Les Bourses européennes en baisse, dans l'attente d'éclaircissements sur le

Envoyer par e-mail
17/01/2019 | 19:21

Brexit

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi dans un marché de plus en plus circonspect sur les scénarios possibles de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et attentif aux résultats d'entreprises, dont la publication a démarré aux Etats-Unis.

"Le marché temporise car nous avons besoin d'en savoir plus sur le Brexit, sur le front de la guerre commerciale" et sur les résultats d'entreprises, a souligné auprès de l'AFP Guillaume Garabédian, responsable de la gestion conseillée chez Meeschaert Gestion Privée.

Theresa May a commencé à recevoir les leaders de l'opposition mercredi soir, dès la confirmation de l'échec de la motion de censure déposée par les travaillistes, pour tenter de dégager enfin une position commune à moins de trois mois de la date prévue du Brexit.

Mais il faudra auparavant qu'elle renonce à l'éventualité d'une sortie sans accord de l'Union européenne, lui ont-ils signifié.

A New York, les indices évoluaient en ordre dispersé à la mi-séance: vers 17H15 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 0,02%, à 24.203,23 points, le Nasdaq prenait 0,21%, à 7.049,44 points, et l'indice élargi S&P 500 avançait de 0,22%, à 2.621,93 points. Les marchés se reprenaient un peu après une ouverture en baisse dans le sillage de résultats jugés décevants de Morgan Stanley (-4,09%).

L'Eurostoxx 50 a perdu 0,26%.

A Paris, la Bourse a fini en léger repli de 0,34%, l'indice CAC 40 cédant 16,37 points, à 4.794,37 points.

Société Générale a chuté de 5,66% à 28,50 euros, pénalisée par l'annonce d'une charge exceptionnelle de 240 millions d'euros au quatrième trimestre et d'une chute des revenus de ses activités de marché. Dans son sillage, BNP Paribas a perdu 3,85% à 41,42 euros et Crédit Agricole 1,86% à 10,15 euros.

Alstom a perdu pour sa part 1,82% à 35,01 euros après les doutes que lui et Siemens ont commencé à exprimer publiquement sur le succès de leur projet de fusion.

Renault a cédé 1,32% à 56,16 euros. Le groupe s'est officiellement mis en quête d'un successeur à Carlos Ghosn jeudi, le PDG du constructeur français restant incarcéré au Japon probablement pour de longs mois.

La Bourse de Francfort a fini en petite baisse, le Dax cédant 0,12%, ou 12,62 points, pour finir à 10.918,62 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, cédé 0,20%, à 22.735,42 points.

Deutsche Bank (-4,09% à 7,78 euros) pâtissait déjà des bilans trimestriels jugés décevants de ses concurrentes Société Générale et Morgan Stanley.

Siemens a grignoté 0,32% à 97,90 euros. "Il n'y aura plus de concessions (...) Nous sommes devant un mur trop haut", a indiqué une source au sein de Siemens, très pessimiste sur les chances de voir finaliser les noces du groupe avec le français Alstom, annoncées en fanfare en septembre 2017.

BASF a gagné 0,21% à 63,00 euros. Le chimiste allemand envisage une co-entreprise avec le conglomérat indien Adani dans l'ouest de l'Inde. Une étude de faisabilité a été engagée jusqu'à fin 2019. Des investissements totaux d'environ 2 milliards d'euros sont envisagés par BASF.

La Bourse de Londres a terminé en baisse de 0,40%, l'indice FTSE-100 des principales valeurs perdant 27,76 points pour terminer à 6.834,92 points.

Un certain nombre de valeurs dépendantes de la santé de l'économie britannique, et donc sensibles à l'actualité autour du Brexit, ont baissé. Cela a notamment été le cas du groupe industriel Rolls-Royce (-2,48% à 864 pence), de la compagnie aérienne EasyJet (-2,01% à 1.169 pence) et du groupe de BTP Taylor Wimpey (-1,22% à 162 pence).

Les gérants d'actifs ont aussi connu une journée compliquée, tant Standard Life Aberdeen (-2,81% à 262,40 pence) que Hargreaves Lansdown (-2,21% à 1.772 pence).

Un repli des cours du brut a par ailleurs affecté les firmes pétrolières, que ce soit le groupe de services John Wood (-4,65% à 541,20 pence) ou les majors BP (-0,97% à 511 pence) et Royal Dutch Shell action "B" (-1,23% à 2.322 pence).

A la Bourse de Milan, l'indice FTSE Mib a cédé un minuscule 0,04% à 19.470 points.

La meilleure performance a été réalisée par Campari (+4,14% à 7,93 euros), suivi de Telecom Italia (+2,06% à 0,5264 euro) tandis que Mediaset a subi la plus forte chute (-3,26% à 2,845 euros).

A Madrid, l'indice Ibex 35 a clôturé quasiment stable, en baisse de 0,05% à 8.908,60 points. Les titres de toutes les banques plongeaient, telle Banco de Sabadell - impliquée au Royaume-Uni - qui perdait 3,69% à 1,03 euro.

Mais ce très net recul dans le secteur financier était compensé notamment par la progression des valeurs du secteur électrique: Red electrica prenait 1,95% à 19,65 euros et Iberdrola 0,46% à 6,95 euros. Le groupe audiovisuel espagnol Mediaset subissait le plus fort recul de la séance, de 6,29% à 5,48 euros.

La Bourse suisse a pour sa part terminé dans le vert jeudi, l'indice SMI des valeurs vedettes prenant 0,45% à 8.914,14 points.

Après leur envolée de la veille, les valeurs bancaires se sont repliées: lanterne rouge, Credit Suisse a perdu 0,99% à 11,98 francs suisses et UBS 0,56% à 13,27 francs suisses. La plus forte hausse revient au groupe suisse Geberit (+2,93% à 376,40 francs suisses), spécialisé dans les équipements sanitaires.

L'indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne a gagné 0,62% à 5029,68 points.

La banque BCP a abandonné 0,73% à 0,2437 euro. Galp Energia a gagné 0,32% à 14,24 euros, EDP a perdu 0,10% à 3,061 euros et sa filiale dans le renouvelable EDP Renovais a grimpé de 0,95% à 7,935 euros. Jeronimo Martins a gagné 1,41% à 11,895 euros. Le papetier The Navigator a bondi de 4,03% à 4,126 euros.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse de 0,01% à 499,84 points.

A la baisse, la banque ING Groep a perdu 1,77% à 10,11 euros. A la hausse, le spécialiste néerlandais de la peinture AkzoNobel a pris 1,84% à 71,84 euros.

Enfin, la Bourse de Bruxelles a reculé de 0,50%, l'indice Bel-20 des valeurs vedettes s'affichant en clôture à 3.429,72 points.

Parmi les 20 valeurs du Bel-20, le brasseur belgo-brésilien AB InBev affichait la meilleure performance, gagnant 1,29% à 62,63 euros. Treize valeurs étaient dans le rouge, dont le groupe belge de télécommunications Telenet Groupe Holding, en queue de peloton, perdant 3,61% à 38,48 euros.

bur-cda/bp/kd/cj

© AWP 2019
Envoyer par e-mail