Le port roumain de la mer Noire continuera à expédier des céréales ukrainiennes et sollicite un financement de l'UE

03/08/2022 | 11:19

Au port roumain de Constanta, sur la mer Noire, les dockers travaillent depuis des mois pour expédier des céréales ukrainiennes en plus de leurs chargements habituels en provenance de Roumanie et de ses voisins enclavés.

Les cargaisons arrivent sans cesse. Le grain, qui est déversé sur les tapis roulants des terminaux de Constanta, donne à l'air une odeur sucrée et recouvre les travailleurs qui cherchent l'ombre sous les silos en acier d'une fine couche de poussière dorée.

Cette voie d'exportation est l'une des rares qui restent ouvertes à l'Ukraine, qui, avant le conflit avec la Russie, était l'un des principaux fournisseurs de céréales au monde. Les exportateurs ont expédié 1,46 million de tonnes de céréales ukrainiennes par Constanta depuis que la Russie a envahi le pays en février et que la guerre a interrompu les expéditions depuis les propres ports ukrainiens de la mer Noire.

Le premier navire transportant des céréales à quitter le port ukrainien d'Odessa depuis le début de la guerre, en vertu d'un accord de passage sécurisé, a pris la mer lundi. Les opérateurs roumains s'attendent à continuer à expédier du grain ukrainien, car il faudra du temps pour mettre pleinement en œuvre cet accord.

Le grain arrive par route, par rail ou par barge depuis les ports ukrainiens de Reni et Izmail sur le Danube.

L'accord de passage sécurisé a été considéré comme une lueur d'espoir dans une crise alimentaire mondiale qui s'aggrave. La Turquie, qui a négocié l'accord avec les Nations Unies, s'attend à ce qu'environ un navire céréalier quitte les ports ukrainiens chaque jour tant que l'accord est maintenu.

L'opérateur portuaire roumain Comvex a déclaré qu'il remplirait deux navires plus tard cette semaine : l'un transportant 30 500 tonnes de maïs ukrainien et roumain à destination de la Libye et le second 45 000 tonnes de maïs ukrainien à destination de l'Iran.

"Tout dépend du fonctionnement de l'accord d'Istanbul et des quantités que les ports ukrainiens peuvent expédier", a déclaré à Reuters Viorel Panait, directeur de Comvex.

"Nous souhaitons de tout cœur qu'ils puissent rétablir les flux de leur chaîne. Mais nous sommes là, prêts à les aider."

Comvex a investi 4 millions d'euros (4,09 millions de dollars) dans une deuxième plate-forme de déchargement de barges qui est devenue opérationnelle fin juillet, et a augmenté sa capacité totale de traitement à 84 000 tonnes en entrée et 70 000 tonnes en sortie par jour.

L'année dernière, le port de Constanta a expédié un volume record de 25,2 millions de tonnes de céréales en provenance de Roumanie et de ses voisins enclavés, la Serbie, la Hongrie, la Moldavie et l'Autriche.

Connue comme le grenier à blé de l'Europe, l'Ukraine espère exporter 20 millions de tonnes de céréales stockées dans des silos et 40 millions de tonnes de la récolte en cours, initialement à partir d'Odesa et des villes voisines de Pivdennyi et Chornomorsk, afin de faire place à la nouvelle récolte.

BOTTLENECKS

À la fin du mois de juin, Comvex avait traité environ 70 % des céréales et autres marchandises ukrainiennes devant passer par Constanta, dont près de 800 000 tonnes de minerai de fer. Elle prévoit d'investir 60 millions d'euros cette année et l'année prochaine pour relancer ses opérations, a déclaré M. Panait.

Le transport depuis l'Ukraine a été entravé par des problèmes d'infrastructure ferroviaire et par le faible niveau des eaux du Danube après des semaines de températures élevées et de sécheresse, ce qui signifie que les barges ne peuvent pas transporter des charges complètes.

Les autorités portuaires ont déclaré que 183 581 tonnes de céréales étaient actuellement en route vers Constanta, qui continuera également à exporter d'autres marchandises ukrainiennes non couvertes par l'accord de passage sécurisé, notamment des produits en acier, du minerai de fer et des tuyaux.

L'Association des entreprises du port de Constanta, que M. Panait dirige également, a déclaré que les dix opérateurs portuaires qui traitent des marchandises ukrainiennes en plus de leurs clients habituels auront besoin d'investissements de 340 millions d'euros dans des équipements pour augmenter la vitesse de traitement.

Ils ont demandé des fonds de l'Union européenne et des garanties de prêt du gouvernement. En juillet, le gouvernement roumain a déclaré à Reuters qu'il envisageait un programme pilote pour acquérir des équipements "afin d'augmenter la vitesse de fonctionnement des terminaux céréaliers". Il travaille également à la réhabilitation de 35 lignes ferroviaires portuaires et au retrait des centaines de wagons rouillés qui bloquent les voies.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
01:32
01:09
29/09
29/09
29/09