Le rouleau compresseur inflationniste déferle sur la Fed

11/02/2022 | 09:04

Et patatras, les indices boursiers sont retombés hier aux Etats-Unis après la sortie des chiffres de l'inflation, qui ouvrent la voie à une remontée agressive des taux directeurs américains. La bonne tenue des résultats d'entreprises n'y peut pas grande chose. Le rendement de la dette américaine à dix ans est remonté à plus de 2%, son niveau le plus élevé depuis juillet 2019. La fin de semaine s'annonce heurtée en bourse.

La publication de l'inflation américaine du mois de janvier a bien été l'élément perturbateur de la semaine. La hausse des prix américains s'est accélérée en janvier, à 7,5% sur un an après 7% en décembre et une attente voisine de 7,2%. La lecture du rapport du Bureau of Labor Statistics montre qu'en plus des flambées récentes, ce sont les prix alimentaires qui ont pris un nouveau coup de chaud. Ce nouveau dérapage inflationniste a aussitôt dopé les prévisions d'une hausse de taux de 50 points de base de la Fed, au lieu des 25 points consensuels. Le marché pronostique à 95,6% ce double tour de vis lors de la décision de la banque centrale américaine du 16 mars. La probabilité était de 24% avant la statistique. Les économistes pensent désormais que les taux directeurs américains auront progressé de 100 points d'ici juillet, un scénario inenvisageable jusque-là. Les swaps de taux nocturnes tendent à démontrer que la Fed relèvera ses taux de 1,75% cette année, l'équivalent de sept accroissements de 0,25%. Quant aux marchés, ils craignent qu'un relèvement accéléré des taux ne fasse dérailler la dynamique économique. Ils cherchent à se rassurer en se disant que même avec un tempo de relèvement survitaminé, les taux resteront in fine relativement faibles. Mais la Fed a l'air clairement paumée, à l'image du banquier central James Bullard qui a déclaré hier qu'une grosse hausse de taux semble nécessaire pour combattre l'inflation… après avoir dit dix jours avant qu'une hausse de taux d'un demi-point en mars n'aiderait pas beaucoup.

Cela explique les hésitations des indices hier. Wall Street a baissé, puis flirté avec les gains, puis baissé à nouveau, tiré vers le bas par le compartiment technologique. Le Nasdaq a cédé 2,33% en clôture et le S&P500 1,84%. La baisse des obligations a fait monter la rémunération de la dette américaine à 10 ans jusqu'au cap symbolique de 2%, sans grande surprise finalement. Les marchés actions continuent donc à s'ajuster après avoir connu un début de semaine faste. La qualité des résultats d'entreprises n'aura finalement pas pesé lourd face à la mécanique inflationniste.

Certains d'entre vous me reprochent régulièrement de citer pas mal d'articles en anglais dans ma sélection de papiers intéressants du jour. Parfois même en anglais ET payants. Je plaide deux fois coupable, mais je vais commencer par me justifier, avant de vous donner quelques astuces de lecture en allant même jusqu'à marquer contre mon propre camp de façon parfaitement scandaleuse.

Pour commencer, j'ai souvent recours à des articles en langue anglaise, tout simplement parce que la presse anglo-saxonne est incroyablement riche et diverse en articles de qualité. Non seulement aux Etats-Unis mais aussi chez nos perfides voisins britanniques. Malheureusement, je peine à trouver autant de papiers intéressants en langue française dans le domaine économique et financier. En tout cas, ils ont rarement la profondeur, le recul ou l'ouverture de ceux qu'on peut trouver en anglais. C'est un peu triste mais c'est comme ça. D'ailleurs, n'hésitez pas à me signaler via Twitter ou les commentaires sur Zonebourse des auteurs ou des médias francophones qui valent le détour.

Venons-en à la seconde partie. J'aime bien lire les articles en anglais, mais quand je dois faire vite ou qu'ils sont trop longs, j'avoue que j'utilise parfois un traducteur automatique. En l'occurrence DeepL, le traducteur en ligne développé par une équipe allemande, qui propose une version accessible à tous très performante, en tout cas largement plus performante que tout ce que les géants américains proposent. Chez Zonebourse, nous travaillons d'ailleurs avec eux pour rendre l'information multilingue accessible le plus vite possible. C'est une très bonne façon d'accéder à d'excellents articles en langue étrangère. La restitution est parfois un peu mécanique, mais globalement le résultat est souvent très correct. La subtilité de la langue d'origine en moins, c'est vrai, mais il faut bien que nous servions encore à quelque chose, nous autres scribouillards.

Ce qui m'amène au second problème, celui du contenu payant. Je vous le dis d'emblée, même si je prêche pour ma paroisse, je reste persuadé qu'une information de qualité mérite d'être rémunérée. MAIS j'avoue que j'ai développé au fil du temps un certain talent pour récupérer des articles sans passer par la case paiement. Que mes confrères se rassurent, Zonebourse paie ses agences de presse, est abonné à de nombreux titres et à des services professionnels de consultation d'information. Toutefois pour gagner du temps le matin, j'ai tendance à aller au plus rapide sur le web. Je crois pouvoir dire que pour une consultation épisodique d'articles, très peu de journaux résistent à mes tripatouillages. Il y a ceux qui proposent un nombre restreint d'articles en accès libre mais que l'on peut contourner avec de la navigation privée ou la suppression d'un cookie. Il y a ceux (il n'en reste guère) qui sont toujours consultables via des services de déblocage de type Outline.com. Il y a ceux qui deviennent accessibles par une petite manipulation dans le code html (il n'en reste guère non plus). Plus technique, il y a les articles dont on ne peut consulter que les premières lignes mais qui deviennent totalement lisibles au prix d'un rapide CTRL+A et CTRL+C, suivi d'un CTRL+V sur une page blanche. Il y a ce très grand quotidien financier dont il suffit de taper le titre d'un article en navigation anonyme pour ne plus être bloqué. Bref, il existe une multitude de petites astuces pour profiter d'un excellent article. Quant à savoir quelle technique correspond à quel média, ne comptez pas sur moi pour aller aussi loin, il me reste un fond de corporatisme. Moralité, vous ne pourrez plus vous plaindre sur le contenu de ma sélection d'articles quotidienne.

Les marchés européens vont reculer à nouveau à l'ouverture. Les indices asiatiques sont orientés à la baisse, sauf à Tokyo où la bourse est fermée pour un jour férié. L'indice de volatilité VIX a logiquement repris une pente ascendante. Le CAC40 perd 0,8% à 7045 points peu après l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Après la seconde estimation de l'inflation allemande de janvier (8h00), les regards se tourneront vers l'indice de confiance des consommateurs américains, compilé par l'Université du Michigan (16h00).

L'inflation US n'a pas enfoncé l'euro, ou alors brièvement : il se négocie 1,1376 USD. L'once d'or recule à 1823 USD et le pétrole garde un biais légèrement baissier à 89,675 USD le WTI et 91,34 USD le Brent. Le T-Bond 10 ans voit son taux monter à 2,03%, tandis que le Bund a pris 7 points à 0,28%. Le bitcoin recule à 43 100 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Bpost : Société Générale passe d'acheter à conserver en visant 6,70 EUR.
  • Brenntag : Société Générale démarre le suivi à l'achat en visant 96 EUR.
  • Chemring : Jefferies passe d'acheter à conserver en visant 300 GBp.
  • Coats : HSBC passe de conserver à acheter en visant 73 GBp.
  • Delta Plus Group : GreenSome Finance reste à l'achat avec un objectif abaissé de 116,70 à 109,60 EUR.
  • Ferrari : Jefferies reste sous performance avec un objectif de cours relevé de 125 à 130 EUR.
  • GN Store : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 522 DKK.
  • HBM Healthcare Investments : Baader Helvea passe d'accumuler à acheter en visant 370 CHF.
  • IMCD : Société Générale démarre le suivi à conserver en visant 154 EUR.
  • Knaus Tabbert : AlphaValue reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 78,60 à 76,40 EUR.
  • Krones : Baader Helvea reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 100 à 120 EUR.
  • L'Oréal : Berenberg reste à conserver avec un objectif réduit de 360 à 341 EUR.
  • Linde : DZ Bank reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 316 à 321 EUR.
  • Naturgy : J.P. Morgan passe de neutre à souspondérer en visant 21,80 EUR.
  • Pernod Ricard : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 235 à 240 EUR. Berenberg reste à l'achat avec un objectif relevé de 214 à 235 EUR.
  • Prosus : Investec passe d'acheter à conserver en visant 79 EUR.
    Roche : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 435 à 425 CHF.
  • Rotork : Jefferies passe d'acheter à conserver en visant 360 GBp.
  • Société Générale : AlphaValue reste à accumuler avec un objectif de cours relevé de 40 à 43 EUR.
  • Swedish Orphan Biovitrum : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 210 A220 SEK.
  • Swisscom : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 620 CHF.
  • ThyssenKrupp : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 16 à 16,25 EUR.

En France

Résultats des sociétés

  • Aperam : les résultats du T4 atteignent un record. La société anticipe un niveau un peu plus élevé au T1 2022.
  • Euronext : les résultats 2021 sont en vive hausse. Un dividende de 1,93 EUR par action sera proposé.
  • Ipsen : le groupe vise 2% de croissance de l'activité et 35% de marge opérationnelle au moins cette année. La cession de la santé familiale est engagée pour 350 M€ avec Mayoly Spindler.
  • Rexel : la marge d'Ebitda ajusté progresse à 6,2% en 2021. Le bénéfice net est plus que doublé.
  • TF1 : les marges 2021 sont en vive hausse. Un dividende de 0,45 EUR est proposé.

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Axa a finalisé la vente de ses activités d'assurance à Singapour pour 463 M€.
  • Vinci Concessions et Lineas exerceront le contrôle conjoint de Lusoponte.
  • Technip Energies remporte un contrat significatif avec une filiale de Petronas pour une nouvelle usine de mélamine à empreinte CO2 réduite en Malaisie.
  • Universal Music Group rachète le catalogue du chanteur Sting.
  • Atos se réorganise autour de trois lignes de métier et quatre régions.
  • Vodafone rejette l'approche d'Iliad et d'Apax pour le rachat de ses activités italiennes. Iliad va poursuivre sa stratégie en solo.
  • SEB va dissocier les fonctions de président et de directeur général.
  • Gaztransport & Technigaz choisi par Hyundai Samho Heavy Industries pour équiper trois porte-conteneurs propulsés au GNL.
  • Munic lance une augmentation de capital réservée de 3,5 M€.
  • Akwel, Rubis, Guerbet, X-Fab, Vergnet, SII, Abeo, Passat, Wallix, Micropole, Cogelec, Cafom, Savencia, Delta Plus, Winfarm, Innelec, Alchimie, ont publié leurs comptes et/ou des prévisions.

Dans le monde

Résultats des sociétés

  • Affirm : le titre a coulé en bourse après des trimestriels inférieurs aux attentes.
  • Vale : la production de minerai de fer est inférieure aux attentes au T4.
  • Volvo Car : le résultat opérationnel du T4 est court par rapport aux prévisions.

Annonces importantes (et autres)

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:07
26/09
23/09
22/09
21/09