et M6, pour un rapprochement qui devrait être finalisé fin 2022.
  • La division lunetterie de Kering acquiert le danois Lindberg.
  • Air Liquide signe un accord d'approvisionnement avec le sidérurgiste Jiangsu Shagang.
  • Alstom va livrer 19 métros à IDF Mobilités pour 132 M€.
  • Pas d'option de surallocation sur l'opération Aramis.
  • BPCE franchit le seuil de 90% du capital détenu dans Natixis et pourra retirer le titre de la cote.
  • Electricité de France arrête le projet Ecocombust de développement d'un nouveau combustible à base de bois de classe B.
  • Elior améliore la maturité de sa dette avec une opération de refinancement.
  • Les prévisions 2021 de CGG sont plus prudentes que prévu.
  • Eurofins Viracor investit dans l'innovation avec le lancement du test d'immunité des cellules T contre le coronavirus (COVID-19) SARS-CoV-2 inSIGHT.
  • Covivio livre un immeuble à Lyon et cède deux autres biens.
  • Mersen relève ses objectifs.
  • Fleury Michon renonce à céder ses activités canadiennes.
  • Vincent Bastide nommé PDG de Bastide, qui restera coté sur le marché réglementé d'Euronext et renonce à son projet de transfert sur le segment Euronext Growth.
  • Réalités présente ses ambitions pour le grand projet de rénovation du stade Bauer.
  • Le directeur général d'Evolis quitte la société.
  • Omer-Decugis annonce le premier ananas "Zéro Carbone" au monde.
  • Lysogene obtient une désignation Fast Track de la FDA pour LYS-GM101 dans le traitement de la gangliosidose à GM1.
  • Munic signe avec Select AG.
  • CyRIC IoT et Kerlink vont déployer des réseaux LoRaWAN à Chypre et proposer des solutions et services IoT.
  • Acheter-Louer.fr prend 20% d'Adomos et augmente son capital par le biais d'OCABSA.
  • Upergy, Ecomiam, Median Technologies, Theranexus et Emova ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes

  • Le conseil de surveillance de Volkswagen va réfléchir à une prolongation du mandat d'Herbert Diess en tant que président du directoire.
  • ThyssenKrupp décroche une commande de 5,5 Mds€ pour six sous-marins.
  • Pfizer va demander à la FDA d'autoriser un rappel supplémentaire de son vaccin pour lutter contre le variant Delta.
  • Philip Morris International propose de racheter Vectura pour 150 GBp l'action, soit 1,05 Md£, une offre soutenue par le conseil d'administration après celle à 136 GBp de Carlyle.
  • Softbank prépare un fonds de 5 Mds$ dédié au marché sud-américain.
  • Kuehne + Nagel acquiert le norvégien Salmosped, spécialisé dans le transport de saumon et d'autres produits de la mer.
  • Levi Strauss relève ses prévisions.
  • La société de paiement Stripe, que son dernier tour de table en mars a valorisé à 95 Mds$, prépare son introduction à Wall Street.
  • Principales publications de résultats. Tryg, Fabege

Lectures

© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:01
02/12
01/12
30/11
29/11